Crèches de Noël

Entre plaine de Caen et Suisse normande, c’est une crèche qui fait revivre une chapelle !

 

Née du souci de quelques habitants inquiets de l’état de « leur » chapelle, la « crèche de Longchamps » s’expose chaque année, du début de l’Avent à la fin janvier, dans le petit village de Sainte-Honorine-du-Fay.

La Vierge, saint Joseph et l’Enfant-Jésus prennent place dans tout le cœur de la chapelle de Longchamps au milieu d’un décor à thème qui varie selon les années et les intentions de prières. Rois mages, train électrique, téléphérique, fontaines, petites maisonnettes, chevaux, ours polaires, rien n’est trop beau pour rappeler les paysages et métiers de Normandie, les régions glaciales ou même les patries des chrétiens persécutés…

Et elle a bien de la chance, cette chapelle, d’avoir croisé ses protecteurs qui gardent en mémoire les processions qu’on y faisait dans l’ancien temps. Construite en moins d’un an en 1875, en lieu et place d’une statue de la Vierge de Lourdes à laquelle la ferveur populaire attribue bon nombre de guérisons miraculeuses, elle a connu les vicissitudes des ravages de la guerre et du temps qui passe. Sa cloche trouée par balle allemande nous raconte un morceau de l’histoire normande.

La chapelle de Longchamps aurait pu, à l’instar de bon nombre de ses compagnes, sombrer peu à peu dans l’oubli. Mais c’était sans compter la maternelle protection de ses plus proches voisins, M. et Mme Frilley. Avec d’autres habitants, il y a quinze ans, l’idée a germé : installer une crèche en échange de l’installation de l’électricité par le conseil municipal. En 2003, M. le maire accepte et l’aventure commence. Tous modestes au début, quelques santons piochés çà et là sont mis en place, mais déjà les premiers curieux se pointent et cette petite étincelle marque le début de l’aventure.

Depuis, la ferveur de ces pèlerins de passage ne s’est jamais refroidie ; la Vierge de Longchamps voit défiler 5.000 visiteurs chaque année dans ce petit bourg de 1.400 habitants au moment de Noël. De quoi donner l’énergie d’entreprendre aux Amis de la chapelle de Longchamps, qui se groupent en association pour sauvegarder l’édifice.

À renfort de subventions obtenues auprès du Crédit agricole, du conseil général et des services du Patrimoine, les travaux débutent en 2011 : peinture, soubassements, marches extérieures, autel, pierres de la porte et chemin de croix sont restaurés et remplacés. La création de nouveaux vitraux dans le cœur représentant sainte Bernadette et la grotte de Lourdes redonnent à l’édifice sa vocation d’origine.

La chapelle reste ouverte tous les jours de l’année sous la surveillance attentive de M. et Mme Frilley. Grâce à ses gardiens, la Vierge de Longchamps n’est jamais complètement seule, car « il ne se passe pas un jour sans qu’un ou deux visiteurs de passage s’y arrête ». Conversations et entretiens privés dont seules les pierres de l’édifice pourraient témoigner…

En digne héritiers soucieux de leur histoire, les Amis de la chapelle de Longchamps font penser à « ces petites lucioles » chères à Alexandre Soljenitsyne, qui « exercent leurs enfants à penser différemment, à remettre l’esprit au-dessus de la matière », « à briser la spirale du déclin du courage » ; fiers de leur histoire et gardiens de leur patrimoine, ils transmettent !

POUR ALLER PLUS LOIN