Lettre ouverte à la police et à la RATP : et si vous alliez voir là où ça se passe ?

Ecrivain, musicienne, plasticienne
 

Paris au mois d’août. La ville s’est vidée des Parisiens pour se remplir de touristes qui fréquentent – c’est normal – les sites touristiques. Et parmi ceux-là, les « Puces ».

Il y a deux marchés célèbres à Paris : Vanves et Saint-Ouen, qui se tiennent les samedis et dimanches.

Vanves, Sud-Ouest parisien, très calme, très bon chic bon genre, sauf pour ce qui déborde du marché légal. Je parle, là, des Roms qui s’installent sur le trottoir côté périph » et de tous les Maghrébins côté Paris. Ils déballent leur misère sur un carré de tissu et tentent de se faire quelques euros. Ils ont traversé Paris en diagonale pour venir de leurs bidonvilles en tirant valises et Caddie®.

Saint-Ouen, c’est autre chose. Pour rejoindre les allées des chics marchés Biron, Serpette et autre Vernaison, encore faut-il pouvoir y parvenir. Le métro de la ligne 4, déjà, passé les gares de l’Est et du Nord, vous fait pénétrer sur un autre continent. Changement de population, parler fort et boubous, starlettes afros et racailles. Terminus porte de Clignancourt, tout le monde descend… et là commence la traversée la plus glauque : il faut affronter les détrousseurs et franchir sous le périphérique le plus gros marché aux voleurs de la capitale.

À Vanves-la-calme, tous les samedis, tous les dimanches, on voit débarquer les voitures de police. Cinq, dix flics qui fondent sur les biffins quand ils ne confisquent pas leur fourbi.

À Clignancourt-l’Africaine, en revanche, personne. Jamais. Les troupes de la voyoucratie occupent le terrain en toute impunité, fondant sur les touristes au milieu des détritus et de la crasse pour fourguer la contrefaçon volée aux Chinois qui l’importent.

À Clignancourt, pas un flic à l’horizon. Pas un militaire de la force Sentinelle non plus. Mais parmi les fringues et les chaussures, une bonne dizaine de boutiques de surplus et autant de marchands d’armes en principe factices.

Sur le chemin du retour, il faut retraverser la zone où éclatent, en soirée, des bagarres, où les naïfs qui réclament leur dû parce qu’ils se sont fait piéger au bonneteau s’enfuient sous la menace. Et toujours pas un flic ni un militaire à l’horizon.

Reprendre alors le métro porte de Clignancourt, au milieu des hordes vociférantes qui vous bousculent, sautent par-dessus les portillons quand elles n’arrachent pas les portes latérales pour faire s’engouffrer des familles entières sans sortir un ticket. Comme ce dimanche sous mon nez : quinze d’un coup, les grands costauds, les mammas Benz et les gosses. Il n’y a que quelques Blancs comme moi et les touristes qui payent leur trajet.

J’ai longtemps travaillé à Saint-Cloud. Je prenais à La Défense le tram dit « des cols blancs ». Nous étions contrôlés une à deux fois par semaine. Tout comme nous sommes régulièrement contrôlés sur ma très calme ligne 11, aux heures – un hasard ? – où la « classe moyenne » rentre du spectacle.

Depuis 25 ans que je fréquente la porte de Clignancourt, je n’y ai jamais vu l’ombre d’un uniforme.

Alors, gens de la RATP, de la mairie de Paris, du ministère de l’Intérieur, arrêtez votre baratin sur la sécurité, l’état d’urgence, les troupes à contre-emploi qui ne sont là que pour garder les puissants et servir de cible aux terroristes et aux minables tarés !

La vérité, c’est qu’il y a dans Paris des quartiers entiers et leurs stations de métro qui sont objectivement des zones de non-droit. Des territoires ethniques dévolus aux voleurs, aux trafiquants, à la racaille, aux dealers. Et ceux-là ne sont pas des migrants fraîchement débarqués mais les tenants d’une économie souterraine mais bien visible qu’aucune institution n’ose affronter.

Pour finir : le RER B qui dessert l’aéroport Charles-de-Gaulle passe par les cités chaudes de la banlieue nord. Les contrôleurs y montent, mais… à Villepinte seulement, dernier arrêt avant le terminal 1, quand ne restent plus dans la rame que les voyageurs pour Roissy. Encore un hasard, sans doute ?

POUR ALLER PLUS LOIN