France Info pense avoir trouvé le moyen imparable de clouer le bec à ceux qui disent, partout en Europe, que la solution aux problèmes de l'Afrique n'est certainement pas l'émigration organisée, dans des conditions douteuses, d'une grande partie de sa population vers l'Europe, une Europe par ailleurs incapable d'assurer sans heurt l'intégration des millions d'immigrés précédents, comme le montre le développement des communautarismes. Jeudi, elle a diffusé un témoignage choc de l'un des migrants de l' révélant des pratiques barbares de viols sur les et les hommes en Libye. Les mots sont crus, les réalités horribles.

« En plein désert, ils nous ont rattrapés. [Notre guide] a subi des abus. Ils l'ont sodomisé à tour de rôle. Ce n'était pas beau à voir. Ils prennent des comprimés pour booster leur libido, pour faire du mal. Ils vont vous détruire au maximum. »

France Info présente ce témoignage ainsi dans son titre : "Un rescapé de l' brise le tabou des viols sur des hommes en Libye."

Plusieurs remarques s'imposent.

D'abord, cette réalité n'est plus un tabou depuis qu'il y a un an, un reportage l'avait déjà mis en lumière. Oui, les passeurs africains et musulmans de Libye se comportent en véritables bourreaux et esclavagistes sanguinaires vis-à-vis des migrants provenant d'Afrique noire. La documentariste Cécile Allegra avait établi, dans son enquête, que la pratique systématique du viol fut d'abord le fait des milices sous Kadhafi, avant d'être ensuite utilisée par ces passeurs. On est donc stupéfait qu'à aucun moment, devant ce témoignage, personne ne pose la question du « ils », des responsables. Comme si cela gênait.

Ensuite, cette réalité, loin d'inciter à la complaisance pour ces migrations dans lesquelles les ONG de l' ne sont que le maillon d'une triste chaîne, devrait au contraire pousser nos gouvernants, au lieu de se démener tous les deux jours pour savoir où vont débarquer les , à aller vraiment mettre de l'ordre en Libye. Où en est le projet mirobolant des "hot spots" qu'Emmanuel Macron nous avait vendu il y a un an ?

Enfin, il serait bon que toutes les bonnes âmes qui veulent nous faire avaler leur politique migratoire à coups d'émotions aient aussi la même émotion, la même réactivité et le même militantisme quand il s'agit de – ou d'hommes - européens qui sont agressés sexuellement, comme ce fut le cas à Cologne, par des hommes maghrébins, le 31 décembre 2015, et régulièrement depuis lors, par des migrants. Si je me souviens bien, il avait fallu plusieurs jours aux médias français pour commencer à s'intéresser à la parole des agressées de Cologne. Dans les deux cas, il s'agit de viols et au minimum d'agressions sexuelles odieuses. La différence de traitement n'en est que plus scandaleuse.

La gauche ne parvenant plus à nous vendre sa politique migratoire par la raison ne compte plus que sur l'émotion. Sauf que cette émotion, sélective et univoque, respire l'instrumentalisation grossière et ne persuade plus que les convaincus.

Il faut cesser de pleurer sur les victimes – et, surtout, davantage sur les unes que sur les autres –, voir plus loin que le bout de son émotion et enfin s'attaquer aux responsables et aux causes. Mais là, pas certain que la gauche veuille regarder la réalité en face.

13126 vues

16 août 2018

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.