Editoriaux - Politique - 27 juillet 2018

Message aux députés macronistes

Depuis quelques jours, vous qui avez transformé cette Assemblée nationale en temple macroniste, où vous entérinez sans jamais les contester les décisions prises par le prince, vous me faites pitié. Si si. Et, comme l’avait écrit Henri-Frédéric Amiel, « le dédain vaut mieux que la colère, la pitié mieux vaux que le dédain ».

Et pourtant, nous tous de l’opposition pourrions avoir quelque dédain pour vous qui, élus par une incroyable circonstance, un engouement comme jamais les électeurs n’en avait connu, votez comme un seul homme (excusez cette expression machiste), le petit doigt sur la couture du pantalon, sur ordre de celui qui vous a fait.e député.e. Une unanimité qui, sous la férule d’un Richard Ferrand aux ordres, fait que notre chambre des députés n’a plus aucune raison d’être puisqu’elle ne fait qu’avaliser ce que, du haut de son trône, Jupiter a décidé.

Et voilà que c’est à vous, les privilégiés du régime, que le prince a réservé la primeur de sa (fausse) confession. Une confession faite sur le ton méprisant et rigolard pour vous complaire, dédaignant ainsi le peuple qui attendait pourtant une vraie mise au point. Benalla n’est pas mon amant, une réponse à Michel Onfray. Benalla n’a pas un appartement de 300 m², certes, mais les services de votre chef lui avaient bel et bien attribué une résidence quai Branly, ce que n’avait pas nié le directeur de cabinet du monarque. Et vous avez gobé ce discours révélateur. Il vous a avoué sa responsabilité. Sans en tirer les conséquences, bien entendu. Et vous avez, d’un seul élan, murmuré « Quel courage ! ».

Et de Bagnères-de-Bigorre en pic du Midi, puis à Madrid, le Président, votre Président qui n’est plus celui de tous les Français – s’il ne l’a jamais été -, a poursuivi, sur le ton de la sinistre plaisanterie, qu’il s’agissait d’une tempête dans un verre d’eau qui n’intéressait que les journalistes et l’opposition.

Une tempête qui prend des allures d’ouragan après la scandaleuse attitude de la présidente LREM de la commission parlementaire à l’Assemblée nationale. Vous l’avez compris, membres de LREM, l’affaire Benalla n’est pas éteinte par l’attitude hautaine de Jupiter. Si l’on en croit Guillaume Larrivé, d’ailleurs, il paraîtrait que le téléphone entre l’Élysée et le parti majoritaire fonctionne à fond.

Malgré tout, et grâce au Sénat, il est probable que la vérité éclatera. Vous qui avez suivi Emmanuel Macron pour son combat pour la transparence, ne vous sentez-vous pas bernés ? En votre âme et conscience, pouvez-vous affirmer que ce scandale d’État n’est pas devenu un Macrongate, et que cette mise en cause de nos institutions ne nous préoccupe pas tous, vous ses députés, et nous les « pauvres » ? Allez-vous, enfin, vous remettre en cause ? Ou resterez-vous d’une froide fidélité à cet homme qui agit parfois comme un gamin, comme je l’ai écrit ici-même, et dont les lois que vous votez mettent en danger la France et ses valeurs intrinsèques ? Ses aveux pris balancés sur le ton de la rigolade devraient vous faire réfléchir avant que l’irrémédiable nous plonge dans une crise de régime.

Allez-vous continuer à transformer notre Assemblée nationale en simple chambre d’enregistrement du bon vouloir jupitérien, adoptant les pires lois qui vous sont proposées par l’Élysée ?

Nous avons encore quatre ans pour découvrir d’autres surprises. Pourrez-vous faire aussi longtemps
allégeance à celui qui fut élu par défaut et par une erreur phénoménale ? À moins de lancer l’article 68 sur la destitution du Président, comme François Asselineau vient de le suggérer à l’opposition, car, dit-il « seul le lancement de l’article 68 permettra d’enrayer le favoritisme, la corruption et les dérives délictueuses et mafieuses qui salissent l’Élysée et la République ».

Cher lecteur,
Nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Les territoires ! La nouvelle langue du mondialisme macroniste

La République étant libre et indivisible, selon l'article Ier de la Constitution, la divis…