Le papa de serait-il le rédacteur des messages que sa rebelle de fille poste sur Facebook ? La question tourmente le climato-sceptique. Le jeudi 9 janvier, alors que le réseau social était victime d’un « bug » – mot autrement plus glorieux que « en panne » ou « en rideau », qui n’est plus utilisé que par les couturières -, les utilisateurs du réseau social découvraient, par suite de ce « dérangement », que les messages de la mascotte du climat étaient postés par son père et un dénommé Adarsh Prathap, activiste indien climatico-déprimé. Les deux hommes étant estampillés « auteurs » de la prose, le cas Greta s’aggravait. Prise en flagrant délit de téléguidage familial, marionnette aux mains de quelques ventriloques… Ah, on l’avait bien dit !

Tant de calomnies forcèrent Greta à sortir du bois pour démentir ce que les apparences indiquaient et remettre les pendules à l’heure de Stockholm. Que nenni, que nenni, il s’agit bien de littérature garantie de la main de Greta et bon papa ne ferait que cliquer sur la souris pour afficher le tout sur ce satané Facebook qui tombe toujours en panne. La vérité sort de la bouche de l’ex-enfant par ces mots rapportés dans Valeurs actuelles : « Comme j’ai choisi de ne pas être sur Facebook personnellement (j’ai essayé au début, mais ce n’était pas fait pour moi), j’utilise le compte de mon père pour reposter le contenu, parce que vous avez besoin d’un autre compte pour modérer une page Facebook. » Le bec du climato-narquois est cloué.

Débordée, surbookée, à la fois sur Instagram, Twitter, en bateau, en pétard, bataillant en tous lieux contre le dragon réchauffant, la jeune militante a autre chose à faire que se plonger dans la notice du réseau social. « Tous les textes postés sur ma page Facebook ont bien sûr été écrits par moi », répète la jeune fille. Plaignons donc ce pauvre père réduit à l’état de coursier, contraint de parcourir des kilomètres en traîneau jusqu’au point Wi-Fi le plus proche. Des va-et-vient incessants qui épuisent les chiens mais préservent la planète.

À l’image d’une jeune fille manipulée par son environnement familial se substitue, désormais, celle de parents assignés aux tâches ingrates par une militante politique sans pitié pour leur Alzheimer naissant. De son QG itinérant, Greta Thunberg tirerait les ficelles de son duo parental. L’élève a-telle dépassé le maître ? Problématique de l’œuf et de la poule. Que l’un dirige l’autre ou inversement, ce raté Facebook aura mis, une fois de plus, en évidence une entité aussi trouble que la cause qu’elle défend.

À lire aussi

StopCovid : il n’y a pas d’abonné gouvernemental à l’application recommandée

L'explication arrive et démontre que le Premier ministre a une solide formation en canoë- …