Le film aux onze Oscars, record égalé mais jamais dépassé : un film de Noël ?

L'histoire de Ben-Hur est profane, mais elle trouve tout son sens lorsque le personnage principal assiste à la Passion du Christ.

Le film s'ouvre sur la Nativité et nous montre l’Étoile se déplacer vers Bethléem où les bergers viennent adorer le Sauveur. La musique d’un berger précède la musique d’ouverture : musique clinquante typique des grands spectacles hollywoodiens de l’époque.

Ainsi, le ton est donné : les aventures captivantes de Ben-Hur – l’histoire d’un prince juif victime de fausses accusations et condamné aux galères, qui sera tour à tour esclave, citoyen romain et vainqueur d’une course de chars – n’ont de sens que si elles sont mises en lien avec les rencontres avec un homme mystérieux qui jalonnent le parcours du héros. Le spectateur n’est jamais dupe sur l’ de l’homme mystérieux. Et l'apothéose du film intervient lorsque Ben-Hur en découvre l’identité et fait ainsi la découverte de la rédemption.

Cette rédemption est, pour Ben-Hur, comme une résurrection qu’il va vivre avec sa mère et sa sœur qu’il a retrouvées. Et là encore, on peut, devant cette réunie, penser à Noël. La rédemption est liée à Noël.

 

30 décembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.