Il aura fallu une année pour que le président de la République et son gouvernement décident de déployer un dispositif de fermeture des frontières aux personnes en provenance d’un pays extra-européen et astreindre les personnes issues de l’Union européenne à un test PCR. Rappelons-nous le Président, et ses soutiens, qui déclaraient, en février 2020, que le virus ne connaissait pas les limites administratives des frontières. C’est donc par pure idéologie que l’exécutif, entre autres, a laissé, sans contrôle sérieux, atterrir à Roissy les avions provenant de Chine début 2020, les bateaux provenant du Maghreb durant l’été accoster à Marseille et, enfin, plus récemment, les trains d’Angleterre arriver à la gare du Nord.

Il était donc temps de prendre les mesures que d’autres pays, en Asie mais aussi en Europe, avaient mises en œuvre avec efficacité depuis de nombreux mois. Espérons, désormais, qu’elles seront appliquées par la France avec la rigueur nécessaire.

Mais ces dispositions, bien tardives, devraient être accompagnées d’autres qui, pour l’heure, ne sont toujours pas évoquées.

En effet, le Premier ministre mentionne le triptyque tester/alerter/protéger. Un mot nous manque terriblement. Il s’agit du verbe soigner. À cet égard, il devient très urgent de redonner une véritable liberté de prescription aux médecins généralistes. Il est inconcevable que le débat sur le traitement du virus se limite au seul vaccin et que, régulièrement, les professionnels de santé, proposant tel ou tel protocole de soin pour diminuer la charge virale du Covid-19 dès l’apparition des premiers symptômes, soient voués aux gémonies.

Enfin, et nous aurions pu commencer par là, il conviendrait, pour le pouvoir en place, de piloter cette crise sanitaire sur la base de données chiffrées objectives, crédibles et permettant de prendre des actions concrètes, efficaces et proportionnées, c’est-à-dire passer d’une stratégie de la peur à une stratégie de la confiance.

Factuellement, au 1er janvier 2021, la France compte, selon l’INSEE, 67,4 millions d’habitants. Durant l’année 2020, il y a eu 53.900 morts de plus qu’en 2019. Le nombre de décès lié au Covid-19 est estimé, pour 2020, à environ 70.000 personnes. 93 % des victimes du virus sont âgées de plus de 65 ans. L’âge moyen des victimes du Covid-19 est de 82 ans et la moitié des morts ont plus de 85 ans. Près de 80 % des décès surviennent chez les plus de 75 ans. Les moins de 55 ans représentent, au contraire, moins de 5 % des décès. Depuis une année, 4,53 % de la population a été testée positive. Sur la même période, le taux de mortalité s’établit à 0,1 % de la population.

Ces chiffres montrent que nous sommes en présence d’une pandémie qui affecte, prioritairement, les personnes les plus âgées et les plus vulnérables. S’il y a bien surmortalité en 2020, celle-ci concerne essentiellement les tranches d’âges supérieure à 70 ans.

Ainsi, piloter la crise sanitaire en fonction de données objectives et non anxiogènes, contrôler rigoureusement les frontières, tester à grande échelle, isoler les personnes atteintes du virus, soigner sans a priori en libérant les médecins des contraintes technocratiques et autoritaires qui les accablent, protéger concrètement les plus vulnérables, renforcer significativement les conditions d’accueil nécessaires dans les hôpitaux et, peut-être, surtout gérer la France dans l’intérêt général de sa population et du bien commun, et non en fonction d’intérêts particuliers ou du programme de certains dirigeants politiques (nationaux/régionaux/départementaux et communaux), constituent sans doute la stratégie qui pourrait rétablir la confiance, remettre le pays en ordre de marche et éviter son effondrement économique qu’occasionnerait très certainement un troisième confinement.

Mais ce Président et ce gouvernement iront-ils jusque-là ?

3114 vues

31 janvier 2021 à 12:45

Partager

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.