À la fac de Nanterre, c’est la crise… de la communication !

Trop, c’est trop ! La colère des étudiants s’était peu à peu transformée en résignation. Désormais, la raillerie fait consensus.

Les étudiants de sont confrontés aux blocages et aux actes sauvages des syndicats d’extrême gauche lors des examens depuis trois ans. Pour couronner le tout, l’administration de l’université fait preuve d’un amateurisme désarmant face à ces situations de crise. Pourtant, ils n’en sont plus à leur coup d’essai ! Des tentatives de blocage, il y en a à chaque période d’examens, et des blocages réussis, il y en a tout les ans. Mais rien n’y fait. Les étudiants sont toujours désemparés face à l’absence de communication de l’administration.

Celle-ci semble tétanisée. En plus de laisser la situation se dégrader, ne faisant preuve d’aucune forme de fermeté à l’égard des bloqueurs, rien n’est fait pour informer les étudiants. Les examens sont annulés au dernier moment ou maintenus dans des conditions déplorables ; parfois, le temps imparti est raccourci. La responsabilité est souvent déléguée aux surveillants qui doivent, à leur appréciation, décider de la tenue d’un examen si la situation le permet. Mais cela, les étudiants l’ont accepté, comme ils ont accepté l’incapacité générale de l’administration, les erreurs dans l’attribution des notes ou sur leurs contrats pédagogiques.

Ce que M. Balaudé, président de l’université, a décidé le dimanche 5 janvier, certains l’avaient proposé… sur le ton de la blague. Mais lui est sérieux. En période d’examens, pour aider les étudiants qui auraient du mal à se rendre à l’université, il a annoncé l’ouverture du gymnase pour qu’ils puissent y dormir !

Les étudiants sont en partiels ; ils supportent le manque d’infos, les grèves, les blocages impunis de fanatiques en échec scolaire, et on leur propose de dormir sur un tatami, dans un sac de couchage qu’ils doivent apporter. Comme M. le président est un grand prince, les heureux élus du camping de Nanterre auront accès jusqu’à 21 h à la cafétéria du CROUS – payante, bien entendu. Les années d’études de ce monsieur doivent être bien lointaines pour qu’il estime bienvenu de faire cette proposition…

M. Balaudé, s’il vous plaît, respectez vos étudiants. Certains de vos choix sont excellents, comme le report des examens de décembre dernier ou la mise en place de navettes gratuites entre l’université et la Défense en cette période d’examens et de grèves. Mais vous êtes président d’une université de plusieurs dizaines de milliers d’étudiants, avec un budget proche des 160 millions d’euros. Alors, trouvez-vous un bon gourou de la com’, c’est urgent !

À lire aussi

La législation sur les armes à feu rate sa cible !

L'information est sortie tout discrètement… …