Editoriaux - International - Politique - 30 septembre 2019

Élections en Autriche : raz-de-marée conservateur, recul des patriotes

Les électeurs autrichiens ont été appelés, ce dimanche 29 septembre, à élire la Chambre des députés. Les sociaux-chrétiens de l’ÖVP, le parti de l’ancien chancelier Sebastian Kurz, sont les grands vainqueurs du scrutin anticipé, avec 38,4 %, soit une progression de 6,9 points. Les patriotes du FPÖ subissent un lourd recul, de 8,7 points, et tombent à 17,3 %. Ils payent les attaques massives dont ils ont été victimes, ainsi que le coup de couteau dans le dos qui leur avait été assené par le chancelier Kurz.

Kurz avait, en effet, profité de la démission du vice-chancelier FPÖ Heinz-Christian Strache afin de tenter de se débarrasser du très efficace ministre de l’Intérieur FPÖ Herbert Kickl, ce qui avait conduit à la fin du gouvernement ÖVP-FPÖ. Strache avait quitté son poste à la suite de la publication, en mai dernier, juste avant les élections européennes, de la « vidéo d’Ibiza » le montrant en compagnie d’une autre figure de proue du parti, Johann Gudenus, en conversation avec la soi-disant nièce d’un oligarque russe désirant investir dans la presse autrichienne. Le gouvernement suivant, mis en place par Sebastian Kurz, avait été recalé par la Chambre des députés. Un gouvernement de techniciens avait alors vu le jour en attendant les élections législatives.

Les sociaux-démocrates du SPÖ enregistrent un très mauvais résultat, en décrochant 21,5 %, soit -5,3 points. Les écologistes font leur retour au sein de l’assemblée, avec 12,4 %, soit +8,6 points. Les écologistes dissidents de JETZT sont éliminés de la Chambre des députés et les libéraux de NEOS progressent de 2,1 points et obtiennent 7,4 %.

Lors des élections législatives précédentes, en octobre 2017, Sebastian Kurz avait repris une partie du programme anti-immigration et sécuritaire des patriotes du FPÖ afin de leur couper l’herbe sous le pied. Son parti, l’ÖVP, avait ainsi fortement progressé et était arrivé premier. Ce retournement de veste de l’ÖVP, qui sortait d’une coalition – avec les sociaux-démocrates du SPÖ – favorable à l’accueil des migrants lors de l’afflux massif de ceux-ci engendré par l’ouverture en 2015 des frontières allemandes par la chancelière démocrate-chrétienne Angela Merkel (CDU), avait été bénéfique à cette formation politique.

Lors de la campagne électorale actuelle, le FPÖ a dû faire face, en plus de l’affaire de la vidéo, à des attaques et campagnes de presse négatives en tous genres n’étant fondées sur aucun élément tangible, visant les dépenses de Heinz-Christian Strache, de sa femme, d’argent liquide qui aurait été reçu de l’étranger. De plus, l’actuel président du FPÖ Norbert Hofer a aussi été visé par des diffamations ainsi que par une attaque portant sur le fait que, pour des raisons de sécurité, le FPÖ avait fait construire, lorsqu’il était candidat à l’élection présidentielle de 2016, un mur autour de sa maison afin de la protéger d’intrusions du public.

À lire aussi

Raz-de-marée patriotique sur l’Ombrie rouge : Salvini et Meloni triomphent

Alors que les responsables gouvernementaux tentent de persuader le public que ce scrutin r…