L’horizon du gouvernement et du président de la République ne se dégage guère. Pire : ils naviguent sur une mer de plus en plus démontée et dans un épais brouillard, les risques de collision se multiplient…

Le Covid-19 a la vie dure et se révèle particulièrement sournois ; le Premier ministre appelle à la responsabilité collective, mais édicte des mesures frappées au coin de l’incohérence : pas de réunion privée de plus de 30 personnes ; pour autant, prenez le métro où vous êtes à touche-touche pour aller travailler… C’est incompréhensible !

Excellente communication avec les élus marseillais, le message sur le a été tellement bien compris que les chassepots sont tombés des armoires pour sonner la révolte.

Plan de relance économique : on affiche 100 milliards d’euros d’investissements, mais on ne prévoit que 10 milliards en 2020 ; quant aux 40 milliards de l’Europe, ils ne viendront qu’en 2021, 2022 et 2023, s’ils arrivent… Cela me rappelle les paroles lucides d’un ministre du plan en Algérie : « Le plan quinquennal, on le fera en 6 ans, 7 ans ou 8 ans, mais on le fera… »

Les relations du nouveau ministre de la Justice avec les magistrats relèvent de l’amour vache, sado-maso ; comme le dit Dupond-Moretti, « on est chez les dingues » – reste à savoir qui est le plus dingue.

La sécurité est au beau fixe dans tous les quartiers des banlieues où nos pompiers et policiers sont accueillis avec enthousiasme et gestes amicaux, comme tirs de mortiers de feux d’artifice ou jets de pierres, mais surtout ne pas en parler, ce ne sont que des jeunes qui s’amusent, de simples bagatelles… pour un massacre !

L’immigration, pas de problème : accueillons à bras ouverts ces mineurs isolés experts en cambriolage, inexpulsables car mineurs. En réalité, la plupart majeurs ; certains, incorrigibles Gaulois réfractaires, les appellent « les mijeurs », nouveau concept formé sur mineur-majeur.

Le fanatisme islamiste frappe régulièrement notre pays et donne lieu à de multiples condamnations, coups de menton. Mais les actes pour contrôler nos frontières, expulser les salafistes qui clament leur détermination à appliquer la charia sont des mesures d’avenir qui s’éloignent chaque jour comme l’horizon !

Les impôts : rassurez-vous, bonnes gens, il n’y aura pas d’impôts nouveaux, mais vos villes devront se serrer la ceinture car nous allons supprimer leurs ressources. Après l’escroquerie de la taxe d’habitation, cela va être au tour des impôts de production comme la CFE (ex-taxe professionnelle) : inutile de leur demander des crèches ou autres services municipaux, les collectivités vont être raides comme des passe-lacets !

La majorité parlementaire macronienne est en pleine forme… de déconfiture : six élections partielles, six échecs cuisants. Soyons bons, trouvons les adresses de Pôle emploi pour les députés hologrammes qui continuent à hanter l’Assemblée nationale…

Face à toutes ces « emmerdes qui volent en escadrilles », comme le disait Jacques Chirac, s’imagine en médiateur international pour régler les crises qui agitent le village planétaire – l’exercice de la diplomatie en direct pour un président de la République est plus que périlleux. Un ambassadeur, un ministre des Affaires étrangères qui échouent peuvent être facilement remplacés ; un chef d’État qui échoue porte son échec : il est obligé de partir ou perdra les prochaines élections.

Emmanuel Macron vient de subir un échec cuisant au Liban où il prétendait donner des leçons à tous ces dirigeants libanais qu’il a morigénés et accusés de corruption – peu importe que cela soit vrai. Emmanuel Macron a commis une faute d’amateur : un chef d’État de la France, surtout au Liban, son ancien mandat, ne peut pas intervenir avec cette brutalité. C’est un échec diplomatique total !

Tout est parfait « dans le meilleur des mondes possibles » pour la Macronie et son chef qui démultiplient les bévues et ont perdu toute crédibilité.

« La démocratie moderne sera la forme historique de la décadence de l’État. » Friedrich Nietzsche l’avait prédit, Emmanuel Macron l’a fait !

1 octobre 2020

Partager

À lire aussi

Illusions macroniennes : à leur préférer le vice et le crime !

Sommes-nous gouvernés par des amateurs et des naïfs ? …