Pendant que gauche et droite jouent à la guéguerre, l’islam s’incruste…

Ecrivain, musicienne, plasticienne
 

Dans un livre passionnant, best-seller du moment (La vie secrète des arbres, de Peter Wohlleben – Éd. Les Arènes), l’auteur explique toutes ces choses incroyables qui se trament sous nos pieds à notre insu, notamment ces milliers de kilomètres de ramifications minuscules, filaments qui s’entretissent entre champignons et racines, l’invisible étant sans commune mesure avec le visible.

Peter Wohlleben appelle cela « l’Internet de la forêt », soit un réseau aussi complexe qu’invisible. Pourquoi est-ce que je vous en parle ? Parce que c’est cette image qui me vient à l’esprit quand je vois – et devine… – ce que les réseaux islamiques sont en train de tisser sous notre nez tandis que nous regardons ailleurs.

C’est, par exemple, une candidate aux législatives qui, pour la première fois, s’affiche voilée. C’est à Mantes-la-Jolie. Contre son portrait, ce slogan : « Ensemble pour l’avenir. » Un avenir de femme voilée, sans doute ? Elle s’appelle Hülya Sahin, se dit « fière d’être française », s’occupe d’une association culturelle turque. Je me pose la question : est-elle 100 % française ou 50 % française et 50 % turque ? Car Hülya Sahin porte, pour ces élections, les couleurs du Parti Égalité et Justice, créé en janvier 2015. Or, le PEJ, comme son nom ne l’indique pas, est une officine de l’AKP, le parti islamo-conservateur turc du président Erdoğan.

C’est une occasion de rappeler que celui qui paraît bien engagé sur la voie de la dictature a, le mois dernier, remporté de justesse (51,4 %) le référendum lui permettant d’ajuster la Constitution à sa main grâce aux voix des Turcs en diaspora.

Essentiellement ceux qui vivent – fort librement ! – en France et en Allemagne.

Plus visible, la grande mosquée du Mirail, la nouvelle mosquée de Toulouse, devrait être inaugurée à la fin de cette année. Une mosquée 100 % made in France, dit l’ACCIF, l’association cultuelle et culturelle islamique en France qui finance le projet. Très bien, puisqu’il paraît que la ville compte 50.000 musulmans. Moins bien, à mon goût, ces commentaires : par sa capacité d’accueil de 4.000 fidèles et la hauteur de son minaret (21 m), « elle sera le plus grand lieu de culte à Toulouse, devant la cathédrale Saint-Étienne » (2.000 fidèles). Et devant la basilique Saint-Sernin (1.000 fidèles), ce haut lieu de l’histoire de France devenu l’un des plus importants centres de pèlerinage de l’Occident médiéval…

Pour finir, Premier ministre oblige, le rappel de cette histoire havraise qui vaut son pesant de gélatine. Histoire fort significative en ce qu’elle montre à quel point nos élus ont intégré les injonctions pseudo-religieuses de tous ces empêcheurs de vivre en France.

C’était deux ans après l’entrée en fonction d’Édouard Philippe, en décembre 2012 : la mairie du Havre faisait jeter 8.500 portions de mousse au chocolat destinées aux cantines scolaires. Une décision « prise à la dernière minute, nous disait alors Le Parisien, en raison de l’inquiétude des personnels des cuisines, car la gélatine animale utilisée pour la confection de la mousse au chocolat est souvent réalisée à base de porc, et donc interdite à la consommation par plusieurs religions ». Y avait-il du cochon dans le chocolat ? Même pas sûr. Les desserts « peuvent à l’occasion contenir de la gélatine animale », disait alors le directeur général adjoint au développement social et à la famille, alors dans le doute… poubelle ! L’opposition demanda l’ouverture d’une enquête, dénonçant « un gâchis alimentaire et financier scandaleux au moment où les Restos du cœur et les autres associations caritatives se démènent pour aider à l’alimentation de plus en plus de nos concitoyens ».

Au fait, la cuisine de l’Élysée et de Matignon est-elle halal ?

Pour défendre la liberté d'expression,
je soutiens Boulevard Voltaire en faisant un don.

À LIRE SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.