Vivre-ensembe

Le vivre ensemble peut aussi s’avérer mortel

 

Chez nous, il y a les drames exceptionnels – quoique de moins en moins –, liés à une certaine diversité culturelle hégémonique, que sont les attentats, mais il y a aussi les drames anonymes, qui ne bénéficient pas de l’attention médiatique et adviennent dans le silence d’une société de plus en plus amorale, sans paraître émouvoir outre mesure ceux qui sont censés protéger les citoyens en danger. Heureusement, il existe Internet, qui peut parfois offrir le meilleur.

Ainsi une mère de famille a-t-elle appelé au secours sur la Toile, vivant, avec ses quatre filles, « cloîtrées depuis plusieurs jours dans leur appartement des HLM Vernet-Salanque, et terrorisées par une famille de voisins dont quatre frères d’une vingtaine d’années. Derrière leurs volets fermés, la porte d’entrée bloquée par une chaise, elles supplient, en pleurs, que quelqu’un leur vienne en aide et mette un terme à ce quotidien de recluses » (source : Midi libre).

Comment pareille situation s’est-elle produite et, surtout, pourquoi perdure-t-elle ?

La réponse à la première question est la suivante : « Tout aurait ainsi débuté en juillet, pour un motif qui reste encore bien flou. Elles auraient subi une première agression physique et auraient déposé plainte » (op. cit.). Quant à la seconde question, elle s’explique par le fait que leurs assaillants – car c’est bien ce qu’ils sont – traitent ces femmes de putes lorsqu’elles sortent en jupe, détruisent leurs voitures, assènent qu’elles n’ont rien à faire dans les parages, que c’est la loi du quartier qui prime, etc. Inutile d’insulter l’intelligence des lecteurs, ils auront compris !

Bien entendu, les conciliantes autorités, lorsqu’il s’agit d’ouailles de cette engeance, ont été alertées mais n’ont pas donné suite. Cette famille en danger a été hébergée un temps dans un foyer mais n’a pu y demeurer car elle ne remplissait pas les conditions, à l’heure où l’État se plie en quatre pour assurer le gîte et le couvert aux migrants. Ou quand à l’amour allogène répond la haine de soi. Résultat de cette honteuse indifférence au sort de ces proies, puisque c’est ainsi qu’on les traite : la fille aînée a tenté de mettre fin à ses jours.

Le pire, c’est que si cette mère, son frère – habitant à proximité et logé à la même enseigne – ou l’une de ses filles commettaient le grave péché d’autodéfense, un juge complaisant se dresserait sûrement, tel le Commandeur de Don Juan, et prononcerait une sentence implacable. Car à la terreur infligée par une bande de terroristes du quotidien s’ajoute la tyrannie du vivre ensemble, qui s’accommode même des menaces de mort proférées à l’encontre de ces femmes et de coups de feu tirés devant leur domicile. Il sera toujours temps de déplorer officiellement un « incident » au cas, probable, où l’un des harceleurs passerait à l’acte !

Voilà où nous mènent des années de justifications oiseuses du pire : à Rome, on ne peut plus vivre comme les Romains !

POUR ALLER PLUS LOIN