Bill Gates n’est pas optimiste quant à la pandémie de coronavirus.

Dans un nouveau livre Comment prévenir la prochaine pandémie, qui sort aujourd’hui aux États-Unis, le milliardaire et philanthrope estime qu’apparaîtront dans le futur de nouveaux variants, « encore plus virulents et mortels » pour l’humain.

Il s’interroge : « est-il prêt pour la prochaine épidémie ? » Et alerte : « Il me semble fou que nous puissions ne pas regarder cette tragédie et ne pas, au nom des citoyens du monde, faire ces investissements. »

Le pire reste à venir

Pour Bill Gates, nous n’avons encore rien vu : « Ce n'est pas probable, je ne veux pas être une voix pessimiste, mais le risque est bien au-dessus des 5 % que de voir cette pandémie prendre un tournant plus grave. Nous n'en avons même pas vu le pire. »

Pour faire face à cette nouvelle menace, le philanthrope espère « la mise en place d'une organisation mondiale bien financée avec suffisamment d'experts à plein temps dans tous les domaines nécessaires, de la crédibilité et de l'autorité, le tout dans une institution publique et avec mandat clair pour se concentrer sur la prévention des pandémies ». Une nouvelle institution planétaire dénommée GERM, pour « Global Epidemic Response and Mobilization », avec un coût de fonctionnement estimé à un milliard de dollars par an : « moins de 0,1 % des annuelles mondiales pour la défense », selon le milliardaire.

3 mai 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.