Emmanuel Macron, qui n’entend pas débattre avec les autres candidats à la présidentielle, répondra-t-il aux questions soulevées par les différentes affaires qui ont marqué son quinquennat ?

Le Président-candidat est sommé par tous ses adversaires, de gauche comme de droite, de rendre des comptes sur quelques dossiers, et plus récemment sur l’affaire McKinsey. Emmanuel Macron s’en serait bien passé, le jour de son grand oral. Un rapport était publié par la commission d’enquête du Sénat sur les , révélant d’une part l’opacité de ces contrats et, d’autre part, le mensonge de McKinsey affirmant payer ses impôts en France, alors qu’il n'aurait payé aucun impôt sur ses sociétés depuis dix ans, entre 2011 et 2021. Sous serment, face à la commission d'enquête du Sénat le 18 janvier 2022, le directeur associé de McKinsey en charge du secteur public, Karim Tadjeddine, avait martelé : « Je le dis très nettement : nous payons l'impôt sur les sociétés en France et l'ensemble des salaires sont dans une société de droit français qui paie ses impôts en France. » Mediapart évoque un « phénomène tentaculaire au sein de l’État », celui du recours aux cabinets de conseil : des sommes colossales dépensées en conseils (plus d’un milliard d’euros en 2021, selon Mediapart), une opacité entre circuits de décision et action publique, une influence majeure pour une efficacité mitigée : la question des masques, des vaccins et des radars routiers, c’est eux ! La baisse de 5 euros des APL, une prestation de conseil facturée 4 millions d’euros, c’est eux ! Des travaux fleuves sur « les évolutions du métier d’enseignant » facturés 486.000 euros provoquant des rires dans l’assemblée et un séminaire annulé, c’est eux ! La réforme avortée des retraites, c’est encore eux…

La classe politique s’indigne donc de cette banalisation du recours aux coûteux révélée par la commission d’enquête sénatoriale. Selon Mediapart : « Le paroxysme semble toutefois avoir été atteint pendant la crise sanitaire, où au moins 68 commandes sont passées, “dans un climat d’impréparation de l’État”, pour un montant total de 41 millions d’euros. » Les trois cabinets en cause, McKinsey (campagne vaccinale), Citwell (masques et blouses) et Accenture (systèmes d’information, dont le passe sanitaire) ont ainsi facturé à l’État 11.128 jours de conseil pendant la crise avec une facture moyenne de 2.168 euros par jour et par consultant. L'opposition fulmine. Valérie Pécresse écrit, dans un tweet : « Emmanuel Macron doit s’expliquer sur le recours massif de l’État à l’entreprise McKinsey dont le Sénat révèle qu’elle ne paye pas ses impôts en France. Comment pouvait-il ne pas le savoir ? » Delphine Batho, porte-parole de Yannick Jadot, ajoute : « Voilà comment on démantèle l’État et le service public. Non seulement le gouvernement a payé des millions d’euros de commandes de conseils à McKinsey, mais en plus, c’est un fraudeur fiscal ! » Jordan Bardella fustige à son tour : « Entre ses prestations douteuses, ses liens étroits avec la Macronie et son optimisation fiscale, il s’agit d’un énième scandale d’État. »

Débauche de moyens

Car cette affaire des s'ajoute à d'autres. Rappelons que le Président-candidat a été impliqué dans la vente d’ à General Electric alors qu’il était secrétaire général adjoint de l’Élysée (2012-2014) puis ministre de l’Économie (2014-2016). Le député LR Olivier Marleix avait saisi le parquet sur ces conditions de vente, et notamment la passivité de la Justice face aux soupçons de corruption. Le député relevait (Mediapart, 23/7/2019) : « Le fait que l’on puisse retrouver dans la liste des donateurs ou des organisateurs de dîners de levée de fonds des personnes qui auraient été intéressées aux ventes précitées [, Technip, Alcatel…] ne peut qu’interroger. S’il était vérifié, un tel système pourrait être interprété comme un pacte de corruption. » Là encore, un rapport révèle « la débauche de moyens mis en œuvre pour acheter la décision du gouvernement ». L’ date un peu mais illustre également la privatisation de la sécurité présidentielle et les manœuvres du responsable de la sécurité personnelle et privée d’Emmanuel Macron, en charge de protéger ses secrets et son intimité, mis en cause dans les affaires dites de la Contrescarpe, des passeports et des contrats russes. Quelques ombres au tableau d’Emmanuel Macron, qui ne semblent pas ternir ses 30 % d’intentions de vote. Jusqu'à quand ?

6659 vues

18 mars 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

65 commentaires

  1. 10 ans après nos pseudo-journalistes nous parlent encore des sondages de Sarko, je ne parle pas de la justice qui est toujours sur l’affaire, et là silence dans les rangs, bizarre non ? Pour Fillon 3 jours avaient suffit !

  2. une république dont les dirigeants sont de plus en plus corrompus et des garde-fous prévus par la constitution de 1958 qui ne jouent plus leur rôle, en clair nous sommes une république bananière !

  3. Macron élude ces questions dérangeantes, le pourra-t-il devant la justice ? Il est temps qu’elle s’en charge. Fillon aurait apprécié qu’elle y mette cette lenteur à réagir !

  4. Il y aurait donc 1 citoyen sur 3 qui avaliserait, profiterait, de ce quinquennat entaché d’affaires aussi dramatiques pour la République…Et ils ont éliminés Sarkozy et Fillon…Pas étonnant que la France dévisse dans le classement mondial

  5. Rien que l’Affaire Benalla, si les Institutions de la République avaient bien fonctionné, Macron ne devrait plus être à l’Elysée, il aurait du démissionner par simple amour propre, et rendre des comptes sur tout ce qui était antérieur à son élection présidentielle.
    Il faut qu’il rende des comptes sur les « affaires » antérieures à son élection présidentielle.
    et pas que pour celles et ceux de la France d’en bas…
    Lisez : Foutriquet de Michel Onfray. dramatique et désopilant à la fois.

  6. Ou l’on voit que les institutions ne protègent pas de prédateurs comme macron qui les a cannibalisées sans qu’aucune enquête d’où qu’elle vienne ne l’inquiète tant le milieu médiatique aux main de ses copains oligarques veille au grain .

  7. Que font nos énarques ? Pourquoi faut-il payer les USA pour avoir des idées de « merde » comme celles que Monsieur Macron nous a imposées ? Et la cour des compte, que fait-elle les citoyens doivent connaitre cette gabegie d’argent public donc le NOTRE ?
    Quand est-ce que nous auront le bilan MACRON ?

  8. Le cabinet McKinsey, c’est déjà une grosse corruption. Mais il y a mieux. Dans la vente d’Alstom , le mari de Valérie Pécresse est lui aussi impliqué . Quant on vous dit que ces deux là c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Sans oublier qu’à cause de cette vente, Hollande a été obligé de modifier la loi suer la haute trahison sinon Macron serait en prison ….

  9. Pourquoi payer tout ces rapports ? Nos ministres ne servent â rien alors.? Responsable mais pas coupable, on connaît la musique !

  10. Tous les candidats devraient s’unir le temps de dégommer Macron en lançant conjointement une pétition demandant des comptes sur les détournements de fonds du gouvernement.

    1. Absolument. En tout cas RN , Résistance, Philippot et Aignan et les autres, tous unis et Xi macron sorti du paysage! N’est-ce pas l’objectif unique?

  11. Vous avez raison, tout semble glisser sur lui comme de l’eau sur les plumes d’un canard…et vous en oubliez beaucoup, toutes les affaires les ministres et membres du gouvernement, les mis en examen , les comportements ou déclarations incroyables , qui auraient valu d’être immédiatement viré dans le privé (notre hallucinante Sibeth par exemple…, Buzin etc) qui ont été tous couverts au minimum par un silence assourdissant, voire même décorés (Buzin..)
    Il doit rendre des comptes!

  12. Le Pire état l’ennemi du Mal, une situation comme celle-ci, où ce que vous nous apprenez culmine sur un gros tas de mauvaises gestions, il est une mesure qui serait judicieuse! Certes à grosses conséquences de plusieurs sortes: renoncement des 11 candidats, privés des joutes habituelles, au demeurant ridicules pour cette élection, à leur candidature! Une
    grande première, avec Larcher comme successeur transitoire !

  13. Concernant Mackinsey il faut ajouter le fils Fabius et aussi Van der leyen le laboratoire Pfezer et son mari Une simple affaire de famille dénuée d’intérêts naturellement et Il ne serait pas surprenant de voir certaines figures du FMI dans ce marigot

  14. L’affaire Alstom est à elle seule édifiante (voir « le traître et le néant ») et elle a même été reconnue par l’intéressé puisqu’il a fait racheter 3 fois plus cher les activités stratégiques qu’il avait bradées. Il y a là au minimum matière à une enquête parlementaire et à une mise en accusation devant une Haute Cour de Justice de la République (dissoute fort opportunément naguère). C’est autrement plus grave que l’affaire des costumes de Fillon.

  15. Merci à Iris Bridier pour ce bel article . Peut etre aurait-il pu être enrichi d’un court exposé des liens existants entre le gouvernement , le Conseil Constitutionnel et le Directeur McKinsey France . Mais peut être que M. Fabius y aurait vu ombrage

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter