[Point de vue] Constitution et affaire Palmade : IVG, le syllogisme républicain

Capture d'écran
Capture d'écran

Vous vous souvenez de ce qu’est un syllogisme, on apprenait ça à l’école : « Tous les hommes sont mortels, or Socrate est mortel, donc Socrate est un homme. » Il y avait une majeure (vérité générale), une mineure (cas d’espèce) et une (imparable) conclusion. Tout cela avait l’air si mathématique que, comme tous les trucs logiques, on pouvait les détourner en sophismes : « Tous les chats sont mortels, or Socrate est mortel, donc Socrate est un chat. » Dans le cas qui nous intéresse, « les fœtus ne sont pas des êtres humains, or Pierre Palmade a tué un fœtus, donc… » eh bien… c’est là que ça coince : il est accusé d’homicide involontaire.

Reprenons. Hier, qui était un grand jour pour les droits des femmes paraît-il, tout le monde avait le sourire. On se tombait dans les bras au Congrès en chantant le chant du MLF, « en sororité » naturellement. L’avortement est inscrit dans la Constitution : demain, on supprimera la clause de conscience, après-demain on remboursera l’étouffement post-partum, pour les regrets de dernière minute. Vous verrez : c’est comme le mariage homosexuel, qui ne devait jamais ouvrir à la PMA. On connaît le coup.

Bref, c’était la fête, une fête de la mort comme seul l’âge sombre du Kali Yuga sait en produire. Il y avait une danse macabre autour du veau de fer de la tour Eiffel, pailletée de mille lumières.

Un curieux timing : IVG constitutionnalisée et mise en examen de Pierre Palmade pour homicide le même jour

Or, le même jour, on apprenait que l’humoriste Pierre Palmade, désormais plus célèbre pour ses marathons orgiaques, en prestigieuse compagnie paraît-il, que pour ses (pourtant bons) spectacles, était mis en examen par le parquet de Melun pour homicide involontaire. On se souvient qu’en février 2023, sous l’empire d’un cocktail chimique, Pierre Palmade avait percuté de plein fouet une voiture dont les trois occupants avaient été grièvement blessés. Parmi ces occupants, une femme enceinte de six mois avait perdu son bébé dans l’accident – un enfant « indiscutablement viable », a dit le procureur.

Homicide ou pas ?

Le parquet a, certes, rappelé le catéchisme républicain (tant qu’il n’est pas né, un fœtus n’est pas un être humain), mais a aussi constaté que, si l’accident n’avait pas eu lieu, l’enfant serait parvenu à terme. Ah, merde, alors ! Georges Fenech a rappelé, sur CNews, qu’il avait mis en examen pour homicide involontaire, du temps qu’il était magistrat, un médecin qui avait pratiqué un avortement par erreur. Or, les juristes le savent, tout cela n’est pas à géométrie variable : l'avortement ne peut pas être un homicide quand on voulait garder l'enfant, et la simple résorption chirurgicale d’un amas de cellules quand on n’en voulait pas. Sauf quand l’idée prétend triompher du réel, bien sûr.

La juge d’instruction tranchera dans l’affaire Palmade : elle peut choisir (et c’est probablement ce qu’elle fera) de ne pas tenir compte de l’avis du parquet.

Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

21 commentaires

  1. L’illogisme entre cette Constitutionnalisation et l’accusation pour homicide dans l’affaire Palmade démontre bien la légèreté de nos élites. La loi Veil prenait la mesure de cet acte contre nature pour éviter d’ajouter au malheur des femmes en détresses. Depuis, alors qu’ils en étaient les plus farouches opposants, ils n’ont cessé d’ôter à cette loi tout ce qui en faisait sa nécessité. On dit qu’on a les représentants que l’on mérite. Alors nous n’avons pas à être fiers de nous, car nous prouvons tous les jours que nos aînés étaient plus responsables que nous.

  2. Il serait bon de revoir le terme « involontaire » pour cet homicide perpétré par Palmade qui a refusé de laisser le volant à un ami qui le prévenait qu’il n’était pas en possession de ses moyens et donc ne devait pas conduire..
    Quant à la preuve de la viabilité du fœtus de 7 mois….se souvenir que pour le prouver un médecin a pratiqué une césarienne, constaté qu’il vivait….et 10 mn après il est mort…tiens! C’est donc Palmade qui l’a tué !!!! Et l’état physique du père et d’un enfant …on en parle ???
    On parie? Palmade sera condamné mais avec sursis….comme les 3/4 des peines….

  3. « l’avortement ne peut pas être un homicide quand on voulait garder l’enfant, et la simple résorption chirurgicale d’un amas de cellules quand on n’en voulait pas. Sauf quand l’idée prétend triompher du réel, bien sûr. » Parfaitement résumé.

    • Oui mais pas clair….pourquoi avorter quand on veut garder l’enfant ?
      Moi pas comprendre cette phrase…
      .
      .

  4. Les gens qui, à la tête de l’Etat, prennent des décisions savent-ils par expérience ce que sont la maternité et la paternité? Ils sont combien à avoir fondé une vrai famille composée d’un homme et d’une femme et de leurs enfants communs, une famille qui dure jusqu’à la mort de l’un des conjoints? Ce ne sont pas les couples Macron, Attal et autres qui aiment la vraie famille; les gens à la recherche de l’assiette au beurre et de la renommé sont contre la vérité et l’honnêteté, ils préfèrent détruire au lieu de construire. Tuer un enfant à naître est un meurtre, même si la politique ne veut pas entendre la vérité.

  5. J’apprécie beaucoup les articles d’Arnaud Florac qui sont toujours percutants. Son argumentation est claire, nette et précise. Merci !

  6. On est une fois de plus dans le « et en même temps », si cher à Macron ! D’un côté, le « droit » de la mère est tout puissant, celui de vie ou de mort sur son foetus, et de l’autre, le foetus a une existence légale, à partir du moment où ce n’est pas la mère qui en décide !
    Confusion extrême et diabolique, à l’image de notre législation !

  7. Qui a déjà assisté à un avortement par aspiration ? Alors la constitutionalisation de la loi Veil, et le cas de cet idiot de Palmade ??? Tout cela est consternant et beaucoup de perte de temps…

  8. Défense facile : les avocats n’auront qu’à se référer à la constitution ! A moins que là aussi, pour les crimes, il y a 2 poids 2 mesures dans le jugement ?

  9. Quel que soit le stade de la grossesse, provoquer, même involontairement, la mort d’un foetus c’est bien tuer un enfant. C’est bien un enfant qui n’a pas pu naître. Quand la justice ergote sur la viabilité du foetus pour qualifier l’acte on se croirait dans un débat de sophistes. Que le foetus soit déjà viable ou pas (ce qui est difficile à déterminer autour de 5-6 mois de gestation), il est bien VIVANT dans le sein maternel. Ce n’est pas une chose. Il y a bien homicide.

    • C’est un assassinat: meurtre avec préméditation, la loi Simone Veil était suffisante et équilibrée.

  10. Avec tous ces drogués aux volant, il y en a qui on eu l’idée de limiter le permis de conduire pour les retraités !
    En France, in est quand même bien souvent à côté de la plaque !

    • Rassurez-vous. Les « Hauts Drogués » ne conduisent pas, ils ont leur chauffeur et voiture de fonction…

  11. Si j’Ai bien compris , on peut avorter et tuer un enfant né pratiquement à terme et être être mis en prison pour avoir tué un fœtus de six mois donc viable lui aussi ? Je plains les magistrats qui vont devoir trancher .

  12. Homicide involontaire quand on prend le volant bourré de drogue , quel injustice . Et oui il a tué un bébé , ça c’est bel et bien un meurtre , un être vivant que sa mère sentait bouger dans son corps , donc peine maximale .

    • D’autant plus, il me semble, que c’était une FIV. Grossesse espérée depuis des années sans succès. Et cet enfant défiguré à vie, et les autres victimes de la voiture. Des familles détruites!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois