Frédéric Mitterrand explique la haine contre Macron : « Il a tout réussi »…

Frédéric Mitterrand
L'ancien ministre de la Culture de Nicolas Sarkozy, Frédéric Mitterrand, était l'invité de Sonia Mabrouk, ce 18 mai, sur Europe 1. C'est toujours intéressant, d'entendre d'anciens ministres vous dire les choses avec bien plus de sincérité que lorsqu'ils étaient en fonction. On est content d'entendre un peu l'envers du décor, et on a "en même temps" l'impression rétrospective d'avoir été pris pour un imbécile. Rien de tel, disons-le tout net, dans les propos de Frédéric Mitterrand, qui n'a pas le cynisme de certains de ses anciens collègues.
Interrogé sur la haine d'une bonne partie du peuple à l'encontre d'Emmanuel Macron, Mitterrand n'a pas essayé de finasser. Il considère, avec, semble-t-il, une certaine acuité, que les manifestations contre la réforme des retraites ont été en grande partie amplifiées par la détestation que provoque le président de la République. Cette détestation, Frédéric Mitterrand la juge d'abord disproportionnée, injuste, mais... « compréhensible ». On attend alors un discours courageux sur la brutalité présidentielle, son mépris de l'opinion publique, sa volonté de contourner la loi pour imposer un agenda qui semble venir de beaucoup plus loin que le palais de l'Élysée. Que nenni ! Pour Frédéric Mitterrand, si les gens détestent Emmanuel Macron, c'est parce que la société se compose en grande partie de gens qui ont des difficultés... alors que le Président, lui, n'a jamais connu l'échec. Brillant dans son métier, devenu directement président de la République, « jamais plaqué par sa femme », n'ayant pas « d'enfants qui se droguent », il réussit trop, quoi. En somme, ce serait un énième avatar de la haine des ratés pour le succès, des moches pour la beauté, des idiots contre les brillants. Hypothèse qui pourrait être séduisante si elle n'était pas complètement aveugle.

Les ouvrages et les documentaires sur Emmanuel Macron expliquent pourtant les ressorts de son ascension. Intellectuellement brillant, certes, mais au fond, pas tant que ça, notre bon maître doit son parcours à quelques facteurs. La séduction, d'abord : tous les témoins qui l'ont connu à l'ENA ou chez Rothschild s'accordent à lui reconnaître des qualités hypnotiques qui contribuent à expliquer sa fulgurante carrière. Le personal branding, ensuite : la "marque" Macron a été vendue avec une certaine complaisance par la presse aux ordres, qui a acheté des clichés parfaits à Michèle "Mimi" Marchand, reine de la paparazzade. Corollaire de cette propagande, l'art d'enjoliver la réalité. La réalité ? C'est que, tout brillant qu'il est, Emmanuel Macron a échoué par deux fois au concours d'entrée à Normale Sup. Parce qu'il était « trop amoureux pour [le] préparer sérieusement. Le cœur et la raison sont incompatibles », avait-il déclaré à L'Obs, en 2017. C'est beau comme un roman de gare. Comme on dit, l'amour excuse tout.
Alors, la haine contre Macron est-elle une vieille haine rance, une haine de jaloux contre un homme qui réussi tout ? C'est, semble-t-il, un total contresens. Les Français sont un vieux peuple monarchiste. Ils aiment admirer. Ils comprennent très bien que ceux qui décident doivent être plus brillants, plus intelligents, plus capables. C'est même plutôt normal. Ce qui choque les Français, ce qui provoque leur haine, n'en déplaise à Frédéric Mitterrand, c'est plutôt le contraire : Macron n'est pas quelqu'un à qui tout réussit, c'est une baudruche, un pur produit du parisianisme et des réseaux financiers, monté en épingle par un monde médiatique totalement partial. Les gens ont voté pour lui en 2017 parce que, justement, ils croyaient à cette fable du candidat jeune et parfait. En 2022, les gens ont revoté pour lui parce qu'on leur disait que Marine Le Pen, c'était Himmler avec des boucles d'oreille. Voilà ce qui arrive quand on regarde la télé.
Frédéric Mitterrand a un train de retard. Les gens ne détestent pas Macron parce qu'il est trop bon ou trop parfait : c'est, au contraire, parce qu'ils ont découvert qu'il était médiocre et méprisant, parce qu'ils ont appris à connaître sa cour de petits hauts fonctionnaires interchangeables, que les gens en ont marre. Au point de voter pour Marine Le Pen, madone de la diagonale du vide, égérie de "ceux qui ne sont rien", qui, elle, ne fait pas profession d'excellence, ne jette pas de poudre aux yeux ? Pourquoi pas...
Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

46 commentaires

  1. Je crains qu’à propos du casseur de l’Élysée, on confonde intelligence et ruse, ou esprit tordu.
    L’intelligence demande non seulement la capacité d’analyse, mais surtout la capacité de donner un sens, une direction à cette analyse. On voit bien qu’avec l’individu en question, on est loin du compte.
    En matière de sens ou de direction, le « en même temps » signale plutôt un gribouille qui tire dans toutes les directions. Si en plus il est aux ordres, une marionnette dont d’autres tirent les ficelles, on peut vraiment oublier l’intelligence.

  2. Macron pas méprisant ? Mais quand en 2014 aux 600 licenciés de la société GAD à Landivisiau , il déclarait  » que si ils ne trouvaient pas boulot c’est qu’ils étaient illettrés » ! Enfin , celui qu’on présentait comme le Mozart de l’économie , son oeuvre se résume en un Requiem pour la France

  3. « alors que le Président, lui, n’a jamais connu l’échec », exceptée sa Présidence.
    Ridicule à l’internationale et dramatique à l’intérieur.

  4. Il a lamentablement déshonoré la fonction de Président à laquelle il a accédé artificiellement et pour laquelle il n ‘est visiblement pas taillé , il est corrompu , il a apporté la ruine et la chaos dans notre pays , et de plus , Macron est comme le journal satyrique bien connu , bête et méchant ;
    Qui pourrait être jaloux d ‘ un tel avatar ?
    Le neveu Mitterand a encore perdu une occasion de se taire

  5. Vingt-dieux (j’ai le droit je suis âgé de 72 ans) !
    Sacré Frédo va !
    Le neveu du fameux Tonton, qui n’aurait certainement jamais connu la gloire si justement il n’y avait pas eu un certain Tonton à l’Élysée ?
    Quand on analyse les années Mitterrand, et ce qui en resulte, on est en droit de se poser des questions sur le neveu en question, et sur sa santé mentale, non ?
    Ou serait-ce encore un drame de la vieillesse ?
    C’est pourquoi je m’accroche, je ne veux pas finir ainsi.

  6. Fredo ? Un médiocre qui n’a encore rien compris. Il a passé le temps de 2 mandats du tonton dans la lumière des projecteurs, puis s’est éteint comme une luciole. Tiens, je parie qu’il vote encore socialiste …

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois