Audio - Editoriaux - Entretiens - Médias - Politique - 2 juillet 2018

Je suis assez révulsé par la sortie d’Emmanuel Macron sur “les vents mauvais” !

Dimanche, Maître Gilles-William Goldnadel s’est insurgé contre la récupération qui a été faite par les uns et les autres de , et en particulier celle opérée par Emmanuel Macron lui-même.

Pourquoi vous êtes-vous étonné de la récupération subjective et partielle des combats de Simone Veil ?

Je me suis un peu insurgé contre cela. Puisque personne ne l’avait fait, j’ai rappelé que Simone Veil s’était aussi battue contre la détestation criminelle d’Israël. Les esprits les plus cultivés ont bien compris que cette détestation d’Israël était à l’origine de la criminalité anti-juive en France, majoritairement d’origine islamique. Je crois donc que l’absence de remarque sur ce point est un peu suspecte.
Au-delà de cette absence, j’avoue avoir été révulsé par la nouvelle sortie macronienne sur les “vents mauvais”. Que monsieur Macron utilise les obsèques de Simone Veil pour parler des “vents mauvais” qui se sont levés en visant le populisme est à la fois assez inique et stupide. Les “vents mauvais” ne se sont pas levés depuis 15 jours, mais plutôt depuis 15 ans. Ils se sont levés en France comme en Europe lorsqu’on a commencé à massacrer ceux qui sont appelés “les mécréants”, les juifs, les chrétiens, et certains musulmans. Ne pas voir ces “vents mauvais” est être un mauvais marin. Je crois que monsieur Macron n’est pas le marin qu’il nous faut pour franchir les caps et les passes. Je pense qu’au contraire il nous conduit directement dans une impasse avec ses imprécations sélectives contre les mâles blancs, les lépreux, les populistes et les “vents mauvais” qui ne souffleraient que d’un seul côté.


Une récente polémique voudrait laisser croire que la politique pro-LGBT à outrance d’Israël soit une tentative de masquer sa politique anti–palestinienne pour se donner bonne figure. Qu’en pensez-vous ?

C’est la sorte de critiques un peu folles qui émane typiquement de la frange la plus extrêmement gauchiste des militants homosexuels. Ils préfèrent assez curieusement les brutes de décoffrages, dures et hétérosexuels du Hamas aux homosexuels plus délicats de Tel-Aviv…
Je fais le parallèle avec les féministes en France qui font preuve d’un féminisme exceptionnel lorsqu’il s’agit des Occidentaux, mais qui tolèrent tout aux machistes orientaux.


Comment jugez-vous le climat politique et social actuel ?

Je ne crois pas que le problème vienne d’un climat politique et social particulier. Je crois que le climat intellectuel, ou plutôt quasi intellectuel, français, européen et occidental sombre médiatiquement dans la folie. Une frange de gens bien en cour, très puissants dans les médias et dans certains réseaux est dans la folie.
J’ai d’ailleurs consacré des articles dans le Figaro et Valeurs Actuelles cette semaine sur l’émission de Ruquier où on s’en prend à Dupont-Aignan et celle d’Arrêt sur image où on voyait des militants LBGT de l’extrême gauche homosexuelle. Un barbu moustachu expliquait dans cette émission qu’il n’était pas un homme. Il expliquait aussi, contre toute évidence étant donné sa couleur de peau, qu’il n’était pas blanc non plus, car il était à moitié libanais.
Cela veut dire que si vous n’êtes pas un salaud d’hétérosexuel occidental, vous n’êtes plus “blanc”. Alors vous pouvez parfaitement être une victime qui fasse expier l’hétérosexuel mâle blanc occidental. On est dans cette folie.
Bien heureusement, cette folie n’atteint plus autant les gens qu’avant. Il me semble qu’elle n’atteint plus personne. Dupont-Aignan peut aujourd’hui aller tranquillement affronter une kyrielle hystérique sans que cela pose aucun problème.

À lire aussi

Me Goldnadel : « Benjamin Griveaux, une incroyable légèreté et une incommensurable bêtise, sans porter de jugement moral »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleMe Goldnadel, l’auteur de Névroses média…