Francis Lalanne appelle « à renverser » Emmanuel Macron, l’accusant d’instaurer « une tyrannie »

800px-Les_Gilets_Jaunes_(47462571852)

Dans une tribune intitulée « J’appelle », publiée le 22 janvier sur le site FranceSoir.fr, le chanteur Francis Lalanne appelle « à renverser » le chef de l’État, car il estime que le gouvernement instaure la « tyrannie » en « criminalisant » les Français au nom du coronavirus. Francis Lalanne dénonce l’état d’urgence sanitaire et les confinements : « Le chef de l’État et son gouvernement s’essuient les pieds sur le Droit Républicain comme sur un paillasson […] Le gouvernement est en train de commettre insidieusement un coup d’État au nom de la Covid ; et s’apprête à instituer la tyrannie comme un avatar de la République, à l’insu du peuple français », explique-t-il notamment.

Un appel à l’armée pour « mettre le président de la République hors d'état de nuire »

Le chanteur français suggère ainsi à « l’Armée de prendre les armes pour mettre hors d’état de nuire le président de la République ». « J’appelle les plus hauts dignitaires de l’Armée Française soucieux de faire régner l’Ordre et le Droit Républicain, à rappeler au Président de la république ainsi que sut le faire en son temps le général De Villiers, le respect de ses prérogatives et l’intérêt de la Nation. » Il leur demande de « mettre fin à l’exercice du mandat de l’actuel président de la République » et de « les [auteurs du coup d’État] faire comparaître devant un tribunal constitué en Haute Cour, pour qu’ils aient à répondre du chef de haute trahison ».

Un appel à la désobéissance civile

À la fin de sa tribune, le chanteur lance un appel à la désobéissance civile. « C’est à présent à nous, citoyennes françaises et citoyens français, de faire valoir ce que de Droit en mettant fin au trouble. Nous sommes Le Peuple. Nous sommes souverains […] La désobéissance devient alors un droit mais aussi un devoir civique et citoyen », explique Francis Lalanne qui demande « la réouverture de tous les espaces culturels, commerciaux, et autres : salles de spectacle ou commerces frappés par [l]es mesures discriminatoires et liberticides ».

Un coup de gueule qui pourrait coûter cher à l’artiste. De tels propos sont passibles de 75.000 euros d’amende, en vertu de l’article 413-3 du Code pénal qui condamne « le fait, en vue de nuire à la défense nationale, de provoquer à la désobéissance par quelque moyen que ce soit des militaires ou des assujettis affectés à toute forme du service national ».

Rappelons qu'en 2018, le chanteur avait rallié le mouvement des gilets jaunes.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois