En février dernier, lorsque nous l’avons rencontré après un séjour dans les zones sous contrôle djihadistes du Burkina Faso, il nous suppliait d’attirer « l’attention du monde entier sur la menace djihadiste qui pèse sur son pays et aussi sur toute l’Afrique de l’Ouest ». Il nous disait être « fatigué d’alerter sans succès les autorités de son pays sur le drame que vivent les populations du nord ». Il jurait ne pas abandonner ses administrés jusqu’à sa . Cette mort, Oumarou Dicko, député et maire de Djibo, importante ville burkinabé de 23.000 habitants, située au nord, l’a trouvée, dimanche 3 novembre. Par les balles assassines des djihadistes qu’il combattait.

C’est dans une embuscade tendue par ces groupes extrémistes qui contrôlent les Mali-Burkina que le maire a été tué. Trois autres personnes qui l’accompagnaient ont aussi été froidement exécutées. Les faits se sont déroulés à Namsiguia, sur l’axe Djibo-Ouaga.

Ce n’est pas seulement un élu du peuple et le premier magistrat d’une ville exposée aux attaques djihadistes qui part, mais aussi un farouche ennemi des groupes terroristes. L’homme qui gérait le chef-lieu de la province du Soum a toujours lutté pour une offensive forte contre les groupes terroristes.

Oumarou Dicko multipliait les interviews dans les nationaux et internationaux pour expliquer que « si Djibo tombe, Ouaga sera à portée de main des djihadistes. Il faut que nous aussi on fasse une offensive. Sinon, s’ils avancent encore, ce n’est pas bon. Djibo n’est pas très loin de Ouagadougou. C’est juste 200 kilomètres de la capitale. »

Son cri d’alarme attirait, évidemment, des ennemis au député-maire. On disait qu’il était dans le viseur des djihadistes. À Ouagadougou, il n’était pas non plus le bienvenu partout. L’homme qui gérait Djibo depuis un quart de siècle était en fonction sous le régime de l’ancien président Blaise Compaoré. Il était député et maire sous la bannière de son parti, le Congrès pour la et le progrès (CDP), une formation dont il était vice-président.

Malgré les menaces, l’homme plein d’énergie n’a jamais été habité par la . Multipliant les actions sur le terrain. Dimanche, il revenait d’une tournée au nord lorsque son véhicule est tombé dans l’embuscade. Le chauffeur a tenté de faire demi-tour mais les rafales de kalach ont immobilisé le véhicule. Les assaillants ont exécuté les occupants. À bout portant.

5 novembre 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

L’armée malienne essuie une attaque meurtrière

Cette attaque montre la détermination des groupes terroristes à gagner chaque jour davanta…