La cérémonie des Bobards d’or aura lieu lundi 24 février, à 19 h 30, au théâtre du Gymnase, à . Qui sont les candidats en course ?

Ils sont 25 sur la ligne de départ. Regroupés en cinq catégories : le Bobard du vivre ensemble, le Bobarc-en-ciel, le Bobard sans frontières, Les décodeurs décodés et le Bobard du stagiaire. De quoi faire le tour de la propagande médiatique : immigrationniste, féministe, homosexualiste et surtout négatrice du réel. Car le rôle des « décodeurs » est de recrypter les faits selon les normes du politiquement correct.

Les meilleurs bobardeurs ?

Les grands reporters. Deux sont à l’honneur. Christophe Ayad, reporter de guerre au Monde, titulaire d’un prix Albert-Londres en 2004 (excusez du peu !). Après l’Irak, il a couvert la… Marche pour la vie du 6 octobre 2019 en multipliant les désinformations. Et Claas Relotius, reporter vedette du Spiegel, le grand hebdomadaire allemand. Couronné meilleur journaliste de l’année par CNN, il a reçu, ensuite, l’équivalent du prix Pulitzer allemand. Une pointure, un cador, on vous dit. Renommé pour « l’excellence » de ses reportages. D’autant plus appréciés qu’ils étaient totalement bidonnés… dans le bon sens, évidemment.

Ces deux reporters-là sont exemplaires de la dérive médiatique : ils sont considérés comme les meilleurs de leur profession non parce qu’ils décrivent ce qu’ils voient mais parce qu’ils racontent ce qu’il faut faire croire ! C’est le Bobard Lügenpresse.

Le bobard le plus drôle ?

Le Bobard soumission de L’Obs qui présente comme féministe (sic !) une campagne de happening pour le port du… burkini dans les piscines.

Le bobard le plus zélé ?

Le Bobard flouté. Le floutage du visage du sénateur Ravier dans La Provence à l’occasion d’une cérémonie mariale, le 15 août. Les consignes de la presse régionale sont simples : ne pas citer les actions identitaires ni les élus nationaux. Alors, quand la tête d’une personnalité blacklistée apparaît sur le côté d’une photo, on la coupe, et quand elle se trouve au beau milieu, eh bien, on la… floute.

Les meilleurs enfumeurs ?

Les Décodeurs du Monde.

Empressés de démontrer qu’il n’y avait pas de Grand Remplacement, les Décodeurs du Monde ont cité un chiffre de l’INSEE selon lequel « les migrants et descendants de migrants non européens représenteraient à peine 5 % de la population française ». Trop fort ! Même les « experts » immigrationnistes ont sursauté… Mais Le Monde mettra quatre jours – quatre jours ! – pour corriger et affirmer avec la même structure de phrase que « les migrants et descendants de migrants non européens représenteraient à peine 12 % ». Des chiffres encore sous-évalués puisque, dans une longue enquête très complète, Michèle Tribalat explique que les extra-Européens de trois générations représentent 15,1 % de la population française totale mais 19,3 % des moins de 18 ans ! Et ce, en 2011. Les Décodeurs du Monde : des champions du bobard arithmétique.

Le bobard total

Celui qui a consisté à affirmer que le tueur islamiste de la préfecture de police de Paris, Mickaël Harpon, ne s’inscrivait pas dans une logique terroriste ! France Inter a même été jusqu’à menacer de sanction le journaliste Clément Weill-Raynal, qui avait osé évoquer cette hypothèse avant qu’elle ne soit officiellement reconnue comme parfaitement exacte.

On peut aussi rappeler l’emballement médiatique autour de l’arrestation, en Écosse, d’un brave quidam présenté par tous les médias, AFP en tête, comme Xavier Dupont de Ligonnès.

Le bobard culturel

C’est France Culture qui nous l’a offert sur un piédestal. En expliquant que si les statues antiques sont blanches, c’est parce qu’elles ont été blanchies par le « racisme structurel » des Européens, de Pline l’Ancien jusqu’à… Adolf Hitler. Sacré Pline l’ancien !

Le bobardeur le plus populaire

Barthès, qui fait la course en tête à la fois auprès des internautes comme des donateurs de Polémia qui remettront un prix spécial qu’il est bien placé pour obtenir.

Quelle conclusion ?

OVOV

Ovéové : on vote sur le site Internet pour choisir les bobards qui seront présentés lors de la cérémonie. Et on vient pour choisir les lauréats. Ils le méritent bien !

Pour aller sur le site des Bobards d’or.

À lire aussi

Jean-Yves Le Gallou : « La loi Avia faisait courir un grand danger pour la liberté d’expression, elle ne pouvait être que censurée »

Une grande partie de la proposition de loi Avia sur la lutte contre la haine en ligne a ét…