[EDITO] Sursaut ou chaos : la bardellisation comme remède à la bordélisation ?

Capture d'écran X
Capture d'écran X

« Le choix est clair, aujourd’hui : c’est le sursaut ou le chaos. » Cette petite phrase a été prononcée par Jordan Bardella dans l’entretien qu’il a accordé, ce dimanche 23 juin, au JDD. Ce n’est pas la première fois qu’il en use : « Le 9 juin, c’est un choix entre le sursaut et le chaos : nous sommes la seule liste capable d’infliger une défaite à Emmanuel Macron et capable d’organiser l’alternance », déclarait-il, il y a quelques semaines, dans le Var, pour enjoindre à voter aux européennes. « Face aux narco-trafics, il y a deux chemins : le sursaut ou le chaos », martelait-il encore, le 30 mai dernier, sur le plateau de CNews, lors du débat entre les principales têtes de liste des européennes.

Le sursaut ou le chaos : la formule - qui est aussi le titre d’un livre de Thibault de Montbrial paru chez Plon en 2015 - claque et fait mouche comme une belle phrase choc. Surtout, elle est une appropriation, à front renversé, de l’essentiel argument de campagne d’Emmanuel Macron, ces dernières années : « Moi ou le chaos. » Sauf qu’il y avait une erreur sur deux petites lettres, mais qui font tout, une confusion sur la conjonction de coordination : entre émeutes, narco-trafics, insécurité endémique, immigration hors de contrôle, terrorisme, effondrement économique… ce fut lui ET le chaos. Comme un boomerang, Jordan Bardella détourne la proposition et la renvoie à l'expéditeur en miroir. Les rôles sont désormais inversés.

Bommerang 

Ce n’est pas la première fois, du reste, que Jordan Bardella reprend à son compte des éléments de langage attribués à Emmanuel Macron, comme l’a noté Quotidien en mai dernier, à plusieurs reprises et de façon trop appuyée pour que ce ne soit pas prémédité : « Vous n’êtes pas la candidate de l’esprit de finesse, ce soir », a-t-il lancé à Valérie Hayer. « Vous n’êtes en tout cas pas la candidate de l’esprit de finesse », avait lâché Emmanuel Macron à Marine Le Pen, pendant le débat en 2017. Jordan Bardella reprend, pour les retourner comme une chaussette, les accusations d’« impréparation » ou de ventriloquie. Marine Le Pen dit volontiers que la politique est comme le judo : il faut savoir utiliser la force de l’adversaire pour le déséquilibrer. Jordan Bardella a visiblement compris cinq sur cinq la leçon de son mentor et lave en même temps son honneur. Emmanuel (le bien nommé) Macron, c’était le verbe. Aujourd’hui, son verbe devient son adversaire.

Trois France, trois drapeaux 

Philippe de Villers distingue trois France : la France de l’ubérisation, la France de la créolisation, la France de la tradition. Et Michel Onfray trois drapeaux - européen, palestinien, français -, que l'on pourrait qualifier peu ou prou d'étendards respectifs de ces trois France. Emmanuel Macron a porté la première, avec le succès que l’on sait. Dans les urnes, restent aujourd’hui, en proportions presque comparables, les deux autres, dans un face-à-face - selon l’expression de Gérard Collomb - que certains résument d’une voyelle : la bardellisation contre la bordélisation. Ou bien par le sursaut plutôt que le chaos. Le chaos est déjà là. Et le sursaut promis par Bardella ressemble à un saut (dans le vide), tant il y a d’inconnues dans l'équation, de verrous difficiles à quantifier pour le « jour d’après ». Mais quand la maison brûle, vaut-il mieux rester paralysé sous les poutres embrasées qui s’effondrent ou tenter de sauter par la fenêtre, quitte à se fouler la cheville ? Un nombre croissant de Français semblent avoir tranché.

Gabrielle Cluzel
Gabrielle Cluzel
Directrice de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

40 commentaires

  1. Le choix est simple : êtes-vous un vrai français patriote , un mondialiste à la solde de la haute finance américaine , ou un partisan de l’islamisation de notre Patrie ? Je vous laisse découvrir à quelle mouvance appartiennent les les trois principales formations en présence .

  2. La police, la gendarmerie et l’armée me semblent toutes acquises au RN et n’attendent plus que des ordres clairs pour obtenir un ordre clair !

  3. Tout le monde connaît certaines déclarations de Marine Le Pen selon lesquelles son parti n’est ni de gauche ni de droite, la religion musulmane est compatible avec nos valeurs républicaines, la France doit rester dans l’Europe, etc… bref, on ratisse large. Jusqu’à accepter aujourd’hui le sauvage abattage rituel propre à deux religions ! Dangereuse stratégie qui ne peut que décevoir beaucoup de ceux qui comptaient voter RN; Rien n’est joué.

    • Il ne reste qu’à espérer que la stratégie de « dediabolisation » aujourd’hui poussée à l’extrême pour des raisons électorales…permettra au RN d’obtenir une majorité..et qu’une fois elu ,il fera ce qu » il avait promis il y a quelques années.. sinon c’est foutu..nous aurons élu une nouvelle ump …

  4. j’entendais hier soir que le RN n’interdira pas l’abattage sans étourdissement ( et donc le paiement de la taxe à la mosquée qui va avec) et je me suis rappelé les invectives anti Sarko qui trahissait ses promesses de campagne … au point de le mettre sur le même plan que hollande et faire élire ce dernier puis macron… le RN, lui, trahit son programme avant même l’élection. Sans doute parce qu’ils se rendent compte qu’entre promettre et pouvoir tenir, il y a un monde mais bon, moi aussi, j’ai tranché: si je n’ai que ce choix, ce sera celui qui recule devant l’islamisme, plutôt que celui qui veut nous l’imposer.

    • Malheureusement aujourd’hui nous ne votons pas  » POUR » mais  » CONTRE »…Parce qu’il faut bien, entre deux maux, choisir le moindre, quand  » la maison brûle »…. Voter POUR le RN, c’est voter contre Macron et surtout CONTRE le NFP de Mélenchon et ses alliés….

  5. Depuis qu’il est porté par CNews,puisqu’on voit ses cadres y défiler matin midi et soir,le RN est en phase ascendante .On ladit de droite,mais il n’est que du Centre qui oscille entre centre droit-gauche.Mais il est clairement de gauche eu égard aux thèmes sociétaux.On le voit d’ailleurs actuellement faire volte face sur l’abattage rituel islamiste ,sur le port du voile dans l’espace public et remettre aux calendes grecques les réformes portant sur l’âge de la retraite.Sans compter son attitude complaisante,en dépit de ce qu’il prétend,eu égard à l’immigration et à l’égard de l’islam en particulier.

  6. Voici un autre scandale qu’il faut dénoncer haut et fort ! Tous les médias – et la presse régionale notamment – font le forcing pour dénigrer le RN (« extrême droite » comme chacun sait) et pour faire la promotion du prétendu « Nouveau Front populaire ». Hier soir sur la chaine 3, entre deux épisodes des « enquêtes de Véra », une page de pub électorale : commencée par Bardella pour le FN, suivi des autres groupes candidats, dont ce NFP en 3e ou 4e position du passage successif de chacun, la séquence électorale s’est terminée par un SECOND PASSAGE de la même vidéo du NFP ! Histoire de bien enfoncer le clou dans la cervelle du téléspectateur !!! Un scandale de partialité éhontée qu’il faut dénoncer et inviter les autres groupes candidats à dénoncer fermement !

  7. Je ne suis pas rassuré,loin de là. Si Bardella devient 1 ministre pourra t’il gouverner ;j’en doute.
    Augmente t’il le prix des allumettes et des hordes
    Islamo-gauchos-collabos seront dans les rues pour casser, incendier, piller…

  8. Le RN est un parti comme les autres du coté droit. Il ressemble sociologiquement à l’ensemble de la droite. C’est justement là la raison pour laquelle il est attaqué. Ce n’est pas de cas de la gauche frontiste considérés comme des pitres. Il est toujours plus facile de combattre les antipodes que ceux qui nous sont proches. Pour cette raison, le RN fait peur parce qu’il ressemble à la majorité de droite.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois