[Satire à vue] Le foot LGBT plonge Sandrine Rousseau dans un abîme existentiel

Sandrine Rousseau

Depuis que la cause LGBT s'est imposée dans le monde du football, Sandrine Rousseau s'est abonnée à L'Équipe. La lecture assidue du quotidien lui permet de vérifier que les joueurs concernés portent bien le maillot floqué aux couleurs de l'arc-en-ciel. "À quand les chevaux ?" se dit-elle, alors qu'elle parcourt le résultat des courses à Longchamp. Un tiercé LGBT aurait de l'allure. Mais soudain, son sang ne fait qu'un tour. Effroi, douleur, évanouissement. Le journal annonce que plusieurs membres des équipes en compétition pour le week-end refusent de porter l'emblème sacré. Un dénommé Mostafa Mohamed, du FC Nantes, attire plus particulièrement son attention. Le sacripant se permet de justifier son choix dans un long message Twitter.

Désormais rompue aux techniques des jeux de ballon, Sandrine Rousseau, dossard 28, toquée de frais, riposte par une action de toute beauté. Smartphone en main, elle envoie un de ces "Vous êtes homophobe" qui lui valut d'être sélectionnée dans l'équipe EELV. Ah, c'était bien envoyé ! La foule de gauche exulte. Un à zéro. Elle peut dégainer un autre "Vous êtes homophobe" à tout moment. Quelle ambiance !

Assaillie d'un doute, l'héroïne du jour relit les noms des voyous, regarde leurs photos. Gasp et diantre ! Il s'agit de personnes de couleur ou de nationalité étrangère... Le Mostafa incriminé est égyptien, Sébastien Gomis sénégalais... D'un tweet, certes brillant, mais malencontreux, elle vient de sombrer dans le racisme le plus sauvage. L'accusation peut lui valoir un carton rouge de ses collègues militants. Que faire ? Ni une, ni deux : action-réaction. Dans un geste d'une incroyable virtuosité, Sandrine Rousseau se saisit à nouveau de son smartphone et efface le "Vous êtes homophobe". Elle n'a rien dit, rien écrit. C'était un réflexe, un automatisme compulsif, une sorte de flatulence woke qui lui a échappé. Elle ne le fera plus.

Reste, pour la pauvre Sandrine, l'épineuse problématique de l'antiracisme confronté à son LGBTisme forcené. Ce week-end qui s’annonçait comme une grande fête de l’arc-en-ciel a dégénéré en un cas de conscience inextricable. Un coup de fil à la Fédération pourrait tout arranger. Ne recruter que des joueurs qui acceptent de porter le maillot LGBT serait le remède à tous ses maux. Peu importe qu'ils jouent comme ceci ou comme cela. Un gardien de but passoire affublé du précieux maillot vaut mieux qu'un champion du plongeon qui refuse le symbole de la lutte contre l'homophobie.

Sur la vision d'équipes de bras cassés encaissant but sur but et de marathoniens épuisés après 300 mètres, Sandrine Rousseau s'en va rejoindre sa base militante. Le démêlage du sac de nœud idéologique fera l'objet d'une retransmission sur Canal moins. Le journal L'Équipe a fait savoir qu'il suivrait, heure par heure, le déroulement des débats. Une abonnée de ce niveau se traite avec moult égards.

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

34 commentaires

  1. Bravo j’ai adoré lire cet article, qui résume bien l’absurdité de la situation actuelle.

  2. Je persiste à dire que les footeux — et tous autres sportifs — doivent juste porter un maillot aux couleurs de leur club. Point barre !

  3. dans le foot on a pas le droit à la liberté d’expression, tu dois faire l’homme sandwich tu dois être LGBT ou on te supprimes une partie de ton salaire, mais dans quel pays vit-on ? on va bientôt nous donner des T-shirts LGBT et nous dire sur quelle plage on doit aller en vacances, déjà qu’il est inadmissible que la propagande LGBT se fasse dans les écoles sans que les parents en soient avertis, ah les enfants ne connaissent pas Richelieu, nio Louis XIV, par contre ils cherchent s’ils sont homme ou femme, et comment inverser la chose.

    • Et si on laissait tomber toutes fantaisies vestimentaires et options pour des imprimés arc en ciel pour tout ce que nous portons….Le problème serait réglé une fois pour toute. Imaginons le festival de Cannes.

  4. La relégation des équipes de la NUPES en National 3, c’est à coup sûr pour la prochaine saison .

  5. Le ridicule ne tue plus…………….
    On peut le regretter, à défaut le ridicule devrait rendre muet………..

  6. Avec Sandrine Rousseau que ferait la France sans cette start adepte de « l’Ahurissement Nationale jumelé avec l’Abrutissement National » ?
    À croire que si Sandrine a été plongée dans quelque-chose dès la naissance, ce n’était pas l’eau bénite des baptisé(e)s, mais bien dans une quelconque concoction dont seuls les vegans écolos gardent le secret.
    Force est de constater que ne trouve grâce aux yeux de Sandrine, que tout ce qui est déjanté et excessif…
    Et comme tout ce qui est excessif est insignifiant… (là normalement il y a un smiley avec un clein d’œil).
    Arrêtez-la dans son élan, notre Sandrine Nationale, et dites-lui que les JO Gay et Lesbiens ça existe déjà, peut-être y trouverait-elle son destin.

  7. Les équipes sportives devraient porter des maillots mentionnant uniquement leur nom et le nom de l’équipe. Point c’est tout. Cela éviterait tous ces problèmes et débats sans intérêts.

  8. Quel courage ! S’il s’était agi de footballers non musulmans elle aurait été bien plus vindicative et les aurait trainé dans la boue jusqu’à l’expiation de leur crime…. Elle se retrouve prise à son propre piège : cruel dilemme… on ne peut pas être islamophile et en même temps LGBTQIphile…. Incompatibilité totale …. Alors elle efface « courageusement «  son tweet…. On ne sait jamais ….

  9. Ce sujet est vraiment cornélien pour notre Rousseau nationale, même si je ne suis pas sûr que notre maître, pardon notre maîtresse de conférences connaisse bien cet auteur français

  10. Superbe, Monsieur Leroy ! Vous avez raison de souligner la bonne volonté de notre belle Sandrine : le regard que nous montre cette photo exprime cette bravitude qui l’anime à chaque instant. L’extase qui s’y lit suggère qu’elle vient d’apercevoir le fantôme de Bernadette Soubirous chevauchant une grosse Harley en jean et blouson noir. Noir … enfin, moi j’dis ça j’dis rien !

  11. Bien évidemment, refuser l’obligation de porter ce truc symbolique est une décision personnelle, celle du libre arbitre de tout citoyen. Nous se sommes pas soi-disant en dictature mais être obligé (forcé) de faire qq chose sous peine d’être ostracisé prouve que oui, nous y sommes bel et bien. Et il en va de ceci comme de bien d’autres domaine. (obligation vaccinale, obligation migratoire, obligation d’approuver les pratiques homos, etc.
    L’Etat macroniste applique la formule du Christ  » si vous n’êtes pas avec moi, vous êtes contre moi « .  » Je n’aime pas les tièdes « . Moralité : refusons de nous soumettre à ces oukases. Bien faire et laisser dire.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois