Bassem, l’influenceur qui dénonce les émeutiers issus de sa « communauté »

Bassem

Le personnage est truculent et étonnant. « Vous vous imaginez, c'est comme si des Français catholiques volaient du poisson pané en criant "Vierge Marie, Vierge Marie"... » : ces propos sont extraits d'une vidéo de Bassem, de son vrai nom Bassem Braïki, publiée le 9 juillet dernier. Blogueur et ancien rappeur franco-tunisien, il vit dans la métropole lyonnaise. Électron libre des réseaux sociaux, réputé pour son franc-parler provocateur, il n’hésite pas à s’attaquer aux émeutiers issus de sa « communauté » musulmane.

Depuis le début des émeutes, Bassem donne un avis bien tranché sur la situation. L’homme est très suivi sur les réseaux sociaux (285.000 abonnés sur TikTok, 342.000 sur YouTube) et s’adresse plutôt aux jeunes des quartiers. Il s'était fait connaître, par ailleurs, de la jeunesse de droite en 2020 lorsque, commentant la transformation d'églises en salles de sport ou en boîtes de nuit, il avait déclaré que « [C'était] un scandale ».

« Qui c’est qu’on a vu sortir du magasin, c’est une sœur de l’Église ? Non. »

Dans un autre clip, il n’hésite pas à tacler les casseurs. Revenant sur l’affaire Nahel, il diffuse une vidéo, le 30 juin, intitulée « Ma réaction ». Et il commence très fort : « En 48 heures, un drame où on a tous été touchés, où on soutenait tous à 10.000 %. Nous avions un boulevard pour faire valoir nos droits. En 48 heures, vous avez tout niqué » (sic). Un petit message à passer à la famille Traoré, peut-être ? Il continue : « Si vous pensez à sa mère, vous ne l’auriez pas fait monter sur un scooter. Et vous l’aurait pas dit de monter sur un camion en faisant la statue de la liberté. C’est pathétique et c’est inadmissible » (resic). Même s'il cautionne à demi-mot les violences contre les policiers - « À partir du moment où il y a un mort et les quartiers se battent contre l’institution, la police. Nous n’avons pas de problème avec ça, nous n’avons aucun problème avec ça, ça a toujours existé et ça existera toujours » -, toujours dans cette même vidéo, Bassem n'y va pas de main morte : « Vous vous en foutez de la mort des petits, vous faites descendre votre mère pour qu’elle aille à Lidl et sortir avec un chariot. Vous n’avez jamais mangé de votre vie ? Vous n’avez pas honte ? Vous allez voler de la nourriture. » L’homme, de confession musulmane, continue et déplore les agissements de sa « communauté » : « C’est un comportement digne de notre communauté, ça. Bah oui, on va pointer du doigt qui ? Qui c’est qu’on a vu sortir du magasin, c’est une sœur de l’Église ? Non. »

https://twitter.com/valoccidentales/status/1678638407369539586?s=12&t=ja82YLfhp8p4bL3FgJDxDQ

Un nouvel extrait vidéo a été diffusé sur Twitter, à la suite d’un direct sur le réseau social TikTok. Si BV n'a pas pris connaissance des propos tenus pendant le direct, plusieurs extraits sont, depuis, disponibles sur les réseaux sociaux. Et comme à son habitude, l'influenceur y va fort, très fort : « Tous les clochards qui allaient voler du halal à Lidl, ils sortaient avec des sacs "par Allah, par Allah". Vous vous imaginez, c'est comme si des Français catholiques volaient du poisson pané en criant "Vierge Marie, Vierge Marie"... » » Il évoque alors des femmes niçoises, non musulmanes, qui auraient crié des slogans musulmans…Drôle de tendance.

« Prends les mêmes personnes et ramène-les au bled »

Dans un autre extrait d’une vidéo en direct, diffusée la semaine dernière, il ajoute : « Est-ce que quand tu les vois faire tomber la boutique Lacoste, est-ce que tu les entends dire "Jésus, Marie, Joseph". Non. Par contre, nous "par Allah, par Allah, wallah, Allah Wakbar". » Et d'ajouter : « Est-ce que tu les entends dire "par le Saint-Esprit" quand ils jettent des trucs ? Non. Il y a que nous. Nous, même ceux qui sont pas musulmans. »

Contrairement aux jeunes de quartiers qui n’hésitent pas à s’envoyer des vidéos d’émeutes et à s’encourager pour casser, brûler, dégrader, Bassem est un dissident : « Ne comparez jamais 2005 à aujourd’hui. Car vous, aujourd’hui, c’est la course au buzz. Qui fera la plus grande dinguerie. »

À défaut d'obéir à la police ou à leurs parents, les jeunes émeutiers écouteront peut-être les conseils de cet influenceur qui conclut : « Vous avez gagné. Les couvre-feux arrivent en plein été. […]. Prends les mêmes personnes et ramène-les au bled. Demande-leur de faire la même chose. Ha ha ! Pas pareil, là. »

Félix Perrollaz
Félix Perrollaz
Licence de Science politique à l'Université de Lille, étudiant en journalisme, journaliste stagiaire à BV

Vos commentaires

18 commentaires

  1. Bravo Bassem, continuez, en évitant de cautionner à demi-mot les violences contre les policiers : elles sont inacceptables, tout comme les violences des policiers contre des manifestants « pacifiques », comme il a pu y en avoir. Vous avez aussi qqs progrès à faire en français, mais ce n’est pas le plus important. Continuez et bon courage, car on est rarement prophète dans son pays…

  2. Bon : rien compris . Me suis pas adaptée au parler javanais, et refuse de m’y adapter . J’en reste à mes langues traditionnelles ( français, latin, allemand, anglais ; un tout petit peu d’italien, espagnol et polonais). Grosse fatigue…

  3. Lors d’un trek au Maroc en 2018 déjà, notre guide Ali était horrifié par ce qu’il voyait en France. Il ne comprenait pas que l’on laisse ces  » sauvages  » ( sic ! ) se conduire ainsi, sans sanction (  » ils ne feraient jamais ça ici, cela se terminerait mal pour eux !  » ). Et il avait honte des prêches des  » imams  » en France !

      • Pire que ça. Accord tacite (ou non) pour que tous les délinquants maghrébins viennent effectuer leur peine en France. Comme on me l’a souvent dit là-bas : « Vous êtes un peu concons d’accepter toutes nos raclures ».

  4. Elle est pas belle la France ?! Un musulman qui fait semblant d’engueuler ses frères ! En fait pas vraiment, il n’hésite pas à encenser l’ange qui refuse l’ordre de s’arrêter. Il les critique d’avouer leur religion en sortant les bras pleins des boutiques vandalisées ! Tout est clair et donc vérifié : ce sont les imams qui ont donné l’ordre aux racailles d’arrêter la casse.
    La mesure du succès de leur force et de la soumission des gouvernants et des bobos avait été faite.
    La prochaine fois, lorsqu’ils seront plus nombreux, dans 5 ans ou plus, ils iront jusqu’au bout et prendront le pouvoir.

  5. Nouveau métier : « influenceur ».
    J’ai bien peur que dans ce cas, il ait bien peu d’influence.

  6. Sans blague …? Sinon Un influenceur n’influence que les influençables .
    Bref , ce modéré est aussi fiable qu’un moteur pour Peugeot, Renault ou Citroën fabriqué par Stellantis

  7. Alors qu’il se trouve des incendiaires « Français de souche' » et non musulmans à l’extrême gauche pour prendre le parti des racailles issues de l’immigration, que Darmanin soit dans le déni avec Kevin, Mattéo et ses 90% de Français,
    il est heureux qu’il se trouve des musulmans pour tenir ces propos. Il faut souhaiter que vu le refus de l’Etat à se donner les moyens de réglet le problème, les musulmans respectueux de la loi qui sont victimes des agissements de certains d’entre eux s’organisent pour mettre hors d’état de nuire les brebis galeuses de la communauté.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois