Discours - Editoriaux - Fake News - Histoire - Justice - Médias - 21 avril 2018

La Pologne et la Hongrie face à Macron le donneur de leçons

« Vous voulez à juste raison refonder l’Europe, mais comment voulez-vous refonder l’Europe avec d’anciens pays communistes opposés à l’accueil des réfugiés, des étrangers, l’Europe de Viktor Orbán et de ses discours qui rappellent l’avant-guerre ? », a demandé au Président français le journaliste-propagandiste Jean-Jacques Bourdin, lors de la dernière interview d’Emmanuel Macron pour les médias du système BFM TV, RMC et Mediapart.

« Je prends d’abord l’Europe telle qu’elle est », a répondu le Président. Macron ne partage rien des valeurs de Viktor Orbán, et c’est bien dommage, « mais il est là, il est élu ». L’explication du Président français face à la montée des populismes : des démocraties qui s’habituent à leurs faiblesses, aux injustices et aux problèmes économiques, avec des populismes qui « les dénoncent moralement mais ne s’attaquent pas aux causes ». En face des vraies démocraties comme la France, les « démocraties illibérales [qui] disent : “Vous voyez, ces gens-là sont faibles, alors ne respectons plus la démocratie, affranchissons-nous de l’indépendance de nos magistrats, allons de l’avant” : la Pologne, la Hongrie, certains en Roumanie. […] C’est pour cela que je veux en France une démocratie forte et vivante », rassure Macron.

Plutôt fort de café, cette histoire d’indépendance des magistrats dans la bouche d’un Président élu grâce à l’élimination du principal candidat d’opposition, François Fillon, par un travail combiné de son mentor François Hollande, d’un parquet financier dont les magistrats avaient été nommés par les socialistes et qui n’aurait jamais dû se saisir de l’affaire, de juges particulièrement zélés en période électorale et de médias au service de la gauche. Mais ce ne sont pas les journalistes de BFM TV et de Mediapart qui vont lui poser des questions gênantes là-dessus…

« Il y a, en Europe, une montée de gens qui remettent en cause l’État de droit », a poursuivi Macron, « dans notre pays, l’État de droit est respecté ». Comme à Mayotte et à Notre-Dame-des-Landes, ou encore dans les quartiers « difficiles » ? Culotté, le Président Macron, de prétendre que l’État de droit est mieux respecté en France qu’en Pologne et en Hongrie, où les zones de non-droit n’existent pas.

En France, a encore dit Macron aux deux journalistes « d’opposition » qu’il s’était choisis – Bourdin et Plenel –, on peut « critiquer le Président comme vous le faites. […] Cet exercice devient impossible dans certains pays européens, ce qui est un recul ».

Le Président français croit-il vraiment qu’il devient impossible de critiquer le pouvoir en Pologne et en Hongrie ? Ce n’est pourtant pas dans ces deux pays qu’on a vu tous les grands médias soutenir comme un seul homme le candidat qui allait gagner les élections, mais bien en France. Ce n’est pas, non plus, en Pologne et en Hongrie que le pouvoir adopte toujours plus de lois pour museler la liberté d’expression sous couvert de lutte contre le racisme, l’islamophobie, l’homophobie ou les « fake news ».

Quant à ces populismes qui, selon Macron, dénoncent moralement la faiblesse des démocraties sans s’attaquer aux causes, il n’a qu’à regarder d’un peu plus près les résultats obtenus par le Fidesz en Hongrie et le PiS en Pologne : baisse du chômage, réduction des déficits publics, inversion de la courbe des naissances, arrêt de l’immigration illégale…

Évidemment, c’est toujours plus facile de critiquer les autres que de régler les problèmes chez soi. À l’inverse, Angela Merkel, contrairement aux médias allemands, ne critique jamais ouvertement ses partenaires du groupe de Visegrád. Il faut dire que le commerce extérieur de l’Allemagne avec le V4 est de plus de 50 % plus volumineux qu’avec la France. Pendant que Macron fanfaronne et insulte les partenaires de la France, Merkel protège discrètement les intérêts économiques de l’Allemagne, et le Président français n’a toujours pas fait avancer son projet européen d’un iota.

À lire aussi

Pologne : l’assassinat du maire de Gdańsk et l’hypocrisie des libéraux

L’assassinat du maire libéral pro-LGBT de Gdańsk Paweł Adamowicz, attaqué à l’arme blanche…