Cette semaine, l’opposition entre la paysannerie française et les technocrates du gouvernement a fait couler beaucoup d’encre. Gabrielle Cluzel l’évoque dans son édito « La révolte paysanne s’étend : Europe enracinée contre UE hors-sol ». Nos lecteurs ont un avis bien tranché. « Nous sommes garrottés entre un État dispendieux qui, par ses excès, s’est délégitimé, qui, par sa trahison, a vendu notre souveraineté à Bruxelles, qui, par son irresponsabilité, a ruiné le destin de notre nation », analyse Erod. Parrhesia qui ajoute : « Peut-être le salut de l’Europe mal en point viendra-t-il "des hommes de chez nous, issus de la glèbe féconde", comme pourrait aujourd’hui le réécrire l’infiniment regretté Émile Verhaeren. » Rien ne parle mieux que les chiffres, nous rappelle MmmH : « Emeutes "Nahel" : 950 millions. Ce matin, aide UE à l’Ukraine : 50 milliards. Débloqués pour les agriculteurs : 400 millions. Tout va bien. »

Clémence de Longraye rappelle, dans son article, que « malgré la grogne des agriculteurs, un rapport appelle encore à la décroissance ». Michon ne se laisse pas berner : « Les agriculteurs auront toutes les promesses qu’ils veulent entendre jusqu’à la fin des JO et les paris sont ouverts qu’après, ce sera un autre discours ! » Selon MmmH : « La décroissance est une invention de bobos riches : qu’ils aillent dans les pays pauvres expliquer que ça les arrangerait s’ils voulaient bien rester pauvres, pour le bien de leur "bilan carbone". » Marcu s’adresse directement au premier concerné : « Allô, M. le Premier ministre, allez-vous pouvoir intervenir en conformité avec vos analyses et les promesses que vous avez formulées à l’égard du monde agricole ? » Golf Romeo ajoute : « La France a détruit son industrie, même médicamenteuse. Elle est en train de détruire son industrie aéronautique (lu ailleurs : transfert de technologie par Dassault/Safran à l’Inde). Quand nous n’aurons plus de produits vitaux alimentaires, que nous restera-t-il à vendre pour notre balance commerciale et pour nos revenus ? » Et Rohan s’offusque : « Et allez ! Encore 50 milliards d’euros votés pour l’Ukraine qui finiront dans les poches des oligarques ukrainiens archi-corrompus ! »

L'article de Sabine de Villeroché « Agricultrices : ce que pensent les femmes » a aussi fait réagir nos lecteurs. Michell les félicite : « Un grand bravo à ces femmes dignes héritières de leurs aînées sur qui a pesé toute l’alimentation de la France alors que les hommes valides étaient au front. Nous sommes fiers de vous et de votre combat. » Upsala semble d’accord : « Depuis la nuit des temps, la femme (la vraie) est une des forces vives de la nation, et l’agricultrice en est l’image incarnée. Hommage leur soit rendu. » JackChevalier, quant à lui, n'hésite pas à les comparer à d'autres, moins dignes d'éloges selon lui : « Écouter ces femmes interviewées au beau milieu d’une autoroute, c’est une leçon de vie. Elles sont respectables, souvent parlant de leur famille avant d’elles-mêmes. Certaines bobos wokistes dégénérées feraient bien de s’en inspirer. » Anne Aurore Angélique conclut : « Un statut difficile qui n’intéresse nullement les féministes. »

Iris Bridier a, pour sa part, recueilli le témoignage d'une agricultrice dans son article « Karine Duc, la viticultrice sortie de garde à vue, se confie à BV ». « Soyez fière, Madame, avec vos collègues, d’avoir été reconnue dignes de représenter toute la profession bafouée, méprisée et scandalisée par un pouvoir indigne de sa fonction et de son élection. Votre courage et votre détermination vous honorent et personne ne peut désormais douter de la justesse et du bien-fondé des revendications que vous portez en notre nom à tous », réagit Panchoa JP. Luppin 33 déplore : « Darmanin : petit, petit… plus à un mensonge près. » Bertie n’est pas étonnée : « Pas de problème, la justice est aux mains des gauchistes, dès que vous n’entrez pas dans leur doxa, on vous fait comprendre que vous n’avez pas droit à la parole. Voyez les colleurs d’affiches de Thomas, les agriculteurs qui subissent l’arbitraire. Si les agriculteurs avaient agité des drapeaux palestiniens, ils auraient été mieux considérés. » Titi 82 renchérit : « Une honte, ces incompétents du gouvernement se sentent tout permis. Il faut d’urgence les virer. Les coupables qui ne respectent pas le peuple sont des traîtres. » Et Meiers d’ajouter : « En fait, si l’on passe en revue la mésaventure de Karine Duc, il y a de quoi la rendre sympathique aux Français ! Une jeune paysanne, qui voit comme sa mission de défendre sa terre, confrontée à l’appareil répressif macroniste ! Cela évoque quelque peu le mythe de Jeanne d’Arc ! »

2688 vues

04 février 2024 à 16:15

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

15 commentaires

  1. Je suis très partagée sur ce qui s’est passé avec nos paysans. Seuls se sont déplacés, en tracteurs, les paysans qui le pouvaient. Représentaient-ils aussi les plus pauvres des petites exploitations? Les céréaliers ne sont, parait-il, pas à plaindre. Pourquoi sur ordre de la FNSEA sont-ils rentrés docilement à la maison? Là aussi, il y a du ménage à faire. Mais je ne suis qu’une « pauvre vieille » qui ne comprend plus grand-chose à tout ce trafic, sauf que l’on nous prend vraiment pour des c…s!

  2. A la vitesse à laquelle nos dirigeants supprime les terres agricoles, nous serons peut-être obligés d’avoir recourt aux tickets de rationnement pour nous alimenter.

  3. L’Ukraine, on s’en tape ;cette guerre ne nous concerne pas ;et nous n’avons pas à l’aider sous une forme ou sous une autre ;sauf le cas échéant l’humanitaire.
    La Russie serait elle notre ennemie ou souhaitons nous qu’elle le devienne. Cette affaire est démente et doit être traitée par la diplomatie.
    Par contre, on tue nos paysans ;allons nous laisser faire ? Les prochaines élections seront déjà une réponse… Les nauvrageurs de la France, dehors !

    1. Il parait que l’Ukraine est en train de négocier avec la Russie… À vérifier… Et comme d’habitude, nous serons les dindons de la farce.

  4. L’Union Européenne, on la subit ou on en sort. Il n’y a pas d’entre-deux, sauf pour les utopistes. C’est comme le communisme, dictature par essence. On ne les transforme pas de l’intérieur, arrêtons de se mentir, d’être dans le déni.

  5. Il me vient une réflexion, puisque né après la guerre, et ayant cotoyé suffisamment de personnes ayant souffert des pénuries alimentaires. La France était à cette époque auto-suffisante pour la plupart des denrées alimentaires, et les rares carences, café, chocolat, produits qui ne pouvaient être cultivées dans l’Hexagone, ont bien frappé les esprits. A une époque où les génies qui nous gouvernent commencent à bomber le torse, à émettre des discours guerriers et à vouloir réarmer pour partir à l’assaut de la Russie, peut-être serait-il judicieux de garder tout de même quelques agriculteurs pour subvenir aux besoins d’un pays qui devra affronter une autarcie imposée. Parce que déja, la situation est plus préoccupante qu’en 1940, question autonomie alimentaire.

    1. Ceci étant, dans les années 40, les Allemands réquisitionnérent l’essentiel ;les Français étaient rationnes et faisaient la queue devant les magasins, souvent pour rien.

  6. La mise en garde à vue de ces agriculteurs dont l’icone est Karine Duc a été imposée . Or le code de procédure pénale stipule que seul un OPJ ( officier de police judiciaire) est habilité à prendre une telle décision sous sa responsabilité seule. Les gendarmes l’ont reconnu dixit un mis en cause de la Terre. Cette mesure temporaire privative de liberté est strictement réglementée par le CPP. De plus il n’a pas été permis à l’avocate de Karine Duc de l’assister. Faute très grave que le parquet compétent devrait poursuivre. Démocratie francaise ou régime Stalinien ?

  7. Les Techno- traîtres de Bruxelles et Paris vendent la France à BigPharma, Agrobusiness, l’OMC, la Chine.. Il seront jugés par des Tribunaux spéciaux avec jury et punis comme ils le méritent. Le 9 juin on vidange

  8. garde à vue pour nos paysans , les traiter comme de vulgaires voyous et laisser les délinquants en liberté , voilà ou l’on en est avec ce gouvernement de lâches . Pas un jour sans une agression , des OQTF en liberté , des mineurs qui s’en prennent à nos anciens et j’en passe et là personne pour les arrêter . On marche sur la tête dans ce pays .

  9. Les Policiers qui gardaient les 91 Agriculteurs leur ont fait des crêpes. D’un autre côté un Agriculteur a aidé une voiture de Gendarmerie à sortir d’un champ où elle était embourbée. Il suffirait d’un rien pour que les Forces de l’Ordre et les Agriculteurs pactisent et s’associent pour lutter contre cet Etat oppresseur et dictateur.

    1. Les forces de l’ordre étaient appelées avant les « gardiens de la paix ». Signe des Temps ?

Les commentaires sont fermés.