Editoriaux - Politique - 30 juin 2019

Emmanuel Macron en ex, ce serait tellement plus in !

On préfère nos Présidents en ex.

Pour Jacques Chirac, cela a été plus qu’évident. L’immobilisme de son pouvoir a été gommé par une affection tendre et globale après.

François Mitterrand, au fur et à mesure qu’il est redevenu un homme de droite, a conquis de haute lutte l’admiration de beaucoup de Français grâce à son courage et à sa dignité.

Nicolas Sarkozy, lui, est arrivé dans cette zone bénie où on est adoré en même temps qu’on n’est plus désiré sur un plan politique.

François Hollande, lui, n’a pas encore eu la chance de s’ennoblir en ex.

Les ex nous rassurent : ils sont là sans l’être. On a le droit de les aimer sans que le réel ne vienne nous agiter, nous troubler à leur sujet.

Qu’attend donc notre Président pour vite se muer en ex ?

Extrait de : Justice au Singulier

À lire aussi

« Affaire Morano » : lorsque des imparfaits s’érigent en juges

Le registre dont use Nadine Morano relève du droit qu'a tout politique d'incriminer, même …