Qui dit nouvelle maquette dit nouveau départ. À l'occasion du lancement de sa nouvelle formule, vous propose une série de courtes interviews qui démarre aujourd'hui. Chaque jour, une personnalité — politique, intellectuel, artiste, sportif, etc. — répondra à une question, toujours la même, qui correspond aux interrogations du moment. Et pour inaugurer cette série, Alain Delon nous a fait l’honneur de bien vouloir être présent à nos côtés…

Crise de régime, crise de ou révolution : selon vous, sommes-nous en 1958, 1968 ou 1788 ?

Sans hésiter : 1958. Et si le général de Gaulle ne revient pas et que les choses continuent comme cela, on risque de se retrouver en 1788…

« Pauvre France », aurait dit Jean Cau. Il avait tout prévu concernant notre décadence. S'il vivait encore aujourd'hui, il souffrirait abominablement parce qu'il aimait son pays plus que tout. D'autant plus qu'il aurait vingt ans de plus et se sentirait impuissant. D'ailleurs, la se trouve elle-même impuissante à faire quelque chose contre sa propre régression. Politiquement, la gauche est incapable et la droite est depuis longtemps la plus bête du monde !

150 vues

18 novembre 2013

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.