Pour Léa Salamé, promouvoir la est un travail d’équipe. Tandis qu’elle exprime clairement ses positions politiques sur les par une posture conforme à la conformité ambiante, son compagnon vole au secours de Benoît Hamon pour l’aider à rédiger son discours de Bercy. Toujours quelqu’un sur le pont, c’est la règle. Pendant qu’elle dort, le mari prend le relais… En attendant que le bébé auquel elle vient de donner naissance puisse, lui aussi, prendre part au combat… Dès la crèche, la bonne parole doit être portée haut et fort. Du « areu areu », mais de gauche ! Couche-culotte à l’effigie de François Hollande, grenouillère Manuel Valls, doudou Taubira, le conditionnement de la population doit aussi s’effectuer là où les cerveaux sont les plus malléables.

Cette contribution au one-man-show du candidat socialiste par le compagnon d’une journaliste politique en vue ne surprend personne. L’étonnant de l’affaire est que Benoît Hamon n’ait pas encore été bombardé chroniqueur dans « On n’est pas couché » ou producteur d’une émission politique. Au diable les intermédiaires ! À quoi bon s’embarrasser d’émissaires plus ou moins efficaces, de , de et autres pingouins alors qu’un Bernard Cazeneuve en personne serait en mesure d’assurer son autopromotion avec bien plus de talent que toute la famille Salamé réunie au grand complet, grand-mère et arrière-cousin inclus ? Ça ne peut plus durer. Ces hommes de paille, ces chroniqueurs dévoués sont bien aimables, mais dans les bureaux des partis gauchisants, dans les états-majors « macronisés », on ronge son frein. Au vu des sondages de , Cambadélis s’écrie : « Mais que fait la police ? Que foutent ces propres à rien de journalistes payés grassement à répandre notre bonne et belle parole ? Hein ? » De toute évidence, une grande purge s’impose. doit gagner avec 99 % des suffrages, un point c‘est tout. Et des recherches seront lancées pour identifier le 1 % manquant ! Connaître les adresses, obtenir la photo de ces malfaisants et les livrer à . Brrrrr…

Une journaliste de Libé a dévoilé le pot aux roses. Une suicidaire. « En plus de Mehdi Ouraoui, Raphaël Glucksmann (le compagnon de Léa Salamé) a participé à la rédaction du discours de #Hamon de Bercy dimanche. » « Le système est pourri jusqu’à l’os », a-t-elle omis d’ajouter, mais tout le monde avait compris.

À l’horizon se profile une PME familiale au concept novateur : Léa Salamé pose des questions à Benoît Hamon. Son compagnon, qui est caché derrière, écrit la réponse sur un bout de papier et le passe à sa journaliste de femme qui lit la réponse à haute voix. À terme, le gars Hamon n’a même plus besoin de se déplacer. Il suit l’émission de chez lui et découvre avec émerveillement ce qu’il aurait pu dire s’il y était allé. Économie de moyens, de transports, réduction de l’effet de serre, refroidissement de la planète et des esprits… Qu’attendent-ils ?

22 mars 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.