Londres. Once more !

 

Londres après Londres. Londres après Manchester. Et Berlin. Et Paris. Et Paris. Et Paris. Et Bruxelles. Et Madrid. Et Djakarta. Et Manille. Et… et… et…

Londres après Londres. Ces noms vont devenir synonymes d’attentat. On ne dira plus « Ils ont commis un attentat ». On dira : « Ils ont fait un Bridge. Une croisette »… Que sais-je ? On ne dira plus « Ils ont fait péter une salle de concert ». On dira : « Ils ont fait un concert ». Genre black metal, au Bataclan. Genre Ariana, en Angleterre.

La banalisation libanisante de ces attaques terroristes d’une puissance ennemie commanderait que l’on voie leur idéologie comme mortifère. De même que le nazisme fut justement perçu par des lanceurs d’alerte dès les années 30. De même, aujourd’hui, faire le lit de l’islamisme en nous administrant à longueur d’antenne du Padamalgam en perfusion et émission spéciale devient criminel. D’évidence criminel.

Bien sûr, l’islamisme est une abomination qui doit être éradiquée. Comme les bêtes immondes du milieu du siècle précédent – le nazisme et le communisme. Poutine s’y emploie en Syrie. Combien de morts faudra-t-il pour que les gouvernants qu’ont élus les Français daignent remplir leurs réactions de mots vrais plutôt que vides ? De qui ont-ils peur pour taire ce qu’ils finissent par percevoir ? Ils se préoccupent de sanctionner les géants du Net plutôt que de fermer les mosquées et exiler les combattants de retour de Syrie. C’est bien, mais un tantinet léger !

Quant aux médias : laisser BFM TV et les autres médias diffuser les émotions larmoyantes des musulmans devant ces événements devient insupportable. Il faut éteindre BFM TV ! Ce soir, cinq minutes d’antenne pour expliquer que les musulmans sont les premières victimes, qu’ils craignent un ostracisme. En Israël, ils craindraient plus qu’un mauvais regard ou une pensée mauvaise envers eux. Nous n’en sommes pas là. Mais cela viendra inévitablement.

Ne peut-on demander à ces musulmans d’éradiquer leurs propres prêcheurs de haine ? De fuir ces mosquées salafistes ? De manifester devant celles-ci ? Cela, ça aurait enfin de la gueule, et de l’effet. J’ai rêvé : un vendredi, toutes les mosquées radicales assaillies par des manifestations de millions de musulmans demandant leur fermeture ! Quel leader d’opinion aura lucidité et un peu de courage pour leur proposer cela ? Messieurs les Finkielkraut, les cardinaux, les chefs de parti politique, le peuple vous attend !

Et en attendant ces heureuses manifestations d’opposition radicale, Messieurs de BFM TV et consorts, cessez de nous administrer du politiquement correct et des musulmans larmoyants en radiothérapie et rayons – télévisés, évidemment. Ce comportement « collabo » est irresponsable. Plutôt que ceux-ci, interrogez les gens au sortir des mosquées extrémistes. Vous aurez un autre son de cloche, si l’on peut dire. Quant aux modérés, demandez-leur si leur inaction réprobatrice n’est pas cause des maux actuels.

Puissiez-vous obtenir le pardon de Sarah Halimi et des 230 victimes en France depuis Charlie Hebdo. Le mien, vous l’aurez après votre repentance.

POUR ALLER PLUS LOIN