Non, l’immigration n’est pas un remake des années 30 !

Benoît Hamon en meeting le 1er juillet : « N’avez-vous pas honte ? »

Tout est bon pour culpabiliser les peuples européens vis-à-vis de l’immigration. Ce fut d’abord Mme Merkel, fille de pasteur, qui donna le la à peu de frais. Sauf que, en réalité, elle n’était que la porte-parole d’un patronat en quête d’une main-d’œuvre docile et bon marché. Puis ce fut au tour de la gauche française cosmopolite et internationaliste de nous seriner que la France est riche (de dettes laissées par elle ?) et qu’en digne héritière de la Révolution, elle se doit d’être généreuse. Et maintenant, c’est au tour des stars médiatiques – de la télé, du cinéma, organisations dites non gouvernementales, mais pas apolitiques – de s’emparer du sujet et de s’épandre sur les plateaux et sur les réseaux sociaux en discours nauséabonds, comparant 2018 à 1930 et à la prise de pouvoir des nazis et autres dictateurs.

Sauf que tous ces braves gens n’ont pas, apparemment, de problèmes de fin de mois, ni de recherche d’emploi. Or, les réalités s’imposent. Ces migrants ne sont pas des zombies, ni des objets non identifiés, des clichés sur réseaux, mais des êtres en chair et en os avec lesquels il va falloir faire place au milieu de nos millions de chômeurs. Et c’est là que commence la comparaison avec 1930. Dans des pays fragilisés par la dette et le chômage, comment accueillir décemment ces centaines d’arrivants non désirés ? C’est tout l’inverse de 1930. Ce sont les peuples qui se révoltent aujourd’hui contre des systèmes politiques qui prennent des décisions majeures pour l’avenir sans les consulter directement.

Pourquoi aurions-nous honte de dénoncer une comparaison indécente ? Comment comparer la politique d’Hitler d’extermination envers des minorités présentes et intégrées (juifs, homosexuels, tziganes) et l’élémentaire réflexe de protection des acquis sociaux et culturels ? La comparaison ne tient même pas avec l’immigration polonaise et italienne à une époque où les mines et les chantiers avaient besoin de main-d’œuvre.

Non, la honte est pour ceux qui essaient, sur la détresse et la misère humaine, d’exploiter leur fonds de commerce politique ou médiatique. La honte est à ceux et celles qui, à travers les médias écoutés en Afrique et au Moyen-Orient, laissent croire aux jeunes que l’Europe les attend à bras ouverts. La honte à tous ceux qui, passeurs et associations complices, utilisent ces désespérés à leurs fins mercantiles. Non, la honte est pour ces pays qui, au lieu de les reconduire humainement, les réduisent en esclavage comme en Libye ou les envoient à la mort dans le désert torride du Sud algérien. La honte, aussi, à ces gouvernements africains qui laissent partir et parfois encouragent leur jeunesse, c’est-à-dire le meilleur d’eux-mêmes, à l’aventure au détriment de l’avenir de leurs nations. Mais la cause, dans tout cela, n’est-il pas le leurre d’un eldorado imaginaire agité frénétiquement par un Occident corrompu par le matérialisme et l’argent ?

Pourquoi ces bons apôtres ne vont-ils pas culpabiliser les pères qui ne songent pas à l’avenir de leur progéniture, les gouvernements qui n’ont pas de politiques pour les jeunes ? Pourquoi ne créent-ils pas des ONG faisant la guerre aux passeurs et ne vont-ils pas faire la leçon à la Libye et à l’Algérie ?

Oui, nous avons honte pour ceux qui utilisent la détresse d’autrui comme un outil de marketing idéologique.

Cher lecteur,
Chaque jour, nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Le peuple est-il en train de se lever contre la tyrannie des despotes éclairés ?

Comme en 1789, une crise de la dette pourrait finir par tout emporter. …