Bron : une lycéenne victime d’un viol collectif, sept mineurs écroués

Brève breve

Une dizaine de jeunes auraient violé et agressé sexuellement une lycéenne lors d'une « tournante » dans son appartement à Bron, en banlieue lyonnaise, à l'automne 2023, les auteurs se succédant chacun leur tour puis quittant les lieux.

De plus, certains incriminés ont volé des effets personnels de la victime en repartant. Initialement, une enquête pour cambriolage avait été ouverte, la lycéenne n'osant pas expliquer à sa famille les raisons de la disparition de ses objets et les atrocités qu'elle avait subies.

En début d'année 2024, la victime a réussi à parler et permettre ainsi aux enquêteurs de retrouver huit suspects, tous mineurs, dans cette affaire de viol en réunion. Interpellés début avril, ils ont finalement été mis en examen pour viol. Sept d'entre eux ont été écroués.

L'enquête se poursuit pour déterminer si le groupe a commis d'autres viols semblables.

Vos commentaires

3 commentaires

    • Pour commencer les mineurs encourent la moitié des peines des majeurs. En second les juges ne prononcent jamais les peines maxi. En tierso les juges ne veulent pas détruire la vie d’un mineur en l’envoyant en prison. Quarto, les juges sont en grande majorite de gauche et ne veulent pas punir les mineurs par une incarcération. Vous pourrez voir qu’un violeur mineur ne risque pas grand chose. Par contre la tournante sera détruite psychologiquement pour sa vie entière. Les juges ont trop de compassion pour les coupables et bien peu pour les victimes. C’est gravissime..

  1. Il est indispensable de supprimer l’excuse de minorité. Ces jeunes sont des délinquants sexuel en plus d’être des voleurs, ils sont irrécupérables et méritent une peine de prison dissuasive de plusieurs années.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois