Le dimanche 7 février, plusieurs actes de violences urbaines ont éclaté à Compiègne. Le centre technique municipal a été la cible de quatre cocktails Molotov après 22 heures. Au moins un individu a été repéré par la vidéosurveillance et une plainte a été déposée, le lundi 8 février, relate Le Parisien. Cette attaque rappelle l’incendie criminel d’avril 2016, qui avait entièrement détruit le bâtiment principal et trente-quatre véhicules. 600.000 € de travaux avaient été nécessaires pour reconstruire la structure. Les auteurs n’ont jamais été identifiés. « Cela a failli recommencer », déplore l’adjoint à la sécurité, Éric de Valroger. « Heureusement que cette tentative d’incendie n’a pas abouti. Si le cocktail avait été mieux lancé, il y aurait eu un réel danger. »

D’autres actes de vandalisme

L’élu promet le renfort de la sécurité sur le site où 280 employés municipaux travaillent. « Toutes les autorités sont mobilisées, on va réagir. » Toujours à Compiègne, d’autres actes de vandalisme ont émaillé la nuit de dimanche à lundi. Vers 21 h 30, des détonations ont retenti dans le quartier du Clos-des-Roses. « Des individus ont visé deux caméras de vidéosurveillance avec un fusil et des mortiers d’artifices », explique le commissaire Pierryck Boulet. La nationale n’exclut pas que les deux événements soient liés. « Ces intimidations n’arrêteront pas ma résolution à lutter contre tous ces trafics et ma détermination reste entière », affirme le maire, Philippe Marini.

8 février 2021

À lire aussi

Twitter va censurer puis exclure les utilisateurs en cas d’« informations potentiellement dangereuses » sur les vaccins

Twitter va aussi adosser des étiquettes aux messages « pouvant contenir des informations t…