Le constat dressé par l’Office for National Statistics (ONS) britannique est édifiant : pour la première fois de son Histoire, l’ (et le pays de Galles) n’est plus une nation à majorité chrétienne. Langue, religion, origine… les conclusions du 2021, publiées ce 29 novembre, révèlent l’important bouleversement démographique que connaît actuellement le Royaume-Uni.

Recul du christianisme, progression de l’islam

L’Angleterre, une terre athée. Qui l’eût cru ? Près de 500 ans après la Réforme anglaise et la fondation de l’Église anglicane, l’Angleterre, tout comme le pays de Galles, ne sont plus des nations chrétiennes. En 2021, la part d’Anglais et de Gallois qui s’identifient au christianisme ne dépasse plus les 50 %. Un comble pour un pays qui a fait de l’anglicanisme une religion d’État ! Ainsi, si, en 2011, ils étaient 59 %, ils ne sont plus que 46 % (43 % au pays de Galles), une décennie plus tard. Loin de s’arrêter, cette chute devrait continuer de façon vertigineuse au cours des dix prochaines années. Pour Monseigneur Stephen Cottrell, archevêque d'York, cette baisse « n’est pas une grande surprise ». Cependant, le numéro deux de l’Église anglicane tente de relativiser : « D'autres enquêtes montrent comment les mêmes personnes [qui ne se disent plus chrétiennes] recherchent toujours la vérité et la sagesse spirituelles et un ensemble de valeurs à respecte. »

Cette fin de la chrétienté majoritaire s’accompagne, d’une part, d’une hausse spectaculaire de l’athéisme sur le sol anglais (+12,5 points en dix ans) et, d’autre part, d’une progression continue de la religion musulmane. Entre 2011 et 2021, le nombre de musulmans a pratiquement doublé, passant de 2,7 millions à près de 4 millions aujourd’hui. De plus, si seulement 6 % des Anglais et Gallois affirment être musulmans, ce chiffre dépasse largement les 30 % dans certaines villes comme Birmingham, Bradford ou encore le quartier londonien de Tower Hamlets.

Basculement démographique

Si l’absence de transmission religieuse et les difficultés des Églises chrétiennes à faire entendre leur voix peuvent expliquer en partie la baisse drastique du christianisme en Angleterre, l’ONS pointe également les « migrations » comme autre cause possible. En effet, derrière ce basculement religieux se cache un profond bouleversement démographique. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. D’après l’ONS, la part de « Britanniques de souche » (catégorie « Anglais, Gallois, Écossais, Irlandais du Nord ou Britanniques Blancs ») ne cesse de diminuer. 87,5 % (45,5 millions) en 2001, ils ne sont plus que 74,4 % (44 millions) en 2021. À titre d’exemple, Londres et Birmingham, les deux plus grandes villes d’Angleterre, n’ont désormais plus une population à majorité « britannique et blanche » - seulement 36,8 % des Londoniens s’identifient comme tels. Ces chiffres rejoignent une autre étude de l’ONS selon laquelle « un résident habituel sur six en et au pays de Galles est né en dehors du Royaume-Uni ».

Après la publication du , Nigel Farage, fondateur du parti pro-Brexit UKIP, n’a pas manqué de dénoncer « les changements démographiques massifs qui ont lieu » au Royaume-Uni, et surtout « les changements d’identité ».

Selon lui, la progression du multiculturalisme outre-Manche conduit inexorablement à l’effacement de l’identité britannique. Le nouveau Premier ministre lui-même, Rishi Sunak, d’origine indienne, malgré son appartenance au Parti conservateur et son souhait d’une adhésion « aux valeurs britanniques », a prêté serment sur la Bhagavad Gita, texte fondateur de l’hindouisme, et non sur la Bible comme le voulait la tradition. Alors, qui défendra l’identité britannique ? Charles III, le nouveau souverain, qui malgré son rôle de gouverneur de l’Église anglicane souhaite défendre « toutes les fois » ?

7077 vues

30 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

39 commentaires

  1. Rien de pire que d’avoir recueilli les habitants des anciennes colonies après avoir contribué en partie aux guerres pour diviser l’Europe qui ont abouti à la décolonisation précipitée.

  2. l’Angleterre, sera le 1er pays avec la France , complètement soumise a l’islam,en 2050! les britanniques ont fermées leur frontière ,mais c’est trop tard!!!beaucoup trop tard, tout disparaitra chez eux,jusqu’à la Royauté.

  3. Ce pays n’est pas le seul à perdre sa majorité chrétienne au bénéfice de l’islam. L’Europe entière prend le même chemin.

  4. Bientôt toutes et tous Woke ! On sait ce que cela a donné à travers les siècles quand une Religion a voulue les submerger, convertir. Le Wokisme attend son Sauveur. Mais il est peut être déjà parmi nous….? ! Simple analyse sans complotisme.

  5. L’Eglise anglicane de Grande Bretagne n’est plus religieuse,dans le sens ou elle n’annonce plus l’Evangile,sa principale préoccupation est d’ordonner des femmes diacres,pasteurs et évêques ,de faire des questions sociétales leur cheval de bataille ,Dieu n’y a plus sa place ,Il n’est qu’un argument .
    Pour faire simple on utilise le terme d’Eglise,mais l’anglicanisme est une communauté ecclésiale séparée de l’unique Eglise qu’est celle de Rome,ce n’est pas politiquement correcte,mais c’est une réalité ,au XVI° siècle le roi Henry VIII a nationalisé l’Eglise catholique romaine d’Angleterre ,d’une part afin de se séparer de son épouse légitime ,Catherine d’Aragon ,tante de Charles Quint ,et d’autre part afin de mettre la main sur les biens d’Eglise.
    Charles III ,contrairement à sa mère,ne se montre guère religieux ,les souverains Britanniques ne nomment plus les évêques,même cela leur a été retiré!
    L’Eglise Catholique Romaine serait bien inspirée de ne pas suivre l’exemple de la Communion -Anglicane très divisée, 70 millions de fidèles, dont une majorité se trouve dans les anciennes colonies africaines du Royaume-Unis qui refuse les mariages gay,et les ordinations de femmes.

  6. bravo , et tout le monde est content , après ça sera notre tour , il n’y a que la fin du monde pour nous sauver !!

  7. Quand on pense qu’il y a des gens qui n’ont toujours pas compris que le capitalisme apatride de la vieille Europe avait besoin de personnels à bas coût et surtout ignorant totalement la commune et surtout 1936. Que ce soit UK ou autre chose c’est pareil. Même syndrome. Il est navrant que EZ ou RN ne s’appuient jamais sur ces explications là.

    1. Vous parlez d’or Lanation! Au demeurant MonGénéral ne détestait rien tant que ce capitalisme apatride et les gnomes du Palais Brogniard. Sa haine était prophétique.

  8. Dans ces conditions qui vont gagner de plus en plus de terrain et d’ampleur, ceux de souche ou issus du multicuralisme devront se demander ce qu’ils peuvent faire pour leur pays natal ou d’accueil et non plus attendre ce que le pays peut faire pour eux. Où en est donc l’intérêt commun pour relever un pays à la dérive ? Chiche.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter