176 morts : on ne peut pas rire d’une telle tragédie. Un missile errant : on peut rire des mollahs. Après l’avoir farouchement nié, l’ a reconnu sa responsabilité dans le drame. « Une erreur humaine », disent les autorités de Téhéran. En plaidant, toutefois, de singulières circonstances atténuantes : « l’aventurisme américain » rendrait un peu nerveuses leurs forces armées.

Ces dernières auraient pris le Boeing ukrainien pour un « avion hostile ». Là, nous approchons les sommets himalayesques du burlesque : l’avion venait à peine de décoller de l’aéroport de Téhéran ! L’armée iranienne dispose quand même de radars.

Certes, mais ceux qui scrutent les écrans sont-ils capables de comprendre ce qu’ils voient dessus ? Et ceux qui contrôlent les rampes de missiles savent-ils reconnaître le bon bouton ? Impossible d’incriminer l’alcool : il est interdit en Iran. Reste la chicha bourrée au cannabis… ou alors, peut-être que certains militaires iraniens déséquilibrés (par la campagne de haine anti-américaine) se sont radicalisés sous l’influence du guide suprême, Ali Khamenei.

Plus sérieusement, maintenant, on est en droit de s’interroger sur les capacités de discernement des chefs de l’armée iranienne. « Un appareil hostile » ? Allons donc. Les Américains n’ont pas besoin d’envoyer des bombardiers au-dessus de l’Iran : leurs missiles sont programmés pour éventuellement frapper 52 cibles iraniennes (le chiffre a été donné par Trump) parfaitement identifiées.

Souvenez-vous du vent de frayeur qu’après l’exécution du général Soleimani des commentateurs, n’osant pas avouer leur sympathie pour l’Iran, firent souffler sur la France. On allait voir ce qu’on allait voir. La vengeance des Iraniens serait terrible. La guerre au Proche-Orient menaçait d’éclater à un moment ou à un autre par la faute des Américains.

La « vengeance iranienne » a eu l’Irak pour théâtre. Deux missiles tirés sur des bases américaines (« 50 Américains tués », ont annoncé triomphalement les autorités iraniennes). Ces morts étaient aussi faux que ceux du Boeing ukrainien sont vrais. Mais il paraît que l’Iran n’a pas dit son dernier mot puisque ce pays cherche à se doter de l’arme nucléaire. C’est a priori très inquiétant. Serait-il bien raisonnable de les laisser faire ? Quoique, vu ce qu’on vient d’apprendre, les Iraniens seraient bien capables de larguer leur bombe A sur Ispahan ou Chiraz…

12 janvier 2020

À lire aussi

Ceux qui sont restés n’ont qu’une seule religion : la soumission

Le voile est dans la rue, au travail, à l'entrée des écoles, dans le sport. Mais cela ne s…