Vivre à l’israélienne ?

 

Comme le dit Ivan Rioufol sur son blog, la France va devoir s’habituer à vivre à l’israélienne.

Mais, au-delà de cet avertissement, il faut bien tenter de trouver la nature des motivations de ceux qui combattent le modèle civilisationnel français et républicain.

Ne doit-on pas voir la haine qui saisit chacun des auteurs d’attaque contre des citoyens ? Elle se tourna concrètement, et en premier, vers toute personne « représentant » la France et son modèle social. Que l’on songe aux policiers et militaires honnis par les racailles de banlieues dès les années 80 – quartier des Minguettes. La révolte se porta rapidement vers tout ce qui portait uniforme : pompiers ou facteurs, puis les médecins et infirmières qui leur étaient pourtant dévoués gratuitement – fallait-il les entretenir dans l’illusion que tout leur était dû ? On le fit, par les milliards déversés en grande perte dans les décennies de politique dite de la ville.

Venus toujours plus nombreux (regroupement familial aidant), éduqués préalablement à la détestation du libérateur du joug ottoman perçu comme colonisateur – alors que l’Algérie française coûta bien plus à la République qu’elle ne lui rapporta (lire à cet effet Bernard Lugan) -, ces jeunes importèrent leur haine et l’enseignèrent à leurs enfants.

Parmi ceux-ci sont les acteurs de ce qui devient une pré-intifada. Ils en viennent aux attentats contre les habitants, quidams de l’Hexagone qui ont pour seul tort de vivre en France et d’assister à un feu d’artifice ou à un concert de rock. 

Dur constat ? Il est pourtant incomplet.

Il faut en venir à l’anti-tricolorisme devenu leur credo ; et se demander si, à l’instar de l’antisémitisme que subissent les Juifs depuis 1.300 ans – combat contre un peuple sur le même territoire mais d’une autre religion -, nous ne sommes pas arrivés à une haine viscérale et presque atavique d’une part des populations maghrébines contre les Français ?

L’antisémitisme que vivent les Juifs d’aujourd’hui est suscité par l’islam – pour exemple, Sarah Halimi, l’Hyper Cacher, etc.

Nous, Français, juifs, athées ou chrétiens, devons bien avoir conscience de la profondeur, la largeur, la longueur et la hauteur de cette haine… motivée par le poids de l’Histoire, soutenue par la religion et bientôt, peut-être, envenimée par un combat pour la terre. Les djihadistes et autres révoltés nous préparent-ils, par elle, des siècles d’intifada ? Leur antisémitisme est additionné à l’antichristianisme et l’anti-tricolorisme, qu’ils manifestent en brandissant les drapeaux du Croissant, en tuant des prêtres et en s’en prenant aux lieux de culte : la France est chrétienne et ces gens-là ne savent dire : « Heureux comme un juif en France, heureux comme Dieu en France. »

Nous allons devoir apprendre à vivre avec ça. Vivre en voyant la haine de cette population contre les Français, comme les juifs subissent l’antisémitisme, depuis les siècles et par toute la Terre.

Cela ne sera pas sans effet. La classe favorisée mais aveugle aux souffrances du peuple se réveillera-t-elle avant que le 9-3 et les enclaves du 92 et des Yvelines, etc., en viennent à faire sauter les bus, les monuments et les bâtiments officiels ? Avant qu’à l’instar de Baruch Goldstein, un Français ne prenne sa kalachnikov et ne commette l’irréparable ?

Que Dieu prenne en pitié le royaume des Francs. Il est en grand pitié !

Pour défendre la liberté d'expression,
je soutiens Boulevard Voltaire en faisant un don.

À LIRE SUR BOULEVARD VOLTAIRE