Editoriaux - 11 janvier 2018

Cauchemar psychomoteur

En ville, dans sa berline dernier modèle payée à prix d’or, le conducteur sursaute sur les ralentisseurs, craint le flash dans la zone 30, s’arrête devant des panneaux « Stop » qui semblent avoir été plantés là par hasard, redoute la caméra en haut du feu tricolore puis s’élance dans la grande aventure de la route secondaire limitée à 80 à bord de sa Citroën DS3 VTI dont le vendeur a vanté l’accélération de 0 à 100 km/h en 12,3 secondes.

À ce moment précis, l’automobiliste se demande s’il n’aurait pas mieux fait d’acheter sur Le Bon Coin une brave Peugeot d’occase à 2.500 €. Le genre de caisse aux performances amplement suffisantes pour affronter cet enfer de limitations, de radars et de bosses en béton qui bousillent les amortisseurs…

Dans cette ambiance de réglementation routière chaque jour un peu plus restrictive, posséder un véhicule récent est un peu comme acheter un piano à queue pour jouer « Au clair de la lune ». Alors, de deux choses l’une : ou bien les constructeurs s’adaptent en proposant des bagnoles moins chères qui n’avancent pas – de 0 à 30 km/h en 60 secondes (!) – ou bien le consommateur renonce à dépenser des 15, 20, 30.000 € et plus pour des voitures qu’il sera contraint d’utiliser au quart de leurs possibilités. Un boycott spontané justifié par la disproportion entre l’offre et la réalité des limitations.

Le passage devant une école de mon quartier comporte quatre ralentisseurs successifs et deux feux rouges. Un de ces jours, un automobiliste va se faire écraser par des enfants qui sortent en courant ! J’allais oublier l’agent municipal en gilet orange qui tend les bras pour stopper les inconscients qui arrivent à 3 km/h. Les horaires et vacances des écoles étant ce qu’ils sont, il va de soi que, dans 95 % des cas, les occupants des véhicules sont secoués comme des pruniers puis bloqués au feu tricolore… pour rien. Admiration du paysage, tapotage sur le volant, envie d’assassiner le maire, etc. BMW luxueuse ou antique Twingo : même combat, même punition.

Dans le choix de sa voiture, le conducteur s’exprime. « Voyez comme je suis riche » ou bien « Ah, que je suis cool », « Et moi si raffiné »… Mais combien de temps tiendra-t-il encore à 80 km/h au volant d’un bolide surpuissant au regard des vitesses imposées ? La frustration a des limites que les radars ne mesurent pas. La dépression guette l’automobiliste. La crise de nerf sur le bas-côté… 43 morts de rage au cours du prochain week-end pascal. Édouard Philippe d’annoncer de nouvelles mesures : séances de yoga obligatoires avant de prendre le volant, un tranquillisant tous les cent kilomètres… Psychologues aux stations-service… Ah, le train. Oui. Je veux prendre le train. Un TGV, un tortillard, un « à vapeur », mais plus jamais monter dans ces boîtes en tôle avec quatre roues en dessous… Vive le bus, aussi. Le car, la carriole… Et, en désespoir de cause : l’immobilisme… Le voyage virtuel. Le tout amazon.fr… Le désert dehors. Plus personne. La vie limitée à 0 km/h.

À lire aussi

Le féminisme hors la loi en Arabie saoudite : un casse-tête pour la gauche

La prochaine manif anti-islamophobie s'annonce des plus complexes pour la plupart des part…