Francfort, première ville allemande illuminée pour le ramadan

ramadan-3380068_960_720

Francfort est une ville du centre de l’Allemagne. Il s’agit de l’une des plus importantes communes du pays, avec près de 800.000 habitants, et de l’une des plus grandes puissances économiques du monde. Ce sera aussi, d’ici cinq jours, la première ville allemande à être éclairée pour le ramadan.

Du 10 mars au 9 avril, durant le mois de jeûne des musulmans, la ville de la région du Rhin-Main va se parer de décorations lumineuses en l’honneur de cette fête islamique. L’ancien bourgmestre de la ville (l’équivalent du maire en France), en poste lorsque la décision a été prise, Nargess Eskandari-Grünberg, a récemment affirmé, dans les colonnes du Bild : « En décorant pendant le ramadan, la ville de Francfort envoie un signal important pour la vie musulmane et valorise ainsi les personnes de confession musulmane de cette ville. » Comment lui donner tort ?

Londres en 2023, Francfort en 2024

L’ancienne élue va plus loin : « Ce sont des lumières de l’unité, contre les réserves, contre la discrimination, contre le racisme anti-musulman et aussi contre l’antisémitisme. » Comment lui donner raison ? En quoi l’installation de guirlandes lumineuses participe à la lutte contre les discriminations, le racisme anti-musulman et l’antisémitisme ?

Par les temps qui courent, il n’est pas certain que les Juifs allemands voient dans ces installations un quelconque geste envers leur communauté. Que dire des catholiques, des bouddhistes, des animistes, des athées ? Doivent-ils se sentir exclus ? Certainement pas car, à Francfort, ces décorations doivent être vues comme un symbole de cohésion entre les peuples ; c'est l'ancien chef de la ville qui le dit ! Une cohésion évaluée entre 50.000 et 100.000 euros par le quotidien germain. Une somme coquette, mais ne soyons pas regardant, pour l’unité des peuples, rien n’est trop beau.

Ces déclarations sentent la fumisterie à plein nez. Le journal allemand n’est pas dupe, nous non plus. Malheureusement, cela ne change pas grand-chose. Après Londres, une deuxième grande ville d’Europe met à l’honneur une culture qui n’est pas la sienne. Les élus brossent dans le sens du poil une communauté chaque jour plus importante, ils introduisent sur leurs terres des us et des coutumes qui ne sont pas les leurs, qui ne font pas leur identité.

Et bientôt dans toute l’Europe ?

Pire : pour ce faire, ils mettent de côté leur propre culture, leurs traditions, leur Histoire. Le 14 février dernier, les catholiques (premier groupe religieux en Allemagne) sont entrés dans l’une des périodes les plus importantes de l’année, le Carême, qui se terminera le 31 mars prochain avec la célébration de la résurrection du Christ, le jour de Pâques. À Francfort, cela se fera sous la lumière de lanternes en forme de croissant, d'étoile et d'éventail.

Honte à ceux qui y verront un Grand Remplacement. Quand une ville adopte le mode de vie d’une autre civilisation, extra-européenne, cela s’appelle le vivre ensemble. À force de le répéter, ça va finir par rentrer !

Vos commentaires

47 commentaires

  1. Les Allemands qui ne seraient pas d’accord avec ce qui est en train de se passer peuvent adresser de grands remerciements à Mme Merckel ainsi qu’aux institutions européennes Mme Von der Layen en premier lieu, elle aussi allemande. Le problème est que via l »eurolâtrie inconditionnelle de Macron, qui est le seul domaine où il ne fait pas du « en même temps », nous en subissons aussi les conséquences.

  2. Cohésion ? Vous avez dit cohésion ? Bien que je garde un bon souvenir de mes années d’Arabie saoudite, je dirais qu’elles manquaient de cohésion.

  3. J’espère qu’il y aura des distributions générales de saucisses (de Francfort, of course)

    • Si les saucisses de Francfort ne sont pas suffisantes, Strasbourg pourra leur en fournir quelques tonnes.

  4. Rien à faire: pour moi, cela ne rentrera jamais. Rebelle dans l’âme ! Les germains seraient-ils plus dociles ? Pas si sûr, quand on voit les résultats électoraux là-bas…

    • Le problème,en Allemagne comme en France, c’est que les dirigeants ne tiennent aucun compte de l’avis du peuple.
      Un jour Ils s’en mordront les doigts.

  5. Allons nous bientôt devoir participer à des groupes d’auto censure où nous devrons culpabiliser de préférer nos traditions culinaires et religieuses par rapport aux nouveaux dogmes imposés. Ce n’est plus de la soumission, mais du bourrage de crane. Refusons en bloc les dénominations effaçant tous les jours un peu plus notre culture et chassons des postes de gouvernance tous les imposteurs qui ne veulent pas voir qu’ils seront les premiers sacrifiés.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois