François de Rugy se donne l’absolution (mais ne convainc pas)

François de Rugy

Non seulement François de Rugy est impeccable, mais il se donne lui-même l'absolution. C'est, du moins, ce qu'il a affirmé, mardi soir, au journal de France 2 : « Je me présente devant vous en homme blanchi de toutes les accusations qui ont été portées contre moi », a-t-il déclaré, en regardant les téléspectateurs droit dans les yeux, ajoutant, sans sourciller : « Je n’ai jamais douté un instant que je réussirais à prouver mon honnêteté. »

Il se fonde sur les résultats de deux enquêtes, qui viennent d'être publiés, dont personne ne met en doute l'impartialité : n'ont-elles pas été diligentées par le secrétariat général du gouvernement et par l'Assemblée nationale ? En tout cas, Matignon a acquis une certitude : « Cette inspection n’a relevé aucune irrégularité imputable au ministre dans le respect des principes d’exemplarité et des règles de la commande publique. » Quant au secrétaire général de l'Assemblée nationale, il écrit : « Il apparaît que M. François de Rugy n’a enfreint, directement ou indirectement, aucune règle et n’a commis aucune irrégularité. »

« Allez en paix ! » semble lui dire la République. L'intéressé ne se le fait pas dire deux fois. Pour les trois repas qui ont été épinglés, il est prêt à « [se] mettre en relation avec les autorités compétentes de l'Assemblée, qui établiront le montant des frais », et à les régler. Pour le reste, il estime qu'il est plus blanc que blanc. Apparemment, il n'a pas saisi les reproches implicites qui lui sont signifiés sur la facture « très conséquente » de certains travaux de rénovation ou sur le coût du dressing à 17.000 euros. Il n'est pas très regardant sur les prix.

On se demande pourquoi, devant des fautes si vénielles, François de Rugy a démissionné du gouvernement. Pourquoi le Premier ministre a souhaité préciser immédiatement les règles concernant les dépenses de rénovation des logements des ministères, pourquoi un groupe de travail a été lancé à l’Assemblée nationale sur « les règles et procédures budgétaires » de sa présidence. Edwy Plenel, invité sur BFM TV, a qualifié le rapport d'enquête de l'Assemblée de « mascarade » et maintenu les accusations de son site à l'égard de l'ex-ministre. Tient-il en réserve d'autres révélations ?

Cette affaire montre que le « nouveau monde » n'est pas éloigné des pratiques de l'ancien. Surtout pour son penchant à se taper dessus entre « amis ». Au-delà de Mediapart, le cabinet d'Édouard Philippe en voudrait à la victime, qui confie à Ouest-France : « Depuis le début du mandat, il y a des gens du cabinet […] qui me débinent et qui ont essayé de nous opposer. Quand j’étais président de l’Assemblée nationale, il y avait régulièrement des échos malveillants dans la presse, notamment dans Le Canard enchaîné, venant de Matignon. »

Selon le quotidien, un proche d'Élisabeth Borne affirme, à propos de son entrevue à Matignon : « Il s’est liquéfié, c’est ce qu’Édouard Philippe a répété à Élisabeth Borne. Le Premier ministre aurait alors vu que ce n’était pas un homme d’État. » Décidément, les mauvaises langues n'existent pas qu'à Mediapart. Sommes-nous au bout de nos surprises ? L'univers qui gravite autour de nos gouvernants serait-il un panier de crabes, où l'on glisse des peaux de banane sous les pieds de ses petits camarades ?

Philippe Kerlouan
Philippe Kerlouan
Chroniqueur à BV, écrivain, professeur en retraite

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois