[EDITO] Après quatre jours fous, le RN met la droite au pied du mur

© Jordan Florentin
© Jordan Florentin

Quatre jours. En quatre jours, de lundi à jeudi, la déflagration déclenchée par le triomphe du RN aux élections européennes a profondément changé la donne politique. Elle a empli d’espoir une partie du peuple de droite tout en laissant, paradoxalement, déjà, pas mal d’amertume. Pourtant, ni la gauche ni le camp macroniste n’ont de quoi pavoiser. Mais le RN jouera, désormais, les éléphants au milieu du couloir de la droite française. Et pour longtemps. En obtenant plus de 30 % des voix aux européennes, le parti de Marine Le Pen offre un choix contraignant : s’appuyer clairement sur cette force dominante comme une solive s'appuie sur une poutre maîtresse - en clair, appeler à voter pour le RN au deuxième tour sur la base d’un accord électoral. Ou risquer l’éparpillement des aventures individuelles sans espoir d’élection. Le révélateur est cruel pour certains. Qui se croyait poutre se découvre poutrelle. Il n’en fallait pas plus pour faire éclater les partis désormais satellites du RN dans le paysage politique français.

Rancœurs et griefs

Ainsi, Reconquête et LR sortent lessivés de ces quelques jours. En 24 heures, le parti d’Éric Zemmour a vu s’éloigner sa tête de liste aux européennes, Marion Maréchal, partie avec trois élus au Parlement européen. Derrière elle, une part des électeurs… et des cadres de Reconquête lui emboîtent le pas. Plusieurs fédérations ont annoncé qu’elles quittaient le parti. D’autres (Yvelines, Haute-Garonne) ont assuré Éric Zemmour de leur soutien. Zemmour conserve la marque Reconquête, sa trésorerie et le soutien de Sarah Knafo ou de Stanislas Rigault, entre autres, mais l’ancien journaliste du Figaro n’a pas caché, mercredi soir, sur BFM TV, que le coup était rude. La brouille est désormais consommée.

De son côté, Marion Maréchal prend aussi des risques lourds. Elle quitte Reconquête sans parti, sans financement et avec une partie, seulement, des cadres. L'accueil du RN est frais. Consulté, le Bureau exécutif a refusé toute alliance claire avec Marion et ses élus européens. Selon le JDD, Marion Maréchal a tout de même obtenu quatre investitures pour Agnès Marion (7e sur la liste européenne de Marion Maréchal), Thibaut Monnier (directeur général de son école, l’ISSEP), Anne Sicard, et Eddy Casterman (ancien membre des LR). Tous seront soutenus par le RN, mais ils ne seront pas tous élus. Amertume. Marion s’était opposée à une partie du RN avant de partir rejoindre la campagne de Zemmour. Les rancœurs et les griefs sont restés : trop catho, trop conservatrice, trop à cheval sur la lutte LGBT, l’avortement et les questions d’éthique. Le succès limité de la liste Reconquête a fait le reste : les électeurs se reporteront d’eux-mêmes sur le RN au deuxième tour, ont tranché les dirigeants du RN. Quant à Reconquête, l’absence d’alliance interdit à Éric Zemmour et Sarah Knafo d’espérer, seuls, des élus à l’Assemblée.

Chez LR, la main tendue du RN a, là aussi, fait exploser le parti. D’un côté, les éléphants et les chapeaux à plume, brutalement sortis de leur somnolence, sont outrés qu’on ait songé à se passer d’eux. Mais quelle part des électeurs représentent-ils, parmi les 7 % de Français qui ont voté Bellamy, dimanche ? La moitié, environ, disent les sondages. De l’autre côté, Éric Ciotti a choisi de s’allier avec le RN moyennant 80 circonscriptions. Mais il semble bien seul : le RN a-t-il trop promis ? Pendant ce temps, l'infernal compte à rebours lancé par Emmanuel Macron avance.

Stopper le déclin de la France

Les Français risquent donc d’avoir à choisir, dimanche, entre un candidat RN seul ou allié à LR, qui pèsera lourd, et un candidat dissident LR ou Reconquête qui, sauf exception, jouera parmi les poids plume.

Cette révolution à droite se simplifiera grandement au second tour. Si l’abstention se maintient autour de 50 % des votants, peu de candidats obtiendront cette condition pour se maintenir : les votes de plus de 12,5 % des inscrits. Au second tour, le 7 juillet, les électeurs zemmouristes, LR mais aussi les macronistes auront à choisir bien souvent entre le Front populaire et le RN et ses alliés. Entre le souci de la France et la coalition de Jean-Luc Mélenchon. La gauche est-elle, seule, capable d'unir ses forces ? Bellamy a dit nettement qu'il voterait RN plutôt qu'à gauche. Interrogé par BV, l’ancien patron de Frontex Fabrice Leggeri, député européen et porte-parole de la campagne, rappelle que, dans le cadre d’une cohabitation, « le gouvernement de Jordan Bardella se concentrera sur l’arrêt du déclin de la France : l’arrêt de la submersion migratoire, la lutte contre l’insécurité et des mesures concrètes propres à doper le pouvoir d’achat ». Bardella aura deux ans pour arrêter l'hémorragie. La chance est historique, le défi immense. Il méritera, le 7 juillet, d’oublier les querelles.

Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

72 commentaires

  1. « le gouvernement de Jordan Bardella se concentrera sur l’arrêt du déclin de la France : l’arrêt de la submersion migratoire,…. » est-il indiqué en fin d’article.Réponse: je me demande pourquoi le RN nous parle soudain de submersion migratoire,puisque le  » grand remplacement  » qu’il évoque ,sans toutefois employer ces termes,n’existe pas aux yeux du RN.Marion le rappelait d’ailleurs encore,quelques jours encore avant les européennes.

  2. Merci Marc d’avoir écrit « le défi sera immense » et non le challenge comme dit l’Anglais.

  3. Le souci de la vérité m’oblige à signaler une appréciation erronée en ce qui concerne la problématique ‘Reconquête’/RN et les positions des adhérents-otages supposés de l’affrontement : la vérité s’imposera, comme vous pourrez le constater les 30 juin et 7 juillet. E. Macron a raison : »les masques tombent » et…soyons en fiers, les électeurs qui ne sont pas des idiots ou encore moins des billes interchangeables …infligeront à MLPEN ..(bécassine orgueilleuse et féroce) une sévère désillusion.!! Wait and see.

  4. Larcher, le deuxième « personnage » de l’Etat, a affrété un autobus pour embarquer tous ses petits copains pour une séance de pèche à la ligne le jour des élections. Bel exemple d’écervelés bornés !

  5. Il faut faire fi de toutes ces querelles de partis et voter tous et toutes pour le candidat de droite , qu’il soit RN , Reconquête ou bien LR , dans votre circonscription . Sinon nous avons toutes les chances ( risques … ) de voir Mélanchon – Staline débarquer à Matignon . L’heure du choix est là …

    • Sauf que le déclin de Reconquête ,pour lequel je vote,s’était déjà amorcé du temps des présidentielles,malgré l’apport de Marion,et s’est confirmé lors des européennes,puisque dans l’intervalle, le parti est passé de 7 % aux présidentielles à 5 % aux européennes.Et là,Zemmour n’y est pour rien.Ca tient au fait que l’électorat est majortairement du Centre-gauche-droite,et en aucun cas de droite nationaliste confirmée,façon Zemmour.Ce sont donc les électeurs eux mêmes qui ont tué Zemmour.Marion,dont je déplore l’attitude et qui aurait été bien avisée d’annoncer son revirement avant l’élection et non après,a pourtant bataillé âprement pour que les choses se passent autrement.

  6. Combien de députés se sont levés de leur siège douillet et rémunérateur pour aller mettre leur vie dans la balance en Algérie ?j’en connais2.

  7. enfin un peu d’oxygène… ne ratez pas tout MLP, Marion et LR!! vous avez ici une grosse responsabilité.

  8. Arrêter les querelles…urgence pour les Patriotes ,auront-ils l’intelligence nécessaire pour y arriver ? Ça démarre mal

  9. J’ai quand même l’impression que LR a vécu; entre ceux qui vont rejoindre RN, d’autres Renaissance, quelques uns vers Reconquête, ça va faire un peu vide, chez « ex-CIOTTI »!

  10. Ce ne sont pas les palabres qui comptent mais les bulletins que nous mettrons dans les urnes. Fermez vos oreilles et allumez votre cerveau, pour la France et les Français. Laissez de côté toutes ces querelles intestines qui ne sont là que pour nous diviser une fois de plus.

  11. Les résultats du RN ne sont pas dus à des gens fervents du RN mais surtout à des anti MACRON.
    Le réveil va être dur!

    • On dit aussi que l’électorat du RN est constitué d’ouvriers,d’employés,qui ont déserté le PS et le PCF.Le positionnement actuel centriste du RN ,les sécurise et les conforte dans leur choix.

  12. Les LR canal historique se discreditent le ni-ni de Larcher a sauté.
    Car les LR ne présentent aucun candidat LR , contre la macronie a Boulogne Billancourt et Issy les moulineaux face a Attal le 1er ministre

  13. Ce n’est pas LR qui se « lepénise », c’est RN qui se chiraquise : il ne faut pas bousculer les Français. Laissons-les dans leur hébétude. On oublie un peu vite que Marine le Pen est bobo compatible en matière de « progressisme », que pour elle l’Islam n’est pas un problème, qu’il faut, comme le préconise LFI, faire « payer les riches », et surtout, ne pas faire de vagues. Doit-on aussi rappeler que l’un des proches de MLP, Sébastien Chenu, s’était empressé de virer Thaïs d’Escuffon de son staff parce qu’elle faisait partie des Identitaires, lesquels n’avaient reçu aucun soutien de RN lorsque Darmanin les a dissous, sans la moindre raison. Si MLP est persuadée que les électeurs de Reconquête voteront comme un seul homme pour RN, je crois que pour cette fois, si elle continue à les prendre pour des jambons, elle aura une sévère déconvenue.

    • Je fais partie des électeurs de Reconquête qui jamais ne voteront pour un RN qui,effectivement,conteste le constat de grand remplacement ainsi que la réalité de la guerre de civilisatons,nous dit que l’islam est compatible avec le Pays,refuse la création d’un ministère de la remigration,défend le wokisme et les combats LGBT.

  14. Les dirigeants du RN se prennent « le melon » . Quand on va a la guerre , on y va rassemblés , unis . L’ennemi est en face ! On en a marre de ces luttes et ces phrases assassines . Combattant dès mes 18 ans en Algérie , « Pieds noir » il y a 60 ans que je rêve d’une vraie droite anti communiste et anti lèche-babouche . Et mon rêve va disparaitre , pour deux ou trois « chefaillons  » imbus de leur personne ? Ce serait la pire des traitrises , et plus jamais je ne ferais confiance a un politique de droite ! l’ennemi de la France est en face : La gauche et macron !

    • Eengagé volontaire métropolitain à 18 ans pour l’Algérie , et votant depuis sa fondation pour le FN puis RN, ils n’ont pas le melon. Et en OPÉ, on n’a pas envie de se faire tirer dans le dos. On sait avec qui on risque sa peau.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois