Les syndicats étaient de retour dans la rue, samedi 1er mai, après avoir été privés de défilé en 2020 à cause de l’épidémie de Covid-19 et du confinement. Environ 300 rassemblements ont eu lieu, en France. À un an de l’élection présidentielle, les revendications des manifestants allaient de la des services publics à la contestation des réformes du gouvernement. Cependant, de violentes agressions à l'égard des policiers et pompiers ont eu lieu en marge des défilés à Lyon et à Paris.

 

À Lyon, des tirent des mortiers sur la police

On déplore des à l’égard des forces de l’ordre, en particulier à et à Lyon, où la situation était « extrêmement tendue » dès le début du rassemblement. Les forces de l'ordre ont dû intervenir pour disperser « un groupe de 200 personnes » qui « faisait usage de mortiers à l'encontre des policiers », souligne la préfecture sur Twitter. Un bref mais violent affrontement a éclaté en début de manifestation entre un groupe de et des policiers. Des vitrines et panneaux publicitaires ont été saccagés. Au moins un policier est blessé.

 

À Paris, policiers et pompiers agressés

À Paris, le défilé s’est élancé de la place de la République à 14 heures à l’appel de la CGT, de FO et de syndicats étudiants. La CFDT a, de son côté, organisé un rassemblement virtuel sur Internet.

Très rapidement, la situation s'est tendue, nécessitant l'intervention de la brigade de répression de l'action violente contre une « tentative de constitution de Black Blocs », relate l'AFP, de source policière, et des pompiers en intervention ont été pris à partie par des casseurs.

La préfecture a annoncé 34 interpellations.

1 mai 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.