Le 31 juillet dernier, des chasseurs alpins du 27e BCA qui effectuaient leur footing étaient agressés par des jeunes. Cyril Pellevat, sénateur de la Haute-Savoie, réagit au micro de Boulevard Voltaire. Il souhaite que Florence Parly, ministre des Armées, prenne position.

 

Le gouvernement devrait-il réagir ?

Je souhaiterais qu’une prise de position soit prise de la part la ministre. J’ai eu l’occasion de me rendre en OPEX avec elle. Par conséquent, je sais qu’elle est proche de ses hommes et qu’elle tient aux militaires. J’espère donc qu’il y aura une réponse. Si aujourd’hui, on laisse la porte ouverte et s’il n’y a pas de réponse du gouvernement, aujourd’hui c’est le 27° BCA et demain se sera d’autres militaires…

Pourquoi saluer le sang froid des militaires du 27e BCA face à leur agression ?

Notre département est très attaché au 27e BCA. J’ai l’occasion d’échanger régulièrement avec le colonel Morel. Ces militaires sont partie intégrante du territoire. Quand on touche aux militaires, les politiques se doivent de répondre et de les soutenir.

Comment  expliquer l’ indifférence du monde politique ?

Je vais bientôt intégrer la réserve citoyenne du 27e BCA, j’ai un lien privilégié avec les hommes du 27e BCA avec qui j’ai eu l’occasion d’échanger aussi bien pendant la période Covid que sur les OPEX. Par conséquent, lorsque j’ai vu que des personnes avaient été chahutées, je ne pouvais pas rester indifférent.

En quoi une agression de cette forme est-elle inquiétante ?

Depuis quelques années, la violence faite à l’égard des forces de l’ordre et des armées est banalisée. Il est de notre devoir de faire remonter ces choses au plus haut niveau de l’État et de trouver des mesures qui nous permettent à nouveau de respecter nos forces de l’ordre, quelles qu’elles soient.
Il est un peu triste d’en arriver à cette banalisation de faits divers qui se multiplient dans une indifférence assez importante.

Vous évoquez les faits divers d’agressions multiples en ce mois d’été.

On le voit avec les pompiers, le personnel hospitalier, les gendarmes, les policiers et avec les militaires. Avant, il y avait le respect de l’instituteur, du maire et des forces de l’ordre. Et depuis quelques années, on n’a plus ce respect-là. C’est bien dommage !

L’institution militaire est-elle visée dans ce genre d’agression ?

Les personnes qui commettent ces agressions visent des personnes représentant le service public et l’autorité. Il faut que l’on ait une réponse un peu plus ferme et un message de soutien. Je le vois régulièrement lorsqu’on est élu de la République et lorsque des personnes subissent des actes comme on a pu le voir à l’égard du 27e BCA. Ils sont contents d’avoir des politiques qui prennent position pour eux et qui montrent qu’ils ne sont pas seuls. Ce message a été relayé notamment au ministère de l’Intérieur et entendu vraisemblablement par le nouveau ministre. On espère que cela va continuer dans ce sens-là dans d’autres régions de France.

Gérard Larcher ” il faut qu’on en finisse avec les zones de non-droit” soutenez vous ces informations ?

Je pense que l’État est régalien. Sur certains aspects, on a un recul de l’autorité de l’État. Il faut qu’on y revienne massivement.