Cinéma - Editoriaux - Histoire - Sport - 30 avril 2018

Trop fort : Emmanuel Macron paye sa taxe d’habitation à l’Élysée. Sauf que…

De deux choses l’une : soit certains journalistes parisiens vivent sur une autre planète, soit ils nous prennent vraiment pour des imbéciles. Prenez cette histoire de taxe d’habitation que paieraient les Macron-Trogneux – ou, si vous préférez, les Trogneux-Macron – pour leur résidence, sise 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré, Paris 8e, département de la Seine, autrement dit le palais de l’Élysée.

Samedi, Nathalie Schuck signait, dans Le Parisien, un papier intitulé « Taxe d’habitation, transports… À l’Élysée, les Macron sortent le chéquier ». La journaliste a-t-elle été à deux doigts d’ajouter « Eux… », sous-entendu : avant, c’était pas pareil ? Pas de procès d’intention, s’il vous plaît ! Et l’article de nous expliquer – Le Parisien est un journal sérieux et Mme Schuck porte le titre prestigieux de « grand reporter » : « Selon nos informations, le couple présidentiel acquitte la quasi-totalité de ses frais personnels. » Waouh, comme dirait la princesse Kate en paraissant au balcon ! Passons sur le dentifrice et les croquettes du présidentiel canin, dénommé Nemo, dont les Macron acquitteraient les factures. Malheureusement, Le Parisien ne nous donne pas la marque des produits et ne nous dit pas s’ils sont bio. Pourtant, les gens ont droit de savoir. Ni si, pour que Brigitte puisse faire ses commissions en bas de chez elle, la République doit mobiliser dix équivalents temps-plein en gardes du corps, chauffeurs et autres porteurs de flabella…

Mais passons sur ces détails, si vous le voulez bien, et venons-en au cœur du sujet, à cette satanée taxe d’habitation, qui pourrait bien devenir le sparadrap du capitaine Haddock de ce quinquennat béni des dieux. « Le président acquitte aussi une taxe d’habitation, pas la moindre des cocasseries pour celui qui veut la supprimer », écrit la journaliste qui pense faire un trait d’humour. Et c’est là que ça devient effectivement cocasse et que je repose ma question en la précisant : Mme Schuck vit-elle sur une autre planète ou prend-elle les lecteurs pour des imbéciles ? Car sur la planète où je vis – ça doit être la vôtre, aussi, je suppose – qui, certes, se situe au-delà du cercle périphérique parisien, les choses se passent ainsi : on paye une taxe d’habitation pour le logement que l’on occupe au premier janvier de l’année considérée et on reçoit l’avis de paiement à l’automne de ladite année. Or, le 1er janvier 2017, les Macron n’habitaient pas l’Élysée, ou alors on ne nous a pas tout dit. Bon, c’est chipoter, me direz-vous. La journaliste a probablement voulu dire « Le président acquittera sa taxe d’habitation… » Mais Le Parisien est un journal sérieux, et n’oublions pas ce que précisait la journaliste au début de son article : « Selon nos informations… » Traduire : selon les informations données par le Palais. Mais alors, Mme Schuck ne s’est pas dit un instant : « Tiens, mais au fait, c’est bizarre, cette histoire de taxe d’habitation ! Y s’est pas planté, le gars qui m’a donné l’info » ?

On veut tellement nous raconter une belle et grande histoire qu’on en oublie les détails qui font faux. C’est comme dans le film Ben-Hur, ce fichu joueur de trompette qui porte une montre à son poignet. Tous ces moyens en Technicolor et Cinémascope, ces milliers de figurants, ces vedettes si bien maquillées et costumées, ces chars rutilants, tout ça pour faire plus vrai que vrai et se planter sur un détail qui tue… Il est vrai, aussi, qu’on a tellement rebattu les oreilles des Français avec le compteur d’électricité du général de Gaulle à l’Élysée, qu’il fallait sortir quelque chose du même tonneau, si possible en plus fort. Et dans l’actualité. Et quoi de plus actuel que cette damnée taxe d’habitation ?

Au fait, les Macron vont-ils aussi s’acquitter de la taxe d’habitation pour la résidence de la Lanterne à Versailles ? C’est pas donné, vous savez, Versailles ! Puisqu’il est question de maintenir cet impôt pour les résidences secondaires.

Commentaires fermés sur Trop fort : Emmanuel Macron paye sa taxe d’habitation à l’Élysée. Sauf que…

À lire aussi

Israël : Terre promise, terre due

Ce vote s’inscrit dans une parfaite continuité qui nous ramène aux origines de la création…