Le Parlement de Westminster et tout le Royaume-Uni sont ébranlés par le meurtre de David Amess, élu conservateur de 69 ans, assassiné par un jeune de 25 ans à coups de couteau, dans une église de la tranquille station balnéaire de Leigh-on-Sea. La police ne précise pas clairement si le suspect est un citoyen né au Royaume-Uni ayant des racines somaliennes ou un migrant somalien qui a, par la suite, obtenu la citoyenneté britannique.

Depuis la corne de l’Afrique, il a suffi qu’à un moment ce  « Somalien », ou son père ou sa famille, depuis le Somaliland ou d’ailleurs, arrive à Leigh-on-Sea : jusque-là tranquille station balnéaire située à l’Est de Londres, à l’embouchure de la Tamise, une de ces villes de bord de mer qui font le charme de l’Angleterre, avec son petit port, sa plage, les fruits de mer que l’on y déguste en respirant l’air iodé. Il a suffi qu’il pénètre, ce vendredi 15 octobre, un peu après midi (11 h 00 GMT), dans cette modeste et moderne église méthodiste Belfairs avec ses briques anglaises rouges ; là où le député conservateur David Amess, chrétien engagé, député aimé de tous, y tient une permanence. C’est alors que cet individu, n’aspirant pas à profiter de la paix et de la prospérité britanniques mais seulement à accomplir sa maudite besogne, sort son couteau et, à plusieurs reprises, plante lâchement l’arme blanche dans le corps stupéfié et désarmé du député. Dix-sept coups de couteau. David Amess n’a pas survécu à ses blessures.

La police de l’Essex a indiqué qu’un homme de 25 ans avait été arrêté pour meurtre. Un couteau a été retrouvé sur place. Elle ne recherche « personne d’autre ». L’enquête confiée aux services antiterroristes a très vite avancée. Elle révèle, selon les premiers éléments, « une motivation potentielle liée à l’extrémisme islamiste ». Le suspect avait pris rendez-vous, une semaine à l’avance, selon le Daily Mail. « Auto-radicalisé », selon le Sunday Times. Il avait déjà été orienté vers le programme national volontaire de lutte contre la radicalisation, mais ne l’avait pas suivi longtemps. Il pourrait avoir été inspiré par Al-Shabab, les islamistes liés à Al-Qaïda en Somalie.

David Amess, ardent Brexiteer, opposé à l’avortement, au mariage homosexuel, élu pour la première fois en 1983 à Basildon, une autre circonscription de l’Essex, avait été réélu sans interruption comme représentant de Southend West depuis 1997. Les hommages ont été nombreux pour Sir David des deux côtés de la Chambre des communes, et bien au-delà des cercles du pouvoir. Ce fervent catholique, père de cinq enfants, est né à Plaistow, dans l’est de Londres, en 1952. Sir David Amess, thatchérien et monarchiste, était considéré comme l’un des visages les plus reconnaissables à la Chambre des communes, ayant été député pendant près de quatre décennies, faisant de lui l’un des plus anciens parlementaires du Royaume-Uni.

Maajid Nawaz, journaliste de gauche, présentateur de LBC, a une raison particulière d’être reconnaissant à Amess, qui s’est levé pour lui quand il fut emprisonné en en tant qu’« islamique radical ».

Le Premier ministre Boris Johnson, en déplacement à Bristol, rentré précipitamment à Londres, a pris la parole, vendredi soir, exprimant son « choc » et sa « tristesse » face à ce drame. « Il a été tué dans sa circonscription, dans une église, après près de quarante années de service rendu aux habitants de l’Essex et de l’ensemble du Royaume-Uni. »

Le vice-Premier ministre Dominic Raab a rendu hommage à un « formidable militant avec un grand cœur et une incroyable générosité d’esprit, y compris envers ceux avec qui il était en désaccord ».

Carrie Johnson, l’épouse du Premier ministre, s’est dit « absolument dévastée » par la nouvelle et a salué la mémoire d’un homme défenseur des animaux. « Il était extrêmement gentil et bon. Un véritable amoureux des et un vrai gentleman. C’est tellement injuste, mes pensées vont à sa femme et à leurs enfants. »

17 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 5 votes
Votre avis ?
37 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires