On préfère nos Présidents en ex.

Pour , cela a été plus qu’évident. L’immobilisme de son pouvoir a été gommé par une affection tendre et globale après.

, au fur et à mesure qu’il est redevenu un homme de , a conquis de haute lutte l’admiration de beaucoup de Français grâce à son courage et à sa dignité.

, lui, est arrivé dans cette zone bénie où on est adoré en même temps qu’on n’est plus désiré sur un plan .

, lui, n’a pas encore eu la chance de s’ennoblir en ex.

Les ex nous rassurent : ils sont là sans l’être. On a le droit de les aimer sans que le réel ne vienne nous agiter, nous troubler à leur sujet.

Qu’attend donc notre Président pour vite se muer en ex ?

30 juin 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Philippe Bilger : « Éric Dupond-Moretti est devenu un homme politique classique pour le pire : il viole une promesse et est devenu un ministre timoré »

Le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti a présenté sa réforme de la justice en 36 proposit…