Editoriaux - Politique - 10 mars 2019

Agnès Thill : traquer sans relâche la dissidence

Les apparatchiks socialistes qui ont quitté le radeau en perdition pour rejoindre Emmanuel Macron en 2017 n’ont pas oublié d’emporter dans leurs besaces les quelques réflexes qui en font, malgré leurs élections éventuelles ou leurs maroquins, des zombies en sursis. Parmi ces réflexes, deux ont été mis en évidence par la tribune publiée par Têtu le 8 mars 2019. Tribune ? Plutôt un réquisitoire en bonne et due forme, appelant à l’éviction d’Agnès Thill, qui ose ne pas démordre de son opposition à la PMA sans père. “Sachez refuser les compromis avec l’ensemble des comportements discriminants. Sachez exclure.”

Le premier réflexe, c’est bien sûr ce sectarisme qui s’observe si souvent chez les personnes classifiées à gauche. L’opinion divergente devient dissidence, les procès d’intention sont suivis d’insultes, les reductio ad homophobium entre autres. La méthode (même si c’est un apocryphe de Staline) est toujours la même : « Traitez votre adversaire de fasciste, pendant qu’il se disculpera, il n’argumentera pas. » Le débat ne doit avoir lieu qu’entre personnes d’accord entre elles, les autres n’ayant pas droit de cité du fait de leurs opinions. Bientôt des hôpitaux psychiatriques ?

Le deuxième réflexe, c’est le communautarisme. L’échec de la gauche à défendre le peuple ces cinquante dernières années l’a conduite à inventer des prolétariats de substitution comme les LGBT ou les immigrés, et à les servir avec tout le clientélisme zélé dont elle était capable. Il est cocasse de voir les parlementaires signataires de cette tribune dénoncer la rhétorique d’Agnès Thill évoquant le “puissant lobby LGBT” et de la faire publier chez Têtu, et inviter à la signer sur un site dont l’URL est lgbtenmarche.fr (1). Sans doute une nouvelle instance du « en même temps ».

Ceux qui se présentent comme “des militants intransigeants de l’égalité et de la bienveillance” sont bien un avatar de Saint-Just et de son “pas de liberté pour les ennemis de la liberté”. Bref, des totalitaires.

Agnès Thill répond brièvement à cette tribune par un tweet sage mais ferme :

« Tiens, 14 #députés signent une pétition dans laquelle je suis citée, à tort. Décidément ils ont tout compris du débat apaisé. Mais de quoi ont-ils peur dans l’échange, la pensée différente de l’Autre, puisqu’ils sont si nombreux ? La vérité n’a pas besoin de la violence médiatique. »

Bien sûr, cette tribune continue de réclamer la PMA sans père en disqualifiant d’emblée toute opposition, qui sera étiquetée « discriminante ». Elle est passée par pertes et profits, la décision du Conseil d’État qui refuse de voir une telle discrimination dans la législation actuelle. Il faut les comprendre, le lobby LGBT n’a pas d’argument de rechange !

Une conclusion ? Il faudra bien, un jour, se rendre compte que le discours ambiant sur l’égalité a ses limites. Vouloir la liberté, et en même temps l’égalité, et en même temps la fraternité c’est très compliqué, c’est même très incohérent dès qu’on se frotte à la vraie vie. Y compris dans ce nouveau monde politique inauguré par En Marche ! Si l’on me pose la question, je dirai sans hésiter une seule seconde que celle qu’il faut sacrifier en premier, c’est l’égalité. Mais ce n’est que mon opinion.

(1) URL qui serait détenue par un certain Ano Nymous ! Sans doute un zélateur de la levée de l’anonymat sur les réseaux sociaux.

À lire aussi

Livre : Sortir !, de Natalia Trouiller

Ce livre dérangera tous ceux qui ronronnent doucement dans leur confort intellectuel. Il f…