Guerre en Ukraine : un journaliste français tué

Un journaliste français de 32 ans a trouvé la mort lors de sa deuxième mission en Ukraine. Frédéric Leclerc-Imhoff, JRI (journaliste reporter d’images), est décédé alors qu’il couvrait une évacuation de civils à Severodonetsk.

« À bord d’un bus humanitaire, aux côtés de civils contraints de fuir pour échapper aux bombes russes, il a été mortellement touché », a révélé le président de la République sur Twitter.

« Informer ne devrait coûter aucune vie. Mes sincères condoléances à ses proches, à la rédaction de BFM TV et à tous les journalistes. Nous sommes à vos côtés », a pour sa part tweeté Élisabeth Borne.

C’est le gouverneur de Louhansk, Serhiy Hayday, qui avait en premier annoncé sur Telegram la mort de ce jeune journaliste : « Aujourd’hui, notre véhicule blindé d’évacuation allait récupérer 10 personnes dans la zone et a essuyé le feu ennemi. Des éclats d’obus ont percé le blindage de la voiture, une blessure mortelle au cou a été reçue par un journaliste français accrédité qui faisait des reportages sur l’évacuation. »

BFM TV a rendu un hommage à Frédéric Leclerc-Imhoff en direct sur les réseaux sociaux et à l'antenne. L'autre journaliste qui l'accompagnait, Maxime Brandstaetter, serait, selon la chaîne, seulement blessé à la jambe.

Catherine Colonna,  chef de la diplomatie française, a réclamé dans un communiqué « une enquête transparente dans les meilleurs délais pour faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame ».

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois