[Dans vos commentaires] La mort du petit Émile, « une parabole de nos temps modernes »

Emile

Après qu’on a retrouvé le crâne d’Émile, non loin de chez ses grands-parents, BFM TV a tourné en rond pendant des heures autour des mystères de l’enquête. Un exercice stérile, à la longue. Gabrielle Cluzel, elle, est allée au cœur du problème : que nous dit le destin interrompu de ce garçonnet ? « Avec sa courte vie, Émile aura remis les idées en place et l’église au milieu du village. » Certains lecteurs voient dans l’événement une raison supplémentaire de douter de Dieu : « C’est bizarre, cette manière d’interpréter les choses à l’envers, écrit A. Maury. En admettant que je sois croyant, la mort de mon enfant me ferait réfléchir sérieusement à l’existence d’un dieu, qui apparemment se fout bien de ce qui peut se passer sur Terre. »

Une réaction qui n'est pas partagée par Tango Echo : « Merci Gabrielle pour cette page. Une écriture qui dévoile avec discrétion une grande tendresse pour l’enfance, pour le doux, le beau et le sacré. Il apparaît même une lumière chargée d’innocence. » « Une fois de plus - ajoute Ephata -, chère Gabrielle, vous avez su trouver les mots justes pour analyser cet horrible fait divers, et, grâce à votre foi, que vous partagez avec les parents d'Émile, trouver les paroles d’espérance indispensables pour supporter l’indicible. » Pour Jo67, l’article de BV est « une "parabole" de nos temps modernes », un texte qu’il va garder « précieusement ». Quant à Patrice Guérin, il note avec raison que certains domaines restent inaccessibles à la déconstruction : « Il est rassurant de voir que les mystères de la foi, eux, ne sont pas "déboulonnables". »

Shanon, victime collatérale de Badinter

Moins mystérieuse est la mort de Shanon, 13 ans. Elle ressemble à tant d’autres morts… « Shanon, lycéenne, violée et poignardée dans l’Oise : arrêtez le massacre ! », écrit Marc Baudriller, le 3 avril. « Et après tous ces crimes odieux, réagit Serge Gillman, on glorifie encore Badinter pour sa loi sur l’abolition de la peine de mort. Moi, je glorifierai l’auteur d’une loi pour le rétablissement de la peine capitale, seul frein à toutes ces horreurs. » Pour Georges Mousset aussi : « La civilisation du genre humain a commencé de cette façon [l’instauration de la peine de mort] sinon, c’est le retour à l’âge de pierre. » Mais nos ancêtres de l’âge de pierre étaient-ils des sauvages ? Ne les surpassons-nous pas ?

« Cette très jeune victime, relève CMP, a été "poignardée dans le vagin". Je suis effondré devant un tel acte de cruauté, de barbarie, qui rappelle ce dont avait été victime une autre femme, il y a quelques mois, à qui le bourreau avait très gravement meurtri l’intimité avec un balai. Il y a des personnages dont on voudrait bien être en capacité de leur démontrer à quel point ils nous répugnent. » S’il est sur la même ligne (« ce crime atroce demande des punitions exemplaires , marre de votre laxisme M. Dupond-Moretti ! »), Merbor73 appelle à la prudence au quotidien : « Comment peut-on laisser des gamines de 13 ans fréquenter des adultes, qui plus est des barbares de tout premier ordre, en ces temps de délabrement de notre société ? »

Aphatie et le meilleur des mondes

Mais tout ne va pas si mal, répondrait Jean-Michel Aphatie ! L’éditorialiste de Quotidien, c’est « Oui-Oui à l’école des islamistes », titre Jean Kast, à ce sujet. Au détriment de la vérité - mais, comme disait Pilate, « Qu’est-ce que la vérité ? » -, il a réécrit ce qui s’est passé au lycée Maurice-Ravel de façon à rendre l’histoire plus jolie. Philippe Rançon veut croire que ses compatriotes ne sont pas solidaires avec lui : « Ce monsieur est basque. Je suis persuadé que les Basques, des courageux qui ont gardé le sens de l’honneur, sont navrés, furieux en écoutant ce bien triste représentant de leur belle région. » Gaut ne voit pas le Basque en lui, mais « un vestige de Mai 68 ».

« On lui donne beaucoup trop la parole », selon Lucinde, une opinion partagée par 2312Alex : « Pitié, cessez de nous parler de cet épouvantable individu. » Le ras-le-bol est grand. « Ce type me sort par les trous de nez », avoue Ramona (à qui Montvives.Canalblog répond, non sans rabelaiserie : « Moi, je l’ai évacué d’une autre façon, ce fut un grand soulagement »). Hélas, reprend Lucinde, « ce nuisible fait partie d’un système qui veut nous persuader que tout est sous contrôle ». Contre ce système, la lecture quotidienne de BV est le parfait antidote - abonnez-vous donc à notre newsletter quotidienne, si ce n’est déjà fait !

Vos commentaires

22 commentaires

  1. Dieu ne supprime pas la souffrance sur la terre,hélas! mais en revanche il offre 1 vie « éternelle » après le « passage » de la mort. Vie heureuse (paradis) pour ceux qui croient en Lui et font le bien. Vie malheureuse (enfer) pour ceux qui ne croient pas,font le mal,ricanent et méprisent croyants et religions en général.Il existe une « Lettre de l’Enfer » trouvée en 1938 en Suisse,reconnue par le Vatican,mais très peu citée,elle fait réfléchir!…Qui la cherche la trouvera,!..à bon entendeur,salut!…

    • Il y en a qui « croient » et sont des démons et d’autres qui ne croient en rien et sont bons. Aucun rapport entre les deux. Les Croisades, l’Inquisition, la St. Barthélémy, etc…tous ces massacres au nom du Dieu… catholique.

  2. Réinstaurer la peine de mort est inutile, il suffit de mettre en place une peine de prison à vie donc sans possibilité de libération conditionnelle, ce qui importe est d’assurer la sécurité des personnes mais pour se faire il faudra convaincre les crétins de Gauche comme Apathie et cela est mission impossible.

  3. Ce qui est terrible en France en 2024 , c’est qu’on oublie maintenant les noms des petites victimes des mois précédents , Patrick Henri a tué le petit Philippe Bertrand en 1976 , Gregory Villepin fut assassiné dans les années 80 …et beaucoup d’autres qui ont marqué les esprits à l’époque .Aujourd’hui on se rappelle du nom des tempêtes qui traversent le pays comme cela existe depuis des millénaires, mais on oublie le nom des petites victimes de l’année 2023 en France …cents un signe quand même. Demain on se dira «  ah oui , c’est cette famille qui n’ont eu aucun enfant massacré par la racaille importée en France « 

  4. Les parents d’Émile nous interpellent sur le sens de notre vie et cela nous fait du bien car face à l’épreuve Dieu nous offre cette espérance qu’est la vie éternelle après la mort c’est dur d’accepter cela car la raison Naturelle qu’est le droit humain n’exclut pas le droit Divin qui vient de la grâce et inversement Comme le dit saint thomas d’Aquin

    • Libre est chacun de croire ou non à un Dieu, mais n’attendons rien de Lui pour aider l’enfant, la veuve le vieillard ou tous ceux qui sont malheureux. Le principal au moment de la mort est de se dire que l’on a bien rempli sa vie d’empathie et d’amour.

  5. Et si on commençait par supprimer l’excuse de minorité ? Même les enfants pourraient être condamnés au même titre que les adultes . 25 ans de prison quand on a 12 ou14 ans, cela devrait calmer les ardeurs de certains jeunes .

  6. Dieu n’est ni omniprésent ni omnipotent. Il nous a délégué le Pouvoir de faire le Bien ( ou pas… ) Ca s’appelle la liberté. Aussi, laisser faire ces horreurs est une charge , une forme de responsabilité non directe : nous n’avons pas pu empêcher cela… Les élites ont beaucoup trop Voix au Chapitre. Le quidam n’est ni écouté, ni entendu ( entendement ). Res publica ? Nous en sommes encore loin.

  7. Avec Badinter les assassins restent en vie, avec Macron on tue les enfants innocents à venir, et on s’en glorifie. Quel beau pays nous sommes devenus.

  8. «  je ne crois pas en un Dieu qui aurait créé un Monde où souffrent et meurent des enfants « ..Imaginez la suite
    et de façon éternelle de surcroît , merci bien

  9. Pauvre petit chéri ..ce drame nous peine et nous révolte en même temps ,toutes les zones d’ombres sont. Inquiétantes ..prions pour la découverte de cette horreur ..toutes nos pensées aux parents .

  10. « …un dieu, qui apparemment se fout bien de ce qui peut se passer sur Terre. » Dieu ne nous a pas mis sur Terre pour que l’on passe d’agréables vacances dans un Club de loisirs organisés, mais pour que nous nous révélions tels que nous sommes. Nous ne sommes pas des marionnettes dont Il tirerait les ficelles – cela voudrait dire que nous n’aurions aucune existence autonome, aucun libre arbitre, bref que nous n’existerions pas. Dieu n’est pas un pion de collège, il n’intervient pas sur Terre – ou si rarement, et personne ne sait pourquoi il choisit certaines situations. Mais après la mort corporelle, nous serons confrontés à ce que fût notre existence terrestre, à nos actions.

    • Dieu évidemment ne nous abandonne pas c’est le contraire , c’est nous qui l’abandonnons depuis plus de 60 ans ! Dieu nous a créés par amour en nous donnant la vie et la liberté de nos choix et de nos actes! Alors l’homme qui se croit moderne abandonne ses valeurs chrétiennes en faisant le choix de la haine, et de toutes les lubies nouvelles ( wokisme, LGBT, Transgenre etc etc )

  11. Nous vivons des moments bien triste qui pourraient se reproduire, certains nous expliquent que de tels faits ont toujours existé et c’est qu’avec la plus ample propagation des infos çà donne la raison de l’actualité. Il est certains que l’on touche à l’horrible, un accident d’un enfant si jeune c’est possible mais assassiner une jeune adolescente çà fait beaucoup et de cette manière, c’est pas humain en équivalence à celle fait le 7 Octobre en Israël, je me pose la question si il y aurait pas une petit équivalence.

  12. Venant du Pays Basque, je veux vous rappeler que de nos jours la région est à gauche toutes, ce ne sont plus les basques de mon enfance .

  13. Newsletter se dit tout simplement  » lettre d’information  » en français.
    Ce n’est pas ainsi qu’on cause dans le Berry!
    Pas assez chic, dans le vent ?

  14. Vous écrivez :  » Moi, je glorifierai l’auteur d’une loi pour le rétablissement de la peine capitale, seul frein à toutes ces horreurs.  » Rétablissons l’article 25 du code civil , abrogé par la loi du 31 mai 1854 : la mort civile .

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois