Editoriaux - Politique - 30 mars 2019

Anne Hidalgo, « la reine maire de Paris » : 0 % concertation, 100 % satisfaction

Faut-il que la classe politique soit en déconfiture pour que l’on donne – à ce jour – Anne Hidalgo vainqueur des prochaines municipales à Paris !

Je sais, l’électorat parisien est tendance « boboïssime », d’un genre qu’on nommait autrefois « gauche caviar ». Il habite les nouveaux beaux quartiers (les anciens sont, maintenant, la propriété des Chinois ou des rois du pétrole), ceux des boutiques où l’on ne vend que de l’huile parfumée à la truffe et des légumes « régressifs » (ah, les topinambours !), où l’on brunche le dimanche matin et pique-nique au bord du canal le samedi soir, où l’on va travailler en costume et le casque aux oreilles sur sa trottinette électrique.

Ce Paris-là vote Hidalgo. France insoumise, même. La rive gauche aime « le peuple » qu’elle se garde, toutefois, bien de croiser. Comme disait Éric Zemmour, l’autre matin, il n’y a plus, dans Paris, que des gens aisés ou aidés. Les autres ont fui vers la banlieue ou, comme moi et 12.000 de mes semblables chaque année, vers une province ensoleillée.

Donc, nous dit-on, un sondage vient de donner Anne Hidalgo gagnante au premier tour des municipales. Je ne sais pas qui a été sondé, ni où, mais j’y crois à peu près autant qu’aux sondages sur le soutien aux gilets jaunes.

Concomitamment à ce sondage sort un livre intitulé La Reine maire de Paris (Éd. du Rocher), signé de François Delétraz, avec le concours d’Étienne Jacob et Johan Blavignat. Les trois journalistes du Figaro ont mené l’enquête sur les maux qui ravagent la capitale, à savoir : « dette, logement, embouteillages, saleté… » On peut expliciter les points de suspension : rats, camps de migrants, voleurs à la tire, mendiants en pagaille, loyers à prix exorbitants, trottoirs impraticables aux piétons, et on en passe…

Les marqueurs de madame Hidalgo, disent les auteurs, sont en premier lieu l’autoritarisme et l’autosatisfaction. Certes, c’est courant chez les politiques, mais il se dit qu’elle porte ces deux qualités à leur sommet. Très « maîtresse d’école » version blouse grise et bonnet d’âne, elle agit paraît-il avec « absolutisme », portant en étendard « l’absence de volonté de conciliation et d’esprit de synthèse ».

Quant à l’autosatisfaction, elle suinte par tous les pores de la dame et transforme ses prises de parole en « exercice de vanité pure », au point de mettre ses plus proches fort mal à l’aise. Présentant son projet Réinventer Paris, elle a ainsi assuré que la capitale, sous sa houlette, était devenue « une ville différente », « la ville de demain », regorgeant d’« une énergie créative inégalée », préoccupée plus qu’aucune autre « des enjeux sociaux climatiques ». En conclusion, « une ville de rêve » !

Les fiascos Vélib’, Autolib’ ou la gestion désastreuse du dossier Decaux, elle balaie cela d’un revers de main, quand elle ne le colle pas sur le dos large de la misogynie : comme sa copine Ségolène Royal, si on la critique, c’est parce qu’elle est femme !

Évidemment, Anne Hidalgo a sa cour, des gens « qui ont bien compris qu’avec la maire, la flagornerie restait la meilleure assurance de pérennité ». Pas question, donc, d’oser émettre une opinion car « toute personne qui distillerait un semblant de nuance serait considérée comme un opposant ».

Car le souci principal d’Anne Hidalgo est bien moins la vie de ses administrés que la perspective de sa réélection. Pour cela, elle est même prête à renier ses engagements fondamentaux. Le Grand Paris, par exemple, délaissé « pour préférer une capitale refermée sur elle-même ». Et cela, « c’est uniquement à cause des élections de 2015 où quasiment toute la petite couronne qui était à gauche a migré vers le centre droit ». Tant pis pour les banlieusards : pas question que Paris « s’agrandisse d’une région passée à droite ».

Pour résumer : la politique d’Anne Hidalgo ne vise que « sa » clientèle, les bobos boboïssimes… qui pourraient bien la réélire !

À lire aussi

Zemmour, Agacinski, Hollande, Polanski… Accusés, levez-vous !

Aujourd’hui, c’est la pression qui paye, la censure brute et brutale. Pas de temps pour la…