Au 30 avril, la France comptait 39 millions de personnes dont les seuls revenus proviennent de l'État, des caisses sociales et des collectivités. Faisons le point :
- 3,5 millions de chômeurs toutes catégories ;
- 11,3 millions de chômeurs à temps partiel ;
- 5,5 millions de fonctionnaires (État, collectivités, caisses sociales, hôpitaux) ;
- 3,5 millions d'allocataires aux minima sociaux (RSA, ASS) ;
- 1,1 million de titulaires de l'allocation adulte handicapé ;
- 14,3 millions de retraités.

Faites le compte : ce sont près de 39 millions de personnes qui ne vivent que de revenus de l'État, sur une population totale de 67 millions, soit près de 60 %. Cela veut donc dire que 40 % des Français qui tirent leurs revenus du secteur marchand doivent assurer les revenus de 60 % d'autres. Et encore, ce chiffre ne tient pas compte des allocations que touchent les fameux 40 % qui ne vivent pas exclusivement de revenus de l'État : allocations familiales, allocations logement, prime d'activité, etc. Si l'on rapporte à la population active, c'est encore plus effrayant : sur 30 millions d'actifs, 24 millions sont actuellement dépendants des revenus de l'État...

Je tiens à être clair : la présentation que je fais de ces données statistiques ne vise pas à opposer certaines catégories de Français à d'autres. D'ailleurs, la situation de ceux qui perçoivent l'essentiel de leurs revenus de l'État est très diverse : certains travaillent, d'autres ont travaillé (retraités), d'autres sont à l’arrêt provisoire à cause du coronavirus. Je veux seulement montrer à quel point la situation actuelle est intenable, même à court terme.

Dans ce chiffre de 60 % de Français qui tirent leurs revenus de l'État, 20 % sont ceux qui sont aujourd'hui au partiel, donc temporaire. En théorie seulement, car il est évident que la reprise du travail va s'étaler sur plusieurs semaines, donc le chômage partiel ne disparaîtra pas d'un coup, le 11 mai, comme par enchantement. La décrue sera progressive, délicate, il y aura, pendant encore au moins deux mois, un très grand nombre de chômeurs partiel.

Et après ? Les vont arriver, on ne sait pas encore si le déconfinement autorisera la libre circulation. Mais il est sûr que la saison touristique sera terriblement gâchée, quoi qu'il arrive : la hantise de la « deuxième vague », la perte de revenus considérable des Français comme des Européens qui projetaient de visiter la France va faire de cette année 2020 une saison noire, où l'on se contentera de sauver ce qui peut l’être. Mais le plus probable, c'est qu'un grand nombre de faillites, dans l’hôtellerie, la restauration, le commerce de proximité, l'artisanat, va faire exploser le niveau du en France : le gouvernement parle d'un niveau de 20 % au deuxième semestre 2020, soit le double du chômage « habituel ». De quoi provoquer une faillite du système de protection sociale, qui est d'ores et déjà plombé par les déficits de l'assurance maladie (41 milliards de déficit sur deux mois de pandémie). Et derrière, une sociale sans précédent, une déflagration qui va secouer notre pays et fera sans doute passer la révolte des pour un gentil rassemblement de grincheux.

2 mai 2020

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.