Je n’ai pas suivi en direct la passation de pouvoir entre et son dauphin dimanche matin. J’avais mieux à faire ! Je rendais , place des Pyramides, avec mes camarades de l’Action française, à la sainte de la patrie, le jour de sa fête nationale.

J’ai toutefois écouté, en différé, le discours d’investiture d’. Je me suis imposé cette corvée en voyant les et la patriosphère elle-même crier au miracle : “Un nouveau Macron nous est né ! C’est quand même mieux que Hollande ! Il s’est hissé à la hauteur de la fonction, etc.” Pour ma part, je n’ai rien entendu de tel, mais un discours creux, nous appelant sans rire à “inventer l’avenir”, prononcé avec une lenteur certainement recommandée par des conseillers en communication pour donner l’illusion de la gravité. Le gamin a pris sa Ritaline mais il n’a toujours ni fond ni éloquence.

Autres rengaines à la mode depuis dimanche : “Laissons-lui sa chance ! Voyons-le à l’œuvre !” Comment des gens qui ont combattu Emmanuel Macron pendant des mois de campagne peuvent-ils avoir oublié en une semaine qu’il fut le conseiller et le ministre de l’Économie de son prédécesseur ? Que nous l’avons DÉJÀ vu à l’œuvre ? Qu’en somme, et pour paraphraser Mitterrand, il est l’homme du passif ? Plus grave encore : ont-ils aussi oublié qu’ils réclament la bienveillance pour un homme qui a humilié la en parlant de “crime contre l’humanité” à propos de notre œuvre en , pour grappiller quelques voix du côté d’un vote communautaire ?

Vraiment, chers amis patriotes, il est temps de revenir à la raison ! Macron, c’est toujours l’adversaire numéro 1, l’homme du libéralisme, du et de l’Union européenne ! Réveillez-vous !

16 mai 2017

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Livre : L’Impasse du salut, de Maximilien Friche

Renaud Manne, le personnage pourtant un peu terne et surtout dénué de mobile pour agir, cr…