Désespérant ! Mgr de Moulins-Beaufort résigné à « toujours plus d’immigration »

moulins beaufort

Désespérant ! Le dernier entretien de Mgr de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, à KTO est désespérant. Un comble pour une interview donnée à l’occasion de Pâques, fête par excellence de l’Espérance. Je vais être méchant, mais on mettrait à ce prélat un costume-cravate piqué dans la garde-robe d’Emmanuel Macron qu’on n'y verrait que du feu. Tous les accessoires y sont, y compris le « celles et ceux », sésame désormais indispensable lorsqu’on appartient au camp de la raison, du progrès et tout ça.

Interrogé sur le projet de loi sur la fin de vie, l’archevêque de Reims réussit le prodigieux exploit de ne pas employer le mot tabou « euthanasie ». Pour ne pas fâcher « toutes celles et ceux » qui sont au pouvoir ?

Mais, incontestablement, celui qui aurait été duc et pair dans l’ancienne France se surpasse lorsqu’il aborde la question migratoire. « L’Église est parfois accusée de naïveté lorsqu’elle invite à accueillir les migrants », l’interpelle très gentiment la journaliste. Et Mgr de Moulins-Beaufort de dérouler des éléments de langage aspergés d’eau bénite. « Je crois qu’il faut oser dire que le phénomène des migrations ne va pas s’arrêter, ne fût-ce qu’à cause des changements climatiques… L’immigration, il y en aura. » Le postulat est posé quasiment comme un dogme infaillible.

« Donc, comment est-ce qu’on accueille ? Comment est-ce qu’on aide à l’intégration ? Comment, ensuite, on peut créer une société apaisée, unie, fraternelle ? C’est un immense défi qu’il ne faut pas nier. » Deux minutes avant, dans ce même entretien, Moulins-Beaufort, interrogé sur la crise sociale actuelle, répétait les mots qu'il avait entendus en 2018, lors de la crise des gilets jaunes, des mots qui, dit-il, l’avait frappé : « Avant, nous vivions et maintenant nous survivons. » On imagine que dans une France submergée toujours plus par l’immigration, la situation ne s’améliorerait pas.

Moyennant quoi, l’archevêque de Reims nous propose la résignation : « Mais je crois que de ce point de vue-là, ceux qui se bercent d’illusions sont ceux qui essayent de nous faire croire qu’on va pouvoir arrêter les migrations. Le pape en particulier nous aide à être extrêmement réalistes là-dessus et à nous préparer… » À nous préparer à quoi ? « À tout ce qu'il y a à préparer comme dispositifs pour pouvoir accueillir de la manière la plus juste et aussi la plus efficace possible ceux et celles qui, de façon plus ou moins inévitable, viendront de manière à créer une société solide et forte et fraternelle. » La France est fracturée comme jamais, avec ses « territoires perdus de la République », en voie de libanisation, diront certains, mais avec plus, toujours plus d’immigration, on va pouvoir créer une « société solide et forte et fraternelle ». Qui se berce d’illusions ?

Et puis, on attendrait de ce successeur de saint Rémi qu’il nous parle de civilisation, de chrétienté, de choses qui font vibrer les voûtes des cathédrales. Non, il nous parle de « dispositifs », comme le ferait un directeur départemental de la Sécu ou un patron d’ONG. Désespérant ! De banalité, de platitude, d’horizontalité.

Et pendant ce temps - sans transition et sans lien de cause à effet ?-, l’Église catholique recule de plus en plus dans la société française, bien qu’elle reste la première religion – avant l’islam – du pays. Preuve en est ce rapport publié sur le site de l’INSEE. Où l’on apprend que la « désaffiliation religieuse » frappe de plein fouet l’Église catholique : 67 % seulement des personnes élevées dans une famille catholique suivent la religion de leurs parents. Cette proportion est de 91 % chez les musulmans et 84 % chez les israélites. Que « seuls 8 % des catholiques fréquentent régulièrement un lieu de culte, contre un peu plus de 20 % des autres chrétiens, des musulmans et des bouddhistes, et 34 % des juifs ». Aurait-on raté quelque chose « au niveau des dispositifs » de transmission de la foi ?

Et pendant ce temps - là encore, sans transition et sans lien de cause à effet ? -, la poussée « tradi » se poursuit au sein de l’Église catholique. Une poussée perçue de façon quasi maléfique par certains : « Ça s’insinue petit à petit », pour reprendre les propos d’une paroissienne, « retraitée et catholique pratiquante, membre de l'équipe liturgique », citée par BFM dans un article publié pour Pâques sur cette poussée traditionaliste, notamment chez les jeunes, dans l’Église de France.

Tout cela, bien entendu, sans lien de cause à effet. Néanmoins, ne serait-il pas temps que la hiérarchie catholique se pose les bonnes questions, ne serait-ce que sur les bons « dispositifs » à adopter ?

Georges Michel
Georges Michel
Editorialiste à BV, colonel (ER)

Vos commentaires

84 commentaires

  1. Que le Vatican nous montre l’exemple et accueille quelques milliers de migrants et que nos politiques en fassent autant en les invitant à vivre dans leur habitation.

  2. Comme quoi l’on peut être agrégé de théologie et bête comme ses pieds; il y avait eu un traître criminel précédemment : Caïn qui a tué son frère Abel pour des motifs aussi pitoyable; amen.

  3. S’il n’est pas contre l’euthanasie, il n’est pas digne des évêques allemands qui ont défendus bec et ongle contre Hitler. Le christianisme est devenu un robinet d’eau tiède, où est le clergé qui a sauvé des juifs quand les nazis étaient chez nous.

  4. Triste discours… L’immigration relèverait du réchauffement climatique ? Je croyais qu’elle devait servir à pourvoir nos emplois inoccupés par des Français de souche…
    J’ai du mal à accepter que la charité débouche sur la disparition de ce qui a marqué notre histoire de « fille aînée de l’Eglise. Une politique nataliste, un engagement des chrétiens survivants, un clergé actif, soucieux de proposer des cérémonies enthousiasmantes, est-ce irréaliste ?
    Je n’ai manqué aucune veillée pascale depuis… 1954 (souvenir du premier baptême pendant la célébration) et cette année j’ai vécu un office rénové, des chants de qualité et un cérémonial quelque peu allégé : il est donc possible de satisfaire les pratiquants qui subsistent dans nos paroisses. L’église était d’ailleurs pleine pour la messe des Rameaux, tradition ancrée dans les mémoires.

  5. Le wokisme est En Marche, et les Catholiques pour un grand nombre vont tomber dans le Chaudron….
    Il n’y a que la messe en latin pour revenir au Sacré, à l’origine, et rester vraiment Dans La Religion…

  6. Cette résignation, cette absence de parti pris ressemble plus à l’attitude du 5e Procurateur de Judée qu’à Jésus.

  7. ben oui, les cathos, votre pape et sa gouvernance sont des mondialistes effrénés. Remarquez, cela vous plait : vous avez voté majoritairement pour Macron en 2022 comme en 2017.

  8. Et ce sont les mêmes qui se plaignent de la déliquescence complète de l’Eglise catholique. Tant qu’on aura un pape comme François et des couards sans caractère ni courage comme évêques, je ne parle pas des cardinaux car eux ils sont déjà ailleurs et on ne sait où, le catholicisme sera de la bouillie pour chat. Revenons au combat des clercs et à l’avant Vatican II et refaisons un clergé de conversion fort de ses valeurs et de son dynamisme pour contrer l’islam. Alors, beaucoup pourra être fait et gagné.

  9. Ils (les autorités ecclésiastiques) se sont « couchés » devant les mesures sanitaires anti covid19, prises par le Conseil Scientifique de Macron, pour les messes dominicales.
    Ils se sont encore couchés devant les lois de PMA, de mariage pour tous, de fin de vie.
    Alors, ce n’est pas étonnant, qu’ils se couchent « encore » pour l’accueil des migrants non catholiques pour la plupart d’entre eux.
    Ils se désoleront encore, quand ils s’apercevront qu’il n’y a plus de vieux pour entretenir les églises et que l’Etat Socialisant mondialisé français leur demandera de les transformer en chambre d’hôte pour éviter le pognon de dingue donné aux centres de vacances réquisitionnés par la politique du président des riches.

  10. Un indice concernant ce Pape. Il s’entend super bien avec Macron. C’est normal. Qui se ressemble s’assemble…
    Espérant que le prochain concile, pour élire le prochain Pape, dans sa profonde sagesse, choisira quelqu’un qui aura à cœur de défendre le sort des Chrétiens plus que celui des musulmans. L’Eglise Catholique au lieu de demander pardon pour les croisades, ferais bien de s’inspirer de leurs propres méthodes d’influence…

      • J’ai apprécié un ouvrage du cardinal Robert Sarah, hélas il ne s’est guère engagé devant la dérive de l’Eglise sous l’actuel pontificat,d’autre part il n’est plus très jeune ,nous avons besoin d’un bon pape qui puisse régner assez longtemps afin de laisser une trace et devenir une référence .

    • Je ne sais si cela vavous laisser quelque espoir. Mais la prophétie des Papes indique que Bergoglio est le dernier pape. Ceci dit, je garderai ma conscience et ma foi peut-être encore mieux qu’en ayant un berger égaré à la tête de la chrétienneté.

  11. A écoute ce, comment dire, « monseigneur », par politesse, je ne m’étonne pas que le peuple de Dieu fréquente de moins en moins son église. Je crois en Dieu, mais plus dans sa création humaine.

  12. François exerce avec constance les fonctions de Chef d’Etat du Vatican et de Président d’ONG écolo-humanitaire (à défaut de celles de Pape chef de la chrétienté. L’Eglise de France et la Conférence des Evêques suivent et appliquent normalement les consignes de Rome. La disparition inéluctable des clergés diocésains ne les iinquiète nullement pas plus que l’exode des « forces vives » des pays en voie de développement vers les pays « riches »

  13. Que cet évêque bon chic bon genre aux mains propres démissionne, se présente aux prochaines législatives et une fois élu il pourra en toute transparence promouvoir la France multiculturelle et cultuelle si chère à toute cette caste politique nauséeuse. L’écrivain algérien Boualem Sansal nous a à de multiple fois mise en garde contre « le cauchemar à venir ! »
    Bientôt la France sera Libanisée c’est le souhait de l’ONU et de L ‘EUROPE politique.

  14. La France ne sera sauvée que part son peuple, c’est à lui de décider de son avenir, non ces piètres courroies de transmission d’une certaine mafia mondialiste….
    Un espoir, l’Europe se réveille, ses peuples commence à faire front commun contre l’inacceptable, l’Italie nous montre la voie, suivons sont exemple, osons dire NON.

    • Oui l’Italie, mais dont la démographie est en panne…Le salut viendra plutôt de la Hongrie ou de la Pologne qui nous a déjà donné un Pape…

      • Que le démographie soit en panne, soit, cela ne permet pas d’irriguer l’Europe de populations qui se réfèrent à l’Islam.
        Une politique nataliste Européenne est possible, commençons par investir dans des infrastructures qui permettront aux couples de s’épanouir en ayant des enfants…

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois